Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:27

CHO7

Haro sur le SMIC, les 35 heures, les jours fériés: le détail des revendications du patronat

 

Profitant de sa "lune de miel" avec le chef de l'État et le premier ministre, le Medef — le syndicat des patrons — veut obtenir plus des salariés !

TOUJOURS PLUS !

 GAT5.JPG

Il vient de rendre public un véritable cahier de revendications (comme ceux que faisaient autrefois les salariés): Il revendique désormais publiquement la suppression des jours fériés, l’allongement de la durée légale du travail, le droit de payer des salariés en dessous du SMIC, etc.


Ce cahier de revendications patronal a été rendu public ce week-end dans le journal "Les Echos", dont le prétexte — mais "sans engagement" de sa part, cela va de soi — est de prétendument créer un million d'emplois en France. Comme toujours les engagements n'engagent que ceux qui les croient !

Pourquoi rendre public, justement ce week-end, ce projet revendicatif d'attaque massive contre le travail  ?

N'écartons pas l'idée qu'il s'agissait d'affaiblir le message et la porté médiatique la "Fête de l'Humanité", le grand rassemblement populaire et revendicatif du monde du travail qui se tenait justement ce week-end, au cours de laquelle les journées d'actions revendicatives des travailleurs, des 30 septembre (retraites et retraités) et du 16 octobre (défense de la sécurité sociale) ont été débattues et popularisées. Détourner les médias de leur mission — informer — et les mettre au service de leurs mauvaises  actions patronales, c'est une tactique patronale éprouvée, d'autant que les grands médias lui appartiennent.

 

Dans la logique dogmatique du Medef — qui écarte évidemment la recherche d’un accroissement de la demande par l'augmentation des salaires — le document balaye l’ensemble des revendications patronales, qualifiées de "leviers potentiels de croissance", qu’il s’agisse de mesures de court terme, parfois très sectorielles, ou de mesures globales touchant au Code du travail, ou à la fiscalité des entreprises et des riches.

 

AUST

Voici les plus emblématiques revendications du Medef: les salariés sont prévenus !

 

-  Suppression des jours fériés

 

Pour le Medef, « le nombre de jours fériés (11 au total) et les complexités d’organisation qu’ils induisent seraient un frein à la croissance et donc à l’emploi». En supprimant deux jours fériés par an, le patronat prétend espérer un gain de 1% de croissance, et la création de 100.000 emplois. Pourtant on a testé la suppression du lundi de pentecôte : elle a aggravé la crise !

 

- Casse du SMIC

 

salaire-copie-1.JPG

C’est une exigence que Pierre Gattaz a déjà formulée au printemps. Elle consiste à instaurer,  prétendument de façon transitoire, — mais on sait qu'en France le provisoire dure très longtemps ! — un salaire qui serait inférieur au SMIC pour les «populations les plus éloignées de l’emploi et qui pourrait être complété par des allocations sociales afin de garantir un pouvoir d’achat équivalent au SMIC».


Une logique qui revient à généraliser celle des emplois aidés, pourtant souvent critiquée par le patronat, alors que les grosses entreprises exploitent déjà des dizaines de milliers d'apprentis sous-payés, qu'elles jettent à la rue, dès le diplome obtenu, pour en prendre d'autres.

 

Rappelons que les "allocations sociales", sont payées par les cotisations sociales des salariés et les impôts, dans le même temps où le patronat revendique la baisse de ses cotisations et de ses impôts: qui paierait la note, selon vous ?

 act

Et le MEDEF jette en pature un prétendu "gain d’emplois" — chiffre livré à l'imaginaire social pour faire passer la pilule, mais toujours sans engagement aucun ! — entre 50.000 et 100.000 sur cinq ans. Rappelons au rèveur, au passage, que les conseils d'administrations des grandes entreprises ont prévu d'en supprimer 5 à 10 fois plus sur la même période dans leurs plans stratégiques !

 

- Réduire le nombre de Délégués du Personnel (DP), et de Comités d'Entreprises (CE)

 

SEUIL2

Réduire les possibilités d'action des défenseurs des salariés — que sont les syndicats — et particulièrement la CGT : c'est l'objectif patronal principal ! Le Medef veut donc "remonter les seuils sociaux", en se gardant bien de dire à quels nouveaux seuils doivent être fixées les obligations sociales mais aussi fiscales.

N'imaginez pas que ce soit la gestion des activités sociales qui pose problème au patronat; d'une manière générale cela ne lui coûte pas grand chose ! Dans de très nombreuses entreprises il ne leur accorde même pas de budget social au CE ! Non, ce que n'a jamais admis une grande partie du patronat c'est qu'il soit contraint d'informer les salariés sur ses projets de gestion. Il considère toujours que c'est une atteinte à la sacro-sainte propriété privée. C'est pour cela que les CE sont dans le collimateur ! C'est pour cela que les patrons jonglent avec le seuil des 50, pour que les salariés de viennent pas s'immiscer dans ce qu'ils estiment être leur "chasse gardée".

 

Le Medef se borne, à ce stade, à revendiquer un "lissage" des seuils, et, évidement, prétend — sans en apporter la moindre preuve — que cette mesure pourrait créer entre 50.000 et 100.000 le nombre d’emplois, "sous trois ans". Une nouvelle fois, les promesses n'engagent que ceux qui les croient !

- Allonger la durée du travail

 

35.JPG

Pierre Gattaz revendique « d'en finir avec le principe d’une durée légale imposée à toutes les entreprises» en permettant à celles-ci d'imposer non seulement la durée, «qui constituera alors le seuil de déclenchement des heures supplémentaires», mais aussi le taux des majorations horaires et l’aménagement du temps de travail.

 

Traduisons ce charabia patronal :

1- L'élévation de la durée légale du travail permettrait de réduire le nombre d'heures supplémentaires, et donc d'en payer moins. Mais cela ne suffit pas aux Medef:

 

2- Réduire, voire supprimer les majorations des heures supplémentaires, c'est aussi ce que revendique aussi le Médef. Mais cela ne lui suffit pas encore:

 

3- Accroitre encore la flexibilité des salariés, pour rendre encore plus invivable la vie des salariés.

Pour le Medef, « La loi ne serait plus que supplétive, et s’appliquerait par défaut aux entreprises qui ne souhaitent pas, ou ne parviennent pas à négocier un accord» , précise le texte patronal. Cette revendication rejoint l’idée, également défendue par le Medef, de faire primer les accords majoritaires d’entreprise sur le contrat individuel, «pour permettre le réel développement des accords compétitivité/emploi, qui devront être offensifs et pas seulement défensifs».

 

- Travailler le dimanche

 

DIMAQNCHE2

Le Medef veut, prétendument "en accord avec les salariés qui le désirent, ou par accord social d’établissement, d’entreprise ou de branche", que des commerces soient ouvert le soir et le dimanche.

Il prétend, mais toujours "sans engagement" que nombre d’emplois qui serait créés s’élèverait entre 50.000 et 200.000 "à terme" dans le tourisme, et entre 40.000 et 100.000 dans le commerce et la distribution.

 

Dans le tourisme ? 

Encore faut-il que les salariés qui, rappelons le, représentent près de 95% de la population active, aient du temps libre pour se transformer en touristes ! 

Mais le Medef veut réduire le temps libre ! cherchez l'erreur !

 

Dans le commerce ? 

Tout le monde sait que la baisse du pouvoir d'achat des salariés réduit la consommation et vide les carnets de commandes des entreprises. Or les patrons refusent d'augmenter les salaires, et le gouvernement bloque les salaires des fonctionnaires depuis quatre ans, et bloque les pensions des retraités depuis un an !

Décaler les horaires d'ouverture des magasins n'augmentera pas le nombre de consommateurs; cela ne créera évidemment aucun emploi, mais, au contraire, aggravera la crise du commerce de détail et de proximité où le chômage s'accroîtra, au bénéfice des grandes surfaces.

 

 - Casser le CDI

 

PATRONS

C’est une idée ancienne du Medef, qui vise à généraliser à l'ensemble du monde du travail, le Contrat de chantier, tel qu’il existe dans le bâtiment.

Appréciez le langage: «Il s’agirait d’un contrat à durée indéterminée qui prendrait fin automatiquement une fois le projet réalisé.» En fait ce ne serait plus un CDI, mais un CDD de longue durée, pour, prétendument, d'après le Medef, répondre à la «peur de l’embauche» qui paralyserait les chefs d’entreprise, notamment dans les TPE et PME du fait de leur faible visibilité sur leurs carnets de commandes.

 

- Haro sur les privés d'emplois !

 

CHO5

Tout d'abord, le Medef veut une nouvelle négociation de l'assurance chômage ! Comme il n'est pas arrivé complètement à ses fins, malgré la signature complaisante de certains organisations syndicales de salariés, le Medef revendique de rouvrir «sans attendre» une nouvelle négociation sur le sujet

 

D'autre part, il revendique de «mettre en place un réel contrôle de la recherche d’emploi", qu'il prétend"quasi inexistant aujourd’hui».

 

BREF, LA TOTALE !

 

- Transformer le C.I.C.E en baisse durable de cotisations sociales

 

exo2

Cerise sur le Gâteau, sur la partie fiscale de ses revendications, le patronat souhaite transformer le Cice en baisse de cotisations patronales sur les salaires (vous savez, ce qu’ils appellent abusivement « charges » et qui fait partie de votre salaire), mais… seulement en 2017.

Le Medef juge, en fait, qu’une baisse des cotisations sociales est plus durable qu’un crédit d’impôt... des fois qu’un nouveau gouvernement ne viennent le supprimer !.

Il revendique parallèlement la suppression progressive de taxes qui pèseraient, d’après lui, sur les facteurs de production et les taxes sectorielles.

 

 

CHIFFRES

Enfin, le syndicat patronal demande la suppression de la taxe sur les salaires, qui réduit très légèrement les profits des banques et des assurances, et, évidemment, la fin de la taxe sur les transactions financières

 

Voilà les Salariés savent maintenant à quoi s'en tenir et les Journées d'Action du 30 Septembre et du 16 Octobre prochains seront l'occasion de montrer que nous ne sommes pas prêts à nous laisser prendre la laine sur le dos sans réagir car il est clair que sans cette réaction MASSIVE des Salariés le Gouvernement cèdera (une nouvelle fois) aux injonctions du MEDEF et de la Finance...

 

 

 alert.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 15:15

retraite1

 

Le gouvernement est injuste pour les salariés, les chômeurs, les retraités mais généreux pour les actionnaires.

En France le chômage progresse, la création de richesses est en panne, la demande intérieure est moribonde.

 Le pouvoir d’achat des salariés, comme des retraités, ne cesse de baisser.

Des résultats catastrophiques qui sont le fruit de la politique d’austérité de la baisse des salaires, pensions et des cadeaux accrus au monde de la finance.

 

RETRAITE2

 

POURTANT  DE L’ARGENT POUR LES SALAIRES,

LES PENSIONS : IL Y EN A

 

 

200milliards4

220 milliards d’euros d’aides publiques ont été donnés aux entreprises qui ne sont soumises à aucune évaluation alors que tous les observateurs attentifs constatent que cela n’a servi ni à l’investissement, ni l’emploi.

De 6,9 milliards d’euros en 1978, les Dividendes versés aux Actionnaires sont passés, pour les sociétés non financières, à 247,6 milliards en 2008, année du déclenchement de la crise.

En trente ans, leur montant a donc été multiplié par 36 quand la masse salariale ne l’était que par 4,5.

POUR LA REVALORISATION DES PENSIONS

AUST

 

Les organisations syndicales, associations qui avaient réussi l’énorme manifestation des retraités le 3 juin, ont décidé de rappeler LEUR VOLONTE DE VOIR REVALORISER L’ENSEMBLE DES PENSIONS COMME CELA AVAIT LIEU LE 1ER JANVIER DE CHAQUE ANNEE. ET MAINTENANT LE GOUVERNEMENT, LE PATRONAT, ONT DECIDE DE REPORTER AUX CALENDES GRECQUES LES REVALORISATIONS DE NOS PENSIONS.

 

C’EST INSUPPORTABLE.

retr.jpg

img201.jpg

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 09:45

img199.jpg

Ce Paron Voyou (incarcéré pour Banqueroute et Abus de Biens Sociaux) qui percevait un Salaire de 100 000 Euros Mensuels et qui avait perçu plus d'1 Million d'Euros de Subventions publiques avait licencié ses 105 Salariés du Site de Saint Christol en Juillet 2013 et ouvert un Centre Low-Coast à l'Ile Maurice.

call-copie-1

Le Conseil des Prud'hommes d'Alès devait se prononcer sur la "validité" de ces Licenciements que les Avocats qualifiiaient "Sans cause réelle et sérieuse" après que la Cour d'Appel de Nîmes ait rejetée le PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi)

img195.jpg

Après les différentes Plaidoiries le Conseil des Prud'hommes indiquait que le Jugement serait rendu le .......22 Janvier 2015 

img198.jpg

 

Par contre on est toujours sans nouvelle de la suite réservée à la Lettre de l'ancien Préfet du Gard après la sollicitation de l'Union Locale d'Alès concernant le "reversement" des Aides Publiques versées à cette Société.....

 

pref

cliquez sur l'Image

FR3

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 21:00

 

CHIFFRES.JPG

Devant le refus du MEDEF concernant les créations d'emplois promises en contrepartie des 40 Milliards d'Aide versés, François Rebsamen a trouvé une solution pour faire baisser les chiffres des Demandeurs d'Emplois : LES RADIER EN MASSE ! Cette recette qui avait également été pratiquée (sans succés) par le Gouvernement Sarkozy avait été dénoncée HAUT et FORT par les Socialistes et par François Hollande, il est vrai en campagne de Promesses Electorales.

 

Les Socialistes à l'époque prétendaient en parlant de Sarkozy: «Il préfère mettre en scène la culpabilisation de ceux qui subissent ses erreurs politiques, pour mieux s’en dédouaner»,


hollande2012.JPG

 

tempête le Parti socialiste dans un communiqué. «Avec François Hollande, nous avons conscience que notre tâche ne sera pas d’accuser ni de diviser les Français, mais bien de redresser la France», poursuit le texte, qui se conclut ainsi : «Quand Nicolas Sarkozy attaque les chômeurs, François Hollande, lui, veut s’attaquer au chômage


Le candidat François Hollande, lui, tweetait ceci : «Le candidat-sortant pense que les chômeurs veulent rester chômeurs ?

Ce qu'attendent les chômeurs c'est du travail

 

CHO7

 

Non M. Hollande ce n'est pas du côté des demandeurs d'emplois qu'il faut chercher les responsables de cette catastrophe concernant les Chiffres du Chômage mais bien du côté de vos nouveaux Amis de la Finance qui ne de cessent d'accumuler tous vos cadeaux pour augmenter toujours plus les Dividendes versés aux Actionnaires

(+ 30 % en trois Mois) au lieu de l'injecter dans l'Investissement productif 

 

divid

En résumé, le Gouvernement veut stigmatiser les plus démunis en dénonçant les demandeurs d'emplois "abusifs" mais rien n’est fait contre le travail non déclaré qui engendrerait, quant à lui, entre 13.5 et 15.8 milliards d'euros par an de cotisations sociales non perçues, ni contre la fraude fiscale, sous toutes ses formes, qui représenterait, quant à elle, entre 60 ET 80 milliards d'euros dans notre pays d'après la Commission européenne ! 

Ce montant représente entre 16,7 et 22,3% des recettes fiscales brutes de l'Etat, voire plus Il représente le double des économies budgétaires inscrites dans la loi de Finances 2014. Dit autrement, si les 60 à 80 milliards d'euros étaient vraiment versés dans les caisses de l'Etat, la logique austéritaire pronée par le gouvernement en prendrait un sacré coup.

 

 

En cette période où l’on cherche par tous les moyens à trouver des ressources nécessaires pour équilibrer nos comptes, on le voit bien la lutte contre la fraude fiscale est donc une priorité, mais nos Gouvernants l’entendent-ils de la sorte ?

 

fraude2.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 07:31

 

valls5.JPG

Le Gouvernement VALLS2 vient d'être annoncé, et le 1er Ministre n'a rien trouvé de mieux que de nommer un ancien Banquier au Ministère de l'Economie. Pour justifier son choix Manuel VALLS a affirmé sans honte que "La France a vécu  AU-DESSUS DE SES MOYENS...depuis 40 ans !!"

 

 

visse.JPG

Mais Monsieur VALLS, qui prend ses aises et vit au dessus de ses moyens ?


Les 8 Millions de Personnes qui vivent en dessous du seuil de Pauvreté ?,  les 5 Millions de Chômeurs (les chiffres de Juillet viennent d'être annoncés et sont toujours en hausse) ?,  Les 30 % de Français qui n'ont pas pu partir en vacances cet Eté ?, les 30 % des Français ne se soignent plus par manque de moyens ?.... Les Salariés qui survivent avec un SMIC (1100 € par Mois), les personnes qui ne peuvent pas vivre avec un RSA à 480 € ? les jeunes sans Contrat et sans formation ? Les Retraités toujours plus ponctionnés ? les Fonctionnaires dont les Rémunérations sont bloquées depuis plus de 4 Ans ?

 

 

act

Mais non, vous nommez un Banquier au Ministère des Finances qui n'a rien trouvé de mieux que le Pacte de Responsabilité qui grâce aux 40 Milliards versés au MEDEF a permis d'augmenter les Dividendes des Actionnaires de plus de 30 % ....

 

 

 

PACTE4

Oui M. VALLS, la France est un Pays riche elle est le deuxième PAys au Monde en terme de Dividendes versés. Au deuxième trimestre 2014, 40 Milliards ont été versés aux Actionnaires. Les 500 Français les plus riches ont cumulé 267 Milliards de Gains.

 

 

 

PATRONS.JPG

rich1

Non M. Valls les Français qui vont ont permis d'accéder au Pouvoir n'ont pas voté pour une Politique de l'Offre, ni celle de la baisse du Coût du travail, ni l'austérité. Il n'a n'a pas voté pour flexibiliser le droit du travail, de supprimer les Elections prud'hommales, de casser l'Inspection du Travail, de faciliter les licenciements, de multiplier les contrats précaires, de geler les seuils sociaux, de ne pas amnistier les Syndicalistes, de diminuer les droits des chômeurs, de repousser l'âge réel de la retraite à 66 ans avec 43 annuités, de donner 41 Milliards au MEDEF, de retirer 11 Milliards aux Collectivités Territoriales, de reirer 11 Milliards à la Sécurité Sociale, de faire 50 Milliards d'économie sur nos soins sociaux

 

 

AUST

 

Les Français ont chassé Sarkozy pour qu'une autre Politique soit enfin mise en place et ils sauront vous faire savoir qu'il est vraiment temps de partager les richesses avant que tout n'explose !!!!! 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 15:21

 

SEUIL2

Comme il l'a indiqué, et malgré que le Navire France dérive dangereusement, François Hollande garde le Cap qui lui est donné depuis quelque temps maintenant par le Patron du MEDEF, ..........son CAP à lui c'est le CAP....ITAL;

 

En effet M. Gattaz et ses Congénères du MEDEF ne se contentent pas des 40 Milliards offerts dans le Cadre du CICE et du Pacte de Responsabilité versés bien naturellement sans aucune incidence sur l'emploi, non ils veulent maintenant, après avoir supprimé les Elections Prud'homales,  SUPPRIMER les SEUILS SOCIAUX.

 


 

chs

 

Pour rappel :

 

- l'entreprise qui compte 10 salariés est obligée de faire désigner par ses salariés un délégué du personnel : article L'412-18 du code du travail.


- L'entreprise qui compte 50 salariés est obligée de faire désigner par ses salariés un comité d'entreprise : article L'412-36 du code du travail.

 


C'est Ambroise CROIZAT, Ministre du Travail en 1945 et 1946, qui a créé les comités d'entreprise, par l'ordonnance du 22 février 1945 et la loi du 16 avril 1946. Dés l'origine, il s'est heurté à une très forte hostilité des patrons, qui détestaient violemment ces nouvelles protections offertes aux salariés, surtout en cas de licenciement : consultation du CE obligatoire. Les 4 lois Auroux ont toiletté la vieille législation de CROIZAT, mais, contrairement a ce qu'on a écrit, c'était surtout de la cosmétique...!

 

 

CROIZAT3

 

Hollande veut "suspendre" la mise en place de ces seuils : en clair, interdire tout nouveau CE ou délégué du personnel sensé être un "obstacle a l'embauche"(sic), un pur bobard patronal !

 

 

 

 

Or, Les seuils n'ont jamais empêché le plein emploi :

 

 

Les CE existent donc depuis 1946. Pendant 30 ans, les 30 Glorieuses, ils n'ont absolument pas empêché le PLEIN EMPLOI : dans les années 60, il fallait une heure et demie pour avoir un emploi que l'on gardait pendant 40 ans, et l'existence d'IRP n'a jamais empêché le plein emploi d'exister : ce qui montre l'absurdité, l'incroyable mensonge de la CGPME et du MEDEF...!!!

 

Hollande est totalement lobotomise par le discours patronal : un vrai repete-jacquot de tous leurs mensonges majuscules... !!!

 

L'absence de CE va fragiliser encore la population salariée, encore plus "jetable" que jamais, puisqu il n'y aura plus de consultation du CE en cas de plan social.


Le PS au pouvoir ose faire ce que l'UMP au pouvoir n'a jamais osé tenter. Ce qui montre à quel point la droite solférinienne est désinhibée, à quel point l'intérêt minimal des salariés compte pour peanuts dans son cerveau malade !

 

 

Après l’argument du « Coût du Travail » qui a débouché sur la suppression des Cotisations Familiales, il faut absolument démolir le faux discours patronal, selon lequel la suspension des seuils faciliterait elle aussi la création d'emplois

 

 Comme le montrent l'UNEDIC et le FMI, Le chômage a empiré en France en 2014, et la suspension des seuils n'y changera rien...

On voit bien les sacrifices que vont faire les salariés, on ne voit absolument pas ce qu'une telle mesure peut leur rapporter !

Comme aurait dit BRASSENS, de cette reforme, et en terme de gain pour l'emploi,

 

PACTE2

 

 

« a peine y pourrait-on rôtir 4 châtaignes ! »

 


 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS POUR LIRE L'ARTICLE....

 

seuil.JPG

 


 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 11:35

act

Contrairement  à ce qui est répété à longueur de Médias : L’argent EXISTE mais le problème c’est qu’il est accaparé par les Actionnaires qui s’en gavent toujours plus grâce à la Politique menée par le Gouvernement de cadeaux toujours plus importants pour les plus nantis au détriment des plus démunis.

 

En effet, la France est le deuxième pays au monde après les États-Unis en termes de dividendes versés au cours du deuxième trimestre, selon le Figaro. Au cours du deuxième trimestre, les entreprises françaises ont en effet versé 40,7 milliards de dollars à leurs actionnaires !

 

CHO3


Pendant que les salaires stagnent ou pire diminuent pour certains, et que l'activité économique fait du surplace, les rémunérations des actionnaires flambent de + 30,3 % !

 

indus

 

Les entreprises françaises font même augmenter la moyenne mondiale puisque les dividendes globaux au niveau mondial ne s'inscrivent en hausse "que" de 11,7% affichant un nouveau record à 426,8 milliards de dollars US versés par les entreprises cotées au deuxième trimestre 2014.

 

A elle seule l'Europe a assuré 2/5ème des versements de dividendes mondiaux au deuxième trimestre soit 153,4 milliards de dollars, en hausse de 18,2%.

 

La France (+ 30,3%), la Suisse et l'Espagne (+ 75%) sont les pays qui ont le plus augmenté les rémunérations attribués à leurs actionnaires en Europe.

 

dividendes

 

Et il y en a encore qui pensent qu'il n'y aurait plus d'argent ! C'est insensé !

 

La crise ne touche pas tout le monde ! Elle ne touche que les salariés, à qui l'on raconte que leur salaire est un coût !

 

 Mais est-ce si étonnant le fait que l'argent coule à flot ?

 

Grâce au CICE (crédit d'Impôt Compétitivité Emplois) et au Pacte d’Ir-Responsabilité créés par le gouvernement sur « conseil » du MEDEF, sans contrôle ni contrepartie, l'argent passe directement de l'État aux actionnaires !!!

 

PACTE4

 

C'est aujourd'hui une évidence !!!

 

Le CICE et le Pacte de Responsabilité

ne produisent ni compétitivité, ni emploi !

 

Juste des liquidités au bénéfice des plus riches !

 

cliquez sur l'Image ci-dessous....

 


 

cap.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 18:44

val.JPG

Manuel Valls annonçait le 1er août que la rentrée allait être dure.

 

François Hollande annonce qu’on ne peut plus attendre des « résultats » à court terme mais à long terme.


La fameuse croissance est à 0. La dette augmente. Les déficits ne baissent pas.

 

L’inflation sent la déflation.

 

Le chômage augmente. Les salaires sont bloqués. Le droit du travail se dégrade avec une explosion des plans de licenciements et de la précarité. Les inégalités se creusent. La misère s’accroit. Le TUCP, taux d’utilisation des capacités productives est de 70 % seulement. L’investissement a reculé au 2° trimestre. 

 

CHO5

 

Tous les feux sont au rouge. C’est « la panne » avoue Michel Sapin.

 

 

CHO7

Mais les 500 familles ont gagné 59 milliards en 2013 et 40 milliards de plus en 2014, soit 25 % et 18 % de plus, elles ont l’équivalent de 16 à 18% du Pib, soit de 330 à 370 milliards, plus que le budget de l’état.

Il existe 590 milliards d’avoir français dans les paradis fiscaux.

 

 

DIV-copie-1.JPG

Il existe 80 milliards de fraude fiscale. 1 % de la population possède 25 % du patrimoine et 10 % en possède 60 %.

 

 

fraude.JPG

 

 

paradis fisc

Les dividendes atteignent entre 84 milliards nets et 210 milliards bruts.

 

dividendes

 

Le CAC 40 gagne 40 milliards. 30,3 % de dividendes hausse spectaculaire en 2° trimestre… 

Jamais la France n’a été aussi riche, et les richesses aussi mal partagées.

 

Et que disent nos dirigeants élus par toute la gauche en mai juin 2012 ?

 

Qu’il faut donner 41 milliards au Medef, qu’il faut diminuer les dépenses publiques et sociales de 50 milliards, qu’il faut baisser le coût du travail, les salaires.

 

 

PACTE4.JPG

Prendre 11 milliards aux collectivités territoriales. Prendre 11 milliards à la Sécu.


C'EST POURTANT CE TYPE DE POLITIQUE D'AUSTERITE PARTOUT EN EUROPE QUI CONDUIT A LA CATASTROPHE.....



Du coup 85 % des électeurs n’ont plus confiance en eux.

 

La gauche qui leur a donné tous les pouvoirs, se désole, s’enrage, s’oppose et s’abstient. L’exécutif a fait subir au PS une terrible déroute aux municipales le 30 mars.

Encore une autre aux européennes le 25 mai ou même Le Pen est arrivée en tête.

 

Bientot 13 régions sur 13 seront perdues et le PS subira le sort du Pasok, il lui restera 20 députés. 

 

Et que redisent les dirigeants ? « Hors de question de changer de politique ».

Un ministre déclare : «Est-ce qu’une seconde, un frondeur pense sérieusement que l’on va abandonner, comme ils le proposent, le pacte de Responsabilité?» 

 

Un paradoxe, un nœud gordien, une impasse, un défi, qu’en dire au juste ?

 

On est dans l’improbabilité. Dans la panade.

 

Car oui, il va falloir abandonner ce « pacte » mort-né et faire autre chose.

 

Refuser de changer, maintenant, ce n’est pas sérieux. Homme d’état, ça ne veut pas dire « figé ». Ca ne veut pas dire sourd et aveugle.

 

Quand on est dans le mur, il faut être pragmatique, il faut écouter, la raison et son électorat d’abord. Démocratie, le pouvoir au Parlement, à la majorité rose rouge verte ! 

 

mur

 

 

Ce qui est « irresponsable » c’est de ne pas prendre en compte la situation concrète. De plus en plus de voix s’élèvent : même le Président de la Bundesbank, Jens Wiedmann, se prononce pour une hausse de 3 % des salaires. 



Ni le pacte de compétitivité, ni de responsabilité, ne fonctionnent, rien à faire de ce coté, le patronat ne veut passi on ne l’y oblige pas !

 

 

PACTE2

Le patronat est entre les mains de la finance et la finance préfère la spéculation à l’emploi, l’économie casino à l’industrie. 



Au lieu de lui passer tous ses caprices, de lui déverser des milliards en vain, il faut contraindre le patronat et il faut s’appuyer sur le salariat qui produit toutes les richesses et n’en a pas la part qu’il mérite.

 

Il faut tourner et vite ! Il faut rompre avec l’austérité, il faut relancer la machine, hausser les salaires et les minima sociaux, faire une réforme fiscale et redistribuer, restaurer un contrôle sur les licenciements, bloquer la précarité, renforcer et développer les services publics. 

Cap à gauche ou cap suicide !

 

cond.JPG

 

 

 

 

- Gérard Filoche, membre du bureau national du PS

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 15:51

 

achetez

 

 

Pendant qu'on apprend que les dividendes versés à leurs actionnaires par les grands groupes français au deuxième trimestre atteint le chiffre "astronomique" de 40 milliards de dollars, soit une hausse de 30%, les faillites de FagorBrandt, Gad, de Caddie, ou encore Mory Ducros, mobilisent l'attention des médias, les déboires de ces entreprises emblématiques sont l’arbre qui cachent la forêt.

 

 

capital2

 

 

L'année 2013 a totalisé 63.101 défaillances d'entreprise, en hausse de 3% par rapport à 2012, et a frisé le niveau record de 2009 où 63.700 entreprises avaient mis la clé sous la porte. Le nombre d'emplois détruits par ces faillites d'entreprises a dépassé le niveau de 2009 avec plus de 269.000 emplois détruits.

 

 

salaire

Cette tendance se poursuit, puis qu'en juin 2014, le nombre de faillites — calculé sur l'année glissante — a encore augmenté de 1,8%. Dans le commerce et la réparation automobile plus de 14.000 entreprises ont mis la clé sous la porte ces douze derniers mois.

 

Les très petites entreprises (TPE) sont les plus touchées par ce fléau puisque davantage de petites sociétés employant un ou deux salariés ont fait faillite en 2013 par rapport à 2009, et cela continue.

 

 

 

dividendes

Parmi les petites structures, le petit commerce — alimentation générale, activités de bricolage, vêtement et équipements du foyer — a été terrassés en 2013 avec plus de 8500 fermetures de magasins, un niveau jamais enregistré. L’idée d'ouvrir son magasin "pour s’en tirer", lorsqu’on est un salarié menacé de licenciement, et se battre pour obtenir une prime supralégale plutôt que de défendre son emploi, est donc une très mauvaise idée, une illusion, voire un piège fatal !

 

En 2013 les services à la personne ont également connu une année noire, tout comme la restauration. Avec 5700 dépôts de bilan l'an passé, la restauration traditionnelle paie le plus lourd tribut, et concentre les deux tiers des procédures, même si la restauration rapide a tiré son épingle du jeu.

 

La tendance de 2013 se confirme en 2014 !

 

Deux secteurs ont connu une forte hausse des défaillances sur un an (de juin 2013 à juin 2014): l'agriculture et la pêche (+7,3%), et les activités financières et d'assurances (+14,3%). Mais, en masse, les faillites frappent surtout le commerce et la réparation automobile, ainsi que la construction. 

 

Les commerces de proximité subissent de plein fouet la panne de la consommation des ménages. Or la consommation est le moteur essentiel de la croissance en France, contribuant pour environ 55% au PIB. Or, les ménages voient baisser du pouvoir d'achat, à cause de la stagnation des salaires, une précarité et un niveau de chômage élevé, les amenant réduire leur consommation.

 

Annoncer des Baisses d'impôts pour les faibles revenus — après, les avoir augmenté l'an dernier et avoir augmenté la TVA en janvier 2014  n'a que peu d'effets sur l'activité économique, car cette clientèle est déjà perdue pour le petit commerce: elle va prioritairement dans les grandes enseignes low-cost.

 

aust

 

La baisse du pouvoir d'achat des salaires moyens et supérieurs, le blocage des salaires des fonctionnaires depuis 2010, et l'absence de revalorisation des pensions, vident la clientèle des petits commerces.

 

Ce qu'il faut c'est augmenter les salaires, les pensions et les Minima Sociaux ! Tous les salaires !

 

AUG

 

Comme ne cesse de le dire la CGT, l’austérité est une catastrophe : si l’on veut relancer l’activité économique et l’emploi, il est plus qu'urgent d'augmenter les salaires.

 

rich1.JPG

rich4.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 14:53

4122.JPG

 

Le 4 décembre 2014, tous les agents titulaires et non titulaires de l’État, des collectivités territoriales et de la Fonction publique hospitalière, ainsi que les fonctionnaires de La Poste et de France-Télécom, sont appelés à participer aux premières élections générales de la Fonction publique.

 

sp8.JPG

Ce scrutin permettra d’élire, pour quatre ans, les représentants des personnels dans les Comités Techniques, dans les Commissions Administratives Paritaires et dans les Commissions Consultatives Paritaires.

 

sp9.JPG

C’est à partir du résultat de cette élection que sera déterminée la représentativité des syndicats qui pourront ensuite participer à toutes les négociations nous concernant.


           Depuis le 1er janvier 2014, seuls les accords signés par des syndicats totalisant plus de 50 % des suffrages aux élections des comités techniques sont en effet déclarés valides.

 


Ces élections vont donc jouer un rôle majeur pour défendre et développer les missions de service public, améliorer et faire valoir nos droits. Prolongement de l’action collective, votre vote sera déterminant pour faire vivre la démocratie sociale.

 

sp11.JPG

 

Car de l'Argent il y en a pour changer vraiment les choses et dévcelopper les Services Publics :

 

Cliquez sur l'Image ci-dessous pour visioonner une petite vidéo de deux minutes pour comprendre l’austérité.

AUST.JPG

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND