Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 16:06

perenoel1.JPG

Les chiffres du chômage pour le mois de novembre viennent de tomber et de nouveaux, tous les clignotants restent au rouge.

cho1.JPG

> Le chômage des jeunes augmente de 0,5%,

> celui des seniors de 1%,

> celui de longues durées de 0,2% en novembre.

 

Ce sont 27 400 demandeurs d’emploi supplémentaires en novembre en catégorie A

et 22 100 catégories A, B, C confondues. 

Malgré les annonces, les contrats aidés, les cadeaux aux entreprises au nom de l’emploi, rien n’y fait. Le nombre de demandeurs d’emploi continue sa progression.

 

Alors de quoi avons-nous besoin ?

 

La clé  pour inverser enfin la Courbe du Chômage réside dans l'application d'une autre politique de l’emploi et des salaires.

 

perenoel3.JPG

Les évolutions législatives comme les accords nationaux interprofessionnelles, notamment celui du 13 janvier 2013, concourent à une baisse de pouvoir d’achat.

 

> D’abord pour les demandeurs d’emploi qui, avec la nouvelle convention d’assurance chômage, vont devoir financer les 800 millions d’économie prévus dans celle-ci.

choma.JPG

Ensuite les 15 millions de retraités qui,

> après la perte de la demie part fiscale pour les veufs et les veuves en 2008,

> la fiscalisation de la majoration de 10% pour 3 enfants et plus, les 0,3% au 1er avril 2013 pour financer la perte d’autonomie,

> la sous indexation de 1% en dessous de l’inflation prévue dans l’accord de mars 2013 sur les retraites complémentaires,

> enfin le report de la revalorisation des pensions au 1er octobre 2015 selon la loi rectificative du financement de la sécurité sociale votée le 23 juillet dernier.

ret2.JPG

Les salariés ne sont pas en reste avec:

> des revalorisations de salaires bloquées par les employeurs dans les entreprises du privé, 

> le refus de donner un coup de pouce au SMIC

> et la non revalorisation du point d’indice ([=blocage des salaires !] pour les fonctionnaires depuis........2010.

sala.JPG

Toutes ces mesures ont une même conséquence, un pouvoir d’achat atone et une consommation en berne.

 

achetez

Quand on sait que la consommation compte pour 57% dans le produit intérieur brut, tout le monde comprend que les politiques menées nous mènent droit dans le mur.

 

C’est pourquoi il y a urgence d'une autre politique

> par la fin des aides aveugles aux entreprises,

> par une augmentation des salaires, des retraites et des minimas sociaux qui permettent une relance de la consommation et

> par une remise à plat du financement de la protection sociale qui favorisera l’emploi.

 

Ne comptons pas sur le Père Noël dans cette période de fêtes mais sur la mobilisation des salariés qui pourront, dans l’unité, changer la donne.

perenoel2.JPG

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 21:30

 

SN

A l'heure où on nous parle que de développement durable et d'écologie (qui sont très importants) le Président du Conseil Régional lui prend une autre voie...que celle du Ferroviaire et propose, dans la même lignée que la Loi Macron (qui va libéraliser le Marché du transport et permettre aux Bus de supplanter les trains) de remplacer la ligne Alès Bessèges fermée à cause du manque d'entretien et non de la fréquentation, par un....tram bus.

 

sncf5

Aucun argument cohérent ne peut motiver un tel choix. En effet le coût du projet de rénovation de la ligne avait été chiffré à 9 M€, avec une halte aux Prés Saint-Jean pour les lycéens de Jean-Baptiste-Dumas. Les infrastructures existent déjà, il suffisait de les remettre aux normes. C'est le projet le plus économique et le plus efficace pour les usagers. Les études ont déjà été menées, les financements trouvés et validés par la Région

Mais non M. Alary voudrait, à présent, remplacer le train par un bus. L'actuelle voie ferrée serait démantelée, et remplacée par une route. Le projet se monterait à 12 ou 15 M€.

 

C'est à n'y rien comprendre.....

 

alesbesseges

 

Mais à force d'emprunter d'autres voies que celle du ferroviaire, et de ne pas vouloir entendre les voix des Cheminots et des Usagers, le Président du Conseil Régional risque de perdre des.....VOIX

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

usagers.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 07:33

act

Coup double pour GATTAZ en cette période de Fêtes de Fin d'Année : Deux Gros Paquets cadeaux de plus pour lui sous le .....SAPIN


1/ Pas d'augmentation du SMIC

2/ Pas de Taxe sur les Transactions Financières...

 

SMIC2

Au lieu de freiner fortement la spéculation en taxant l’ensemble des produits dérivés qui représentent 700 000 milliards de dollars par an de transactions ce qui aurait rapporté 35 milliards d’euros, la Taxe sur les Transactions Financières européenne ne sera donc pas appliquée

 gattaz1

De tous les renoncements accumulés depuis son élection, celui-ci est le plus symptomatique de la dérive ultralibérale du président de la République. En fait, le projet de TTF a été raboté à la demande du lobby bancaire, avec l’aide d’un gouvernement français très laxiste. Le Medef et son homologue allemand, le BDI, sont aussi montés au créneau pour plomber la taxation des produits dérivés, qui représentent plus de 80 % des transactions financières.

PATRONS

 

 

Alors à l’heure où l’on demande à tous les Européens de se serrer la ceinture sous prétexte de la « crise » on voit bien que certains ont encore de beaux jours devant eux…

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

sapin.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:46

 

ml14122014-1

bourse.JPG

A l'initiative du Conseil d'Administration de la Bourse du Travail d'Alès, la Population Alésienne était conviée à l'inauguration de l'exposition "l'Histoire de la Bourse du Travail et du Mouvement Social Alésien"

 

BOURSE

Bernard Vire, Président du Conseil d'Administation, après avoir regretté l'absence des Députés et Conseillers Généraux Locaux, est revenu sur cette Exposition visible encore toute cette semaine et indiqué que : «Notre mémoire ouvrière n’est pas courte. Rien n’est jamais acquis, vous le savez bien !»

BOURSE1.jpg

Il a précisé qu'il aura fallu trois mois pour rassembler des centaines d’affiches, de documents divers, des photos, compulser  les archives du journal "La Marseillaise"…Un travail titanesque auquel se sont principalement attachés Guilhem et Martine.

BOURSE2.jpg

«Nous avons passé du temps dans les archives municipales et départementales. Nous avons même retrouvé les statuts afférant à la création de la bourse du travail en 1901.»

ml14122014-2.JPG

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 11:51

Face à la surdité" de l'Exécutif Régional, de la direction de la SNCF, aux demandes de maintien des guichets SNCF, le Comité de Défense des Usagers et des Services Publics dans les Hauites Cévennes, FETERA le TRAIN

le MARDI 16 DECEMBRE à 15 HEURES

en GARE de GENOLHAC

 

TOUS ENSEMBLE POUR QUE VIVENT

NOS SERVICES PUBLICS

 

img220.jpg

sncf3

 

snc5

sp8

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 07:30

affichedimanche

Il y a cent ans, le 13 juillet 1906, la loi sur le repos hebdomadaire était promulguée. Elle accorde aux salariés de l'industrie et du commerce un repos de 24 heures après 6 jours de travail. L'article 2 de la loi fixe ce repos hebdomadaire au dimanche. 

 DIM

C’est une loi du 13 juillet 1906, qui grâce à l’initiative et au mouvement des employés du commerce, a octroyé à ces derniers et aux salariés de l’industrie, un repos de 24 heures après 6 jours de travail. L’article 2 de cette loi fixe ce repos le dimanche, permettant ainsi aux travailleurs la reconstitution de leur force de travail.

 dima

Depuis, la lutte des salariés n’a cessé de produire des acquis. En 1919, la journée de 8 heures introduite dans la loi, avec une durée de travail hebdomadaire à 48H, donne la possibilité aux ouvriers de faire leurs courses en semaine et consolidera le repos dominical.

 

C’est en 1936, avec la semaine de 40 heures que le dimanche est conforté et entre dans ce qu’on appellera le « week-end ». Cette journée de repos permet, depuis, à une majorité de travailleurs de se détendre et de maintenir un équilibre social et familial.

 

Rappelons qu’au début du 20 ème siècle l’espérance de vie se limitait à moins de 40 ans pour 45% des employés et des coiffeurs. Sous le prétexte trompeur de la modernité, il faudrait accepter un recul de plus de cent ans à travers une loi rétrograde qui sacrifie notre dimanche.

 

Aujourd’hui, le Patronat, fort du soutien affirmé du Gouvernement va faire voter une Loi, la Loi Macron qui va permettre de revenir sur cette Loi Centenaire.

 

L'ENJEU de la lutte contre le travail du dimanche C’EST LA VIE PERSONNELLE

 

L’emploi ?

 DIMAQNCHE2

Les études ont montré que l’incidence dans ce domaine serait nulle ou négative : les postes créés dans la grande distribution détruiraient autant voire davantage d’emplois dans le petit commerce. Les gens voient que toute la semaine on licencie, et on voudrait leur faire croire que l’on va embaucher dimanche.

 

Le pouvoir d’achat ?

 achetez

L’incidence sur les salaires dans le commerce sera nulle, et ils le savent.

 

La consommation ?

 dimanche11.JPG

 Les Français ne vont pas dépenser plus que ce qu’ils gagnent avec des magasins ouverts le dimanche.

 Tous les arguments économiques sont tombés les uns après les autres.

 

Même celui du tourisme. Il faudrait changer la loi pour développer le tourisme ?

Paris est déjà la capitale mondiale du tourisme de qualité, et la réglementation actuelle n’a jamais entravé le développement de ce secteur d’activité. Et que l’on ne nous serve pas l’argument grotesque selon lequel Michelle Obama ne peut pas faire ses achats dans un grand magasin parisien le dimanche !

 DIMANCHE8

Autre argument développé : Tout cela se fera sous couvert de …Volontariat.

 DIMANCHE7.JPG

 Il y a eu la séparation à l’amiable, les horaires individualisés, maintenant le prêt de salariés entre employeurs, et bien entendu les heures supplémentaires. Mais on peut avoir quelques doutes sur la réalité de ce volontariat. Même si l’on met des garde-fous pour empêcher le licenciement de salariés qui refuseraient de travailler le dimanche, la discrimination se fera à l’embauche. Vous refusez, vous n’avez pas de boulot.

 

 

Alors pourquoi modifier la Loi puisque déjà, des millions de salariés travaillent le dimanche, mais dans des secteurs ou des zones bien définis. Il y a le tourisme mais aussi la sécurité, les hôpitaux, les transports et certaines industries. Si on ouvre l’activité commerciale le dimanche, il ne faut pas oublier que derrière, il y a la logistique. Parler de développement durable et obliger davantage de camions à rouler le dimanche n’est pas très cohérent. Comme il était difficile de faire croire que les zones de Plan de Campagne, près de Marseille, de Sainte-Geneviève-des-Bois dans l’Essonne ou de La Défense étaient des hauts lieux du tourisme, on a inventé les Puce, « périmètres d’usage de consommation exceptionnelle ». Et là, on entre dans une autre dimension : il s’agit de légaliser des pratiques illégales, de donner une prime à la délinquance patronale. C’est exactement comme si, sur certaines portions d’autoroute, on relevait à 150 km / h la limitation de vitesse sous prétexte que des automobilistes ont pris l’habitude à ces endroits d’être systématiquement en infraction !

 

Pourquoi lutter contre le Travail du Dimanche

 DIMANCHE5JPG.JPG

Dans notre société, le dimanche est une journée réservée à des activités non professionnelles, familiales, associatives, sportives ou autres. De quel droit les patrons imposeraient à toute la société les temps de la vie ? On est dans le même débat que celui des retraites ou de la durée du travail : est-ce aux gens d’arbitrer entre le temps qu’ils consacrent au travail, à la famille, aux loisirs, ou est-ce aux entreprises de fixer les règles de la vie sociale en fonction de leurs intérêts ?

 

 DIMANCHE6JPG.JPG

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 21:54

 

RESULTCTP.JPG

Le Syndicat CGT est donc la première Organisation Syndicale au sein des Organismes Paritaires du Centre Départemental de Gestion (Communes de – de 50 Agents)

 

 

Les Employés Territoriaux du Gard ont donc jugé sur les faits le Syndicat le ieux à même de porter leurs revendications( malgré les campagnes de dénigrement de ces derniers jours).  

 

sp9

La C.G.T se maintient dans toutes les Commissions Administratives Paritaires (Gestion des Carrières) et GAGNE même 1 Siège au Sein du Comité Technique Départemental où ce sera  donc à présent 4 Elus qui pourront défendre les revendications de la C.G.T et notamment en s’opposant à la destruction massive des Services Publics et des Emplois Publics

 

Merci donc à tous les Fonctionnaires Territoriaux des Petites Collectivités du gArd qui font une nouvelle fois confiance à la C.G.T qui saura les défendre....

 



Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:50

 

brux.JPG

Les dégâts collatéraux du TSCG (traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) voté par le Parlement FRANCAIS en Octobre 2012 commencent à se faire ressentir. Après la présentation du Budget Français 2015 à Bruxelles comme ce Traité l'impose, la Commission Européenne se fâche et EXIGE de la France ENCORE PLUS de Réformes STRUCTURELLES pour atteindre le Graal des 3 % de Déficits.

Mais le problème c'est que les dites réformes structurelles qu’elle exige aujourd’hui ne vont que dans un seul sens, celui de l’aggravation de la misère, de la précarité et de l’exclusion sociale. 


On croit rêver car Bruxelles ose écrire « Une correction durable des déséquilibres budgétaires requiert la mise en œuvre crédible de réformes structurelles ambitieuses pour accroître la croissance et l’emploi » indique le document européen.

 

Petit Tour d'Horizon de ces Réformes Structurelles   EXIGEES par Bruxelles :

"Coût du travail"

COUT-copie-1
Veiller à ce que la réduction des coûts du travail résultant du crédit impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) soit maintenue ; prendre des mesures pour réduire encore les cotisations sociales patronales 

Traduction : réduire le salaire et sa partie socialisée et donc en conséquence diminuer la protection sociale.

 

Allocations-chômage :

 

 

cho11
Prendre des mesures supplémentaires pour « lutter contre la rigidité du marché du travail »

Traduction  : casser encore plus le code du travail et la législation sur les licenciements, baisser les cotisations sociales et diminuer les prestations sociales pour le chômage.

 

Retraites:

 

ret1
Prendre des mesures supplémentaires pour « ramener durablement le système des retraites à l’équilibre d’ici à 2020 », dans tous les régimes, « en se concentrant tout particulièrement sur les régimes spéciaux et complémentaires existants ».

 

Traduction  : alors que le rapport du COR de 2000 a montré que grâce à l’augmentation de la productivité il y aura au minimum jusqu’en 2040 de plus en plus d’argent pour payer les retraites ils veulent augmenter l’âge de la retraite et casser par exemple les statuts de la SNCF, RATP et des intermittents du spectacle.

 

Alors, jusqu’à quand allons nous accepter que l’U.E dicte notre politique économique, jusqu’à quand allons nous accepter de courber l’échine devant la séquestration de notre propre gouvernement ?

 

Quand les multinationales mettent en concurrence les salariés du monde en nous faisant le coup de la compétitivité soit on l’accepte, soit on affronte le capital et on protège nos emplois, nos activités et nos droits de travailleurs.

 

200M

 

Aujourd’hui, l’idéologie dominante s’efforce de nous persuader de l’impossibilité d’un changement radical, de l’impossibilité d’une abolition du capitalisme, de l’impossibilité de la création d’une démocratie qui ne se réduirait pas à un jeu parlementaire corrompu, de l’impossibilité du peuple à prendre la parole et dire ce qu’il veut.

 

Notre Gouvernement lui, veut faire confiance aux Entreprises. 

 

gattaz4

Ah ! la riche idée : faire confiance aux entreprises... Faire confiance au preneur d’otages en se jetant dans ses bras, persuadé sans doute que l’amour appelle invinciblement l’amour — et désarme les demandes de rançon. »


Car les entreprises ne créent pas l’emploi !

 

 

pacte4 (2)
Pour créer des emplois « encore faut-il que les carnets de commandes se remplissent... » (Jean-François Roubaud, président de la CGPME dans Les Echos, 3 janvier 2014.)


En effet, les entreprises ne produisent pas leur propre carnet de commande, elles ne font que répondre à des demandes extérieures. Or ces demandes extérieures ne dépendent que de la capacité de dépense de leurs clients.


La création d’emploi résulte d’un processus dont le nom le plus connu est « la conjoncture économique ».


Et, gérer « la conjoncture économique » est une action essentiellement POLITIQUE !


Mais, de cela, le Gouvernement « socialiste » a manifestement abdiqué toute velléité d’évolution : ligoté par les contraintes européennes qui ont si bien neutralisé toute possibilité de politique économique active, il a renoncé par avance à tout effort de retrouver quelque marge de manœuvre en cette matière.

 


Relancer la consommation par l’augmentation des salaires et des prestations sociales est justement un bon moyen de faire évoluer « la conjoncture économique » dans le bon sens.

 

Alors, jusqu’à quand allons nous accepter que l’U.E dicte notre politique économique, jusqu’à quand allons nous accepter de courber l’échine devant la séquestration de notre propre gouvernement ?

 

Quand les multinationales mettent en concurrence les salariés du monde en nous faisant le coup de la compétitivité soit on l’accepte, soit on affronte le capital et on protège nos emplois, nos activités et nos droits de travailleurs.

 

Aujourd’hui, l’idéologie dominante s’efforce de nous persuader de l’impossibilité d’un changement radical, de l’impossibilité d’une abolition du capitalisme, de l’impossibilité de la création d’une démocratie qui ne se réduirait pas à un jeu parlementaire corrompu, de l’impossibilité du peuple à prendre la parole et dire ce qu’il veut.

 

Ne nous laissons pas hypnotiser par les sirènes des médias, prenons notre avenir et celui de nos enfants en main et décidons nous même ce qui est bien pour notre pays.

 

 

 

AUST

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 10:26

 

PRUD

 

Le Parlement a adopté définitivement jeudi soir, par un vote de l'Assemblée, le projet de loi prévoyant la suppression des élections des conseillers prud'homaux au suffrage direct, au profit d'une désignation par les organisations syndicales et patronales

 gattaz1

La majorité des députés socialistes et UDI se sont prononcés pour, les communistes, les écologistes et l'UMP contre tandis que les radicaux de gauche se sont montrés réservés. Tous les groupes à l'exception des socialistes ont critiqué le recours aux ordonnances prévu par le projet de loi pour modifier dans le détail le mode de désignation des conseillers prud'homaux. 

 


Les élections prud’homales jouent le rôle, entre autres, d’un indicateur de l’influence respective des syndicats complétant ainsi l’information donnée par leur nombre d’adhérents.

Les pouvoirs successifs depuis les années 1980 sont largement responsables de la désaffection des salariés pour les élections prud’homales.

Les conseils de prud’hommes constituent un contre-pouvoir contre la toute-puissance de l’État et des directions d’entreprises.

 

Quelques rappels historiques.

 


Les conseils des prud’hommes sont le résultat d’un long processus historique multiséculaire. Ils constituent l’un des piliers du droit français.

"Apparu au XIème Siècle, le mot prud’homme provient de preux homme ou prode homme, preux et prode provenant de la même racine latine prode dérivée du verbe latin prodesse : « être utile ».

Étienne Boileau (1200-1270), prévôt de Paris sous le roi Saint-Louis cite l’arbitrage traditionnel des anciens, les « probi homines », hommes de valeur, prudents et de bon conseil.

 Le terme prud’homme s’appliquait alors aux « défenseurs du métier » qui intervenaient si un conflit surgissait entre artisans, il était tranché par leurs pairs : les prud’hommes.

C’est sous le règne de Philippe le Bel que furent constitués les premiers conseils de prud’hommes. En l’an 1296, le conseil de la ville de Paris créa vingt-quatre prud’hommes et les chargea d’assister le prévôt des marchands et les échevins afin de juger, en dernier ressort, les contestations qui pourraient s’élever entre les marchands et les fabricants qui fréquentaient les foires et les marchés établis à cette époque ; ils allaient, de plus, faire la visite chez les maîtres et peuvent être regardés, par-là, comme l’origine des gardes et jurés établis postérieurement dans chaque communauté d’arts et métiers.…

 

Au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, existeront également des prud’femmes, dont le rôle est de défendre les intérêts des femmes. Dans la vie professionnelle, les femmes étaient présentes dans la quasi totalité des corporations, et pouvaient comme les hommes accéder au statut de maître.

Certains métiers leur étaient réservés, comme le travail de la soie. Ainsi, les femmes participèrent aux élections internes à certains métiers sous l’Ancien régime et désignèrent ainsi des prud’femmes pour diriger certaines corporations professionnelles."

 

Se développe ensuite une longue histoire de ces conseils. On peut se reporter à l’histoire des prud’hommes sur le site de Wikipédia.

 

"Une réforme mise en œuvre en 1979, la loi Boulin, généralise l’institution : tant sur le plan géographique que dans la couverture des branches d’activités ; une ultime mesure législative interviendra 3 ans plus tard pour réduire les mandats électoraux à 5 ans. Il existait, jusqu’à fin 2008, 271 conseil de prud’hommes mais la réforme de la carte judiciaire menée par la ministre de la justice, ,Rachida Dati a conduit à la fermeture de 63 d’entre eux"

 

Il fallut attendre la loi du 19 mai 1874 pour que soit créé l’inspection du travail.

 

On constate donc que la modification des modalités d’élection des conseils prud’homaux constitue un enjeu important dans l’histoire du droit social français.

 

On peut constater aussi l’avis défavorable au projet de loi visant à la suppression des élections prud’homales de3 organisations syndicales (CGT, FO et Cfe-Cgc) sur 5 au sein du Conseil supérieur de la Prud’homie (CSP) qui s’est tenue le 17 décembre 2013 concernant cette suppression des élections prud’homales

 

Donc ce Gouvernement dit de Gauche va supprimer les élections prud’homales, la seule élection sociale démocratique transparente.

 Immense recul de la démocratie qui annonce la suppression des prud’hommes eux-mêmes.

 

 

 

Ce Gouvernement, sur injonction du MEDEF va donner le coup de grâce.

 

hollande6

Il paraît que ça coûte trop cher et qu’il n’y a pas assez de votants.

 

Trop facile d’accuser son chien d’avoir la rage… Il suffisait d’y ré introduire des moyens, une plus grande volonté d‘information et de débats pour redynamiser aussitôt l’élection.

Y a t il « trop » de droits et de vie syndicale dans ce pays ?

 

Le scrutin coûtait 91 millions d’euros, 4,77 euros par électeur inscrit. Une goutte d’eau. Ce n’est rien comparé à tant d’autres élections professionnelles moins importantes. C’est quatre fois moins cher que ce que l’état s’apprêtait à donner (440 millions) à « ecomouv’ » l’organisme privé qui devait récolter « l’écotaxe ».

 

Il y aurait trop d’abstentions : certes elle est passée de 37 % en 1979 à 74,5 % en 2008.

Oui, mais on est passé à 5 millions de chômeurs, les grands médias boycottent tous débats sur ce sujet, les listes sont erronées et incomplètes, le patronat a largement saboté, la chasse au sorcières antisyndicale s’est démultipliée.

 

prud2-copie-1

 Tiens : les salariés des petites entreprises (97 % ont moins de 50 soit 8 millions de salariés) ont le « droit » de quitter leur travail pour aller voter sans perdre de salaire…mais les patrons écrasent ce droit !

Décidons que, une fois tous les 5 ans, le jour du vote sera férié et le taux de participation augmentera !

 Améliorez l’information et les salariés immigrés – qui ont le droit de voter dans ce scrutin national pour élire les juges de la République – y participeront fièrement…

 

Aux prudhommes, 4,5 millions de salariés, c’est énorme, venaient voter pour leurs syndicats et donnaient une majorité (comme les élections des TPE) pour la C.G.T et FO, avec 33,56 % des voix pour la C.G.T et 15,68 % pour FO, la CFDT (Ces Faux Défenseurs des Travailleurs) obtenant 21,67 %.

 

prud3

 

A l’avenir, les juges prud’homaux salariés ne seraient plus élus mais « désignés » – loin des salariés – en fonction du « poids » de chaque syndicat.

 

 Depuis mars 2013, ce « poids » des syndicats est établi en agglomérant les résultats des élections d’entreprises CE et DP au niveau des branches.

Mais ces votes sont douteux, étalés sur 4 ans, transmis par les DRH avec plein d’erreurs et collationnés par les technocrates du ministre du travail !

Une opacité de plus.


Avec ce nouveau mode de scrutin par entreprise, la C.G.T ne nommera plus que 26,77 % des juges prud’homaux, la CFDT 26 %, FO 15,94 % ! La CFTC monterait à 9,30 %, la CFE-CGC à 9,43 % ! L’UNSA 4,56 % et Solidaires (SUD) 3,47 % sont éliminés. 

Soit un renversement de la « majorité » pour CFDT-CGC-CFTC. (Cherchez l'erreur !!!!)

sup.JPG

 

Coté patronal, le Medef est un groupuscule électoral : il refuse donc toute élection de représentativité car l’Union professionnelle artisanale (UPA) forte de ses 1,3 million d’entreprises adhérentes, deviendrait la première organisation, devant la CGPME et…le Medef.

 

PACTE2

Après avoir supprimé les élections, seul lien direct avec les salariés, il sera plus facile de supprimer les prud’hommes – comme le réclame, in fine, ………le Medef.

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 21:45

 

 cice2

Les effets « néfastes » des 10 Milliards versés depuis 2013 aux Grandes Entreprises dans le cadre du CICE commencent à se faire ressentir : Air France 40 Millions de CICE et 2800 suppressions d'Emplois mais 2,5 Milliards de Bénéfice - Axa Assurances 10 Millions de CICE  et des Milliers de Suppressions d'Emplois en France Allemagne et Belgique et Bénéfice en hausse e 10 % à 4,5 Milliards - LA POSTE 297 Millions de CICE  et 4500 Suppressions d'Emplois et bénéfice en hausse de 31 % à 627 Millions - Orange 79 Millions de CICE en 2013, 3751 Suppressions d'Emplois et Bénéfice doublé en 2013 à 1,9 Milliards....PSA 80 Millions de CICE en 2013 et 8000 Suppressions d'Emplois et Bénéfice 588 Millions...VEOLIA 30 Millions de CICE en 2013 - 700 Suppressions d'Emplois mais Bénéfice  de 394 Millions ..

 

act

 

Question Compétitivité Emploi voilà bien une mesure Efficace.....

Il serait temps que ce Gouvernement soit conscient qu’il nous conduit droit dans le mur et envisage une autre Politique de relance par l’augmentation des Salaires et des Minimas Sociaux seule susceptible de relancer la consommation et donc la croissance et l’emploi


CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

AUG.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND