Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:44

Rembourser la dette augmente la dette !



C’est un paradoxe, mais « rembourser la dette en priorité aboutit à augmenter la dette ».

Mais ce que ne disent pas les Médias, c'est que cette Dette Abyssale a été "FABRIQUEE", et nous allons voir comment.

 

DETTE1

En 1945, en nationalisant la Banque de France, le Gouvernement décidait des restituer à la Nation le droit de "battre Monnaie", c'est à dire le droit de créer la monnaie qui irrigue notre Economie et paie le travail de tous.

 

Rendue exsangue par la Guerre, la France pouvait alors trouver l’énergie et l’argent nécessaires pour se reconstruire et mettre en œuvre le Programme du Conseil National de la Résistance. Ce qui valut à cette période qui s’étend de 1945 à 1973 d’être appelée les « Trente Glorieuses » en raison des progrès économiques et des conquêtes sociales importantes qui la caractérisent et que depuis Sarkozy les Gouvernements successifs détricotent allègrement.

 

Ces « Trente Glorieuses » avec la modernisation du Pays, les Progrès technologiques accomplis, les conquêtes sociales obtenues, accompagnées d’une inflation importante, ont modifié le cadre d’expression du Profit Capitaliste. Celui-ci n’est plus à l’avantage de la rente.

 

Il faut donc la restaurer, renforcer le Profit et la Propriété. Alors, en 1973, la Droite avec Giscard et Pompidou opère un changement d’orientation politique et économique et mette le cap sur le néolibéralisme. En effet, une loi de janvier 1973 relayée par l'article 104 traité de Maastricht et par l'article 123 du traité de Lisbonne, interdit à l'État français d'emprunter à sa banque centrale ou à la banque centrale européenne. L'État se trouve ainsi obligé d'emprunter sur les marchés financiers contrôlés par les banques privées à des taux élevés.

Alors, la Dette enfle, enfle de 229 Milliards en euros constants, elle est aujourd’hui à 1900 Milliards. Le montant des intérêts ne fait que croître et correspond justement en croissance à l'augmentation de la dette. L'augmentation de la dette n'est donc pas due à une augmentation des dépenses de l'État mais tout simplement à une augmentation cumulative des intérêts.

 

Sur une dette de 1900 Milliards d'Euros en 2012, 1 600 Milliards soit 84 %, représentaient les intérêts.

DETTE2

 Et à cause de cette Dette et pratiquement que chaque jour, les médias nous mentent : « il n’y a plus d’argent dans les caisses », « si on ne rembourse pas la dette, nos enfants devront la payer », « on dépense trop », « il faut faire des économies ». 

 
Comment comprendre que tout ça est de la propagande pour faire bosser plus en nous donnant moins ? Comment admettre que notre gouvernement dit de gauche reprennent ces leitmotivs ? Et qu’incroyablement, il vienne de décider d’un nouveau budget d’austérité 2014 qui s’avère un record dans les annales. Quelle est cette politique qui aboutit au contraire de ce qui est escompté et annoncé ?

DETTE3
A quoi ça sert de faire un "budget grec", un budget de guerre sociale pour 2014 ?  Car au fur et à mesure, la dette publique augmente de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Pourquoi ? Parce que cet argent qui va à rembourser la dette, ces économies qui sont faites sur les dépenses induisent stagnation de la croissance et récession. Le blocage du Smic et le gel des points d’indice des fonctionnaires, la baisse des salaires et retraites, aboutissent à la baisse des recettes fiscales et sociales. La stagnation des salaires et des prestations sociales exigées par le Medef et la Commission européenne écrase la demande solvable des salariés et creuse les déficits.

 

C’est comme un jardinier qui arrose le fleuve pendant que son jardin dépérit. Sans desserrer l’étau usurier des banques privées, sans remettre en cause les dettes publiques de l’état, et investir tout de suite, de façon urgente, dans la relance, il n’y a pas d’issue. 

 


En un mot, il faut dépenser « plus » (et non pas « moins ») pour nous en sortir. Au lieu de nous serrer la ceinture, de nous flexibiliser, il faut travailler mieux, moins, tous, et gagner plus… Tout de suite. 

 

det.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

commentaires

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND