Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 13:25

Plus de 200 Personnes se sont retrouvées à l'appel de l'Union Locale CGT devant la sous-Préfecture d'Alès, le 6 Février pour dire NON à cette Politique de "reculs sociaux".

 

Après la prise de parole de Bernard VIRE (consultable ci-dessous), les manifestants se sont dirigés devant la Permanence du Député Fabrice VERDIER pour lui faire part de leur colère concernant l'accumulation des mesures regressives qui permettent d'accorder des "cadeaux" énormes au Grand Patronat sans pour autant que celui-ci les convertisse en création d'emplois ou en augmentation de salaires, seuls suceptibles de nous faire parvenir à cette croissance tant attendue par le Gouvernement....En résumé le Gouvernement par ces mesures se comporte comme le Jardinier qui arrose le Fleuve pendant que son Jardin dépérit.....

 

Article Objectif Gard en cliquant sur l'Image ci-dessous

 

MANIF6.JPG 

 INTERVENTION SUR RADIO TOTEM

07 Février 2014 6 H 30

TOTEM.JPG 

 INTERVENTION SUR RADIO TOTEM

07 Février 2014 7 H 30

TOTEM

 

PRISE DE PAROLE BERNARD VIRE

SECRETAIRE UNION LOCALE 

 

Camarades,

 

Je vais commencer par une petite dédicace en direction de Monsieur le Sous-préfet Marx qui regagne les froides contrées du Nord Est. La presse locale ne tarie pas d’éloges le concernant : homme de dialogue, sens de l’humour, chaleureux, etc.… Enfin, l’homme providence qui aurait, malgré la conjoncture difficile géré la situation économique catastrophique de l’arrondissement. Oui, il peut remercier les élus, les institutions, les patrons, certains syndicalistes qui ont œuvré à ses côtés pour étouffer la colère des salariés licenciés.

Mais cela ne vous a pas échappé, il n’a pas invité l’Union Locale CGT d’Alès à partager les petits fours. Bien sur il ne nous compte pas parmi  ses amis et c’est bien ainsi !

Depuis sa nomination, nous dénonçons ce système de collaboration de classes où tout le monde s’assoit à la même table à la recherche du consensus. Rappelez-vous Camarades du temps où nous crions dans la rue : « les consensus, ça fait des cons sans sou ». Ce slogan, malheureusement est toujours d’actualité. Nous devons cesser de débattre avec ceux qui tous les jours massacrent nos droits et nos libertés. La discussion ne doit se faire que sur des bases solides, c’est-à-dire avec le rapport de force, sans cette condition aucune négociation n’est possible.

Donc vous l’avez compris Marx s’en va, avant lui la Commissaire d’Alès et le Préfet Bouziges qui souvenez-vous à porter de sévères attaques contre notre UL, dénonçant ses méthodes trop radicales, d’un autre temps. Seulement, il a oublié ce cher homme, que grâce à notre action, le patron voyou Delamarre est passé par la case prison, et il a lui-même reconnu dans un courrier que nous avions raison lorsque nous dénoncions l’utilisation légère de l’argent public. Allez bon vent à tous les trois !

Le Cévenol, comme le reconnaissait le Sous-préfet a un caractère bien trempé, combatif, riche de son histoire et souvent politiquement rouge. Le gouvernement précédent en nommant le Sous-préfet Marx cherchait il à brouiller les cartes. D’autant plus que le Directeur de la DIRECCTE s’appelle Pottier, tout comme Eugène Pottier, l’auteur de l’Internationale. Mais pas de chance ici, on préfère les originaux aux copies.

Depuis son élection le Président Hollande dans la droite ligne des politiques ultralibérales de ses prédécesseurs, massacre avec l’aide de son gouvernement les acquis sociaux et réprime sans vergogne les syndicalistes, les salariés qui osent lever la voix devant la fermeture de leurs entreprises.

Sous quelle République vit-on ? Hollande qui clamait lors de la campagne électorale, mon ennemi c’est la finance, se renie tous les jours !

Après le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) qui a permis d’offrir 20 Milliards au MEDEF financés à hauteur de 10 Milliards de hausse de TVA et 7 Milliards de baisse de dépenses publiques, le Président de la République, lors de sa cérémonie de Vœux a annoncé la Signature d’un Pacte de « Responsabilité » avec le MEDEF qui va permettre de les exonérer du versement des Cotisations Familiales (Coût 30 Milliards). Le montant des Exonérations Fiscales et sociales déjà accordées au Patronat s’élève déjà à 230 Milliards d’Euros, mais Gattaz, le Patron du Medef, jubile et en redemande ! Que pouvait-il espérer de mieux ! Le Chef de l’Etat, prétendu socialiste se couche dès que le maitre capitaliste élève la voix ! D’énormes cadeaux sont distribués aux patrons, aux actionnaires, alors qu’à l’opposé, nous salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes serrons la ceinture. Cette situation, n’aurait pas été possible sans la complicité de syndicats vassaux qui signent sans sourciller des accords destructeurs pour le Code du Travail, la réforme des retraites, l’ANI, la formation professionnelle, l’Unedic, malheureusement la liste n’est pas exhaustive. Ces syndicalistes vont à la gamelle et trahissent la classe ouvrière. Ils seront un jour appelé à rendre des comptes. Nous, le peuple, nous avons de multitudes de raisons à être révoltés, le capitalisme pille les richesses produites par notre travail. 

Le produit de notre travail doit essentiellement servir à la création d’emploi et à la hausse des salaires, au développement des services publics, au financement de la Sécurité Sociale (droit acquis par Ambroise Croizat). Il est grand temps d’exiger le partage des richesses et de revendiquer haut et fort des droits nouveaux pour une véritable démocratie sociale.

Syndicalistes, nous sommes aussi des citoyens vigilants. La dureté de la vie, les compromis politiques, l’agressivité de la classe dominante, les matraquages de grands médias engendrent des déviations de l’esprit.

Le repli sur soi, la méfiance, l’individualisme sont source d’idées nauséabondes et réactionnaires. Le but est de diviser la classe ouvrière.

A la CGT, nous ne pouvons tolérer ces idées, nous devons les combattre, mais surtout être très vigilants à l’entrisme des organisations d’extrême droite qui tente d’infiltrer notre syndicat..

Rappelons nous souvent nos fondamentaux, partageons les avec les nouveaux adhérents.

Nos piliers sont : Solidarité, antiracisme, antifascisme, anticapitalisme et demeurons un syndicat de classe et de masse. Gardons cela en mémoire.

En ces temps troublés à cause du laxisme du gouvernement qui a choisi le camp des riches. La rue est occupée par les forces les plus réactionnaires qui mènent des combats antirépublicains. Cette période, même si les temps ont changé rappelle février 1934 où les milices fascistes attaquaient quotidiennement les institutions républicaines. Seule la mobilisation de la classe ouvrière a empêché l’extrême droite de prendre le pouvoir.

L’unité réalisée, la détermination, la radicalisation des luttes ont permis la victoire du Front Populaire et de grandes conquêtes sociales.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

commentaires

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND