Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 17:20

 

C’est avec beaucoup de peine que nous venons d’apprendre le décès de notre

 

camarade Alain TOUREILLE, du syndicat CGT de Merlin-Gérin et Militant

 

de l’Union Locale d'Alès.

 

ALAINT.JPG

 

 

Les Obsèques d'Alain auront lieu mardi 22 Juillet à 10h au cimetière de Monoblet et jusqu’à Lundi soir les copains peuvent lui rendre visite au crématorium de St Martin de Valgalgues où il repose.

 

 

L'Union Locale CGT d'Alès s'associe à la peine de la Famille des Amis et des Proches

 


Les messages de condoléances peuvent être envoyés à l'Union Locale d'Alès qui transmettra.

 

 


 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:34

 

PAT3

Et pourtant en 2013, les entreprises du CAC 40 ont réalisé 48 milliards d’euros de profits, en diminution de 8 % par rapport à 2012. La croissance en panne dans la zone euro, le ralentissement des pays émergents, l’appréciation de l’euro et des dépréciations d’actifs se combinent pour expliquer ces moins bonnes performances.

 

Pour autant, les actionnaires de ces entreprises vont ressortir gagnants de cette baisse de forme puisque les dividendes progressent de 6 % pour s’établir à 39 milliards d’euros. Ainsi, un peu plus de 80 % des profits du CAC 40 sont utilisés à la distribution de dividendes.

 

 

divid

 

Est-ce une année exceptionnelle ? Aucunement. Comme le montre le graphique ci-dessous, à la fin des années 1980, toutes les entreprises non financières – cela va donc au-delà du CAC 40 - distribuaient 30 % de leurs bénéfices en dividendes. En 2012, c’était 85 % ! Et la tendance est croissante ces 25 dernières années. Lorsque les entreprises françaises créent de la richesse, elles ne privilégient ni l’investissement pour préparer l’avenir et renforcer leur compétitivité, ni l’emploi, mais la rémunération des actionnaires.

 

PACTE2

Cette situation pénalise déjà le secteur productif français qui accumule les décennies de sous investissement chronique. Elle risque également d’entretenir la méfiance des investisseurs internationaux qui, selon le dernier sondage mensuel de Bank of America Merril Lynch, souhaitent une augmentation des dépenses d’investissement des grandes entreprises à une majorité de 58 %.

 

 

dividendes

 

Un véritable pacte de responsabilité, celui qui « responsabiliserait » les chefs d’entreprise français et leurs actionnaires, devrait mettre sur la table la nécessité de privilégier l’investissement avant les dividendes.

 

 

 

pacte1

 

Au milieu des années 1970, le chancelier allemand Helmut Schmidt avait énoncé un théorème devenu célèbre :

« les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après demain ».

 

Un regard sur le capitalisme français contemporain montre malheureusement que désormais,

 

« les profits d’aujourd’hui font les dividendes d’aujourd’hui, le sous investissement de demain et le chômage d’après demain ».

 

 

 

27 Milliards de dissimulation : une Paille. Si on ajoute les 20 Milliards d'Euros du CICE et les 30 milliards d’euros d’exonérations sociales pour les entreprises on comprend mieux pourquoi GATTAZ a la Banane......Par contre nous on va devoir supporter 50 Milliards e baisse de Dépenses Publiques......Mais Hollande Garde le CAP.....

 

DROIT DANS LE MUR……

 

cliquez sur l'image

 

 

mur

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 09:00

synd

 

Après les Bonnets rouges, le conflit à la SNCM aura été — une nouvelle fois — marqué par une dissymétrie flagrante entre la manière dont l'État traite, d'un coté, des exactions et dégradations perpétrées par des patrons et leurs mercenaires, et, de l'autre, la manière dont il traite les manifestants salariés grévistes et leurs délégués syndicaux, qui défendent leur outil de travail.

 

On se souvient de la destruction, en Bretagne de onze bornes et quatre portiques écotaxe, de 44 radars détruits, de la grille d’une sous-préfecture défoncée, des gendarmes visés par des projectiles, des bagarres, etc., et de la rareté des poursuites pénales, contre leurs auteurs, et de la rareté et de la faiblesse condamnations.

Même rareté des poursuites contre les agriculteurs, souvent parmi les plus riches, qui se livrent régulièrement à des dégradations de bâtiments publics; rappelons-nous, pour mémoire, la destruction, en 1999, du bureau de la ministre de la République, Dominique Voynet, par des agriculteurs contre lesquels il n'y a eu aucune poursuite.

 

La différence est flagrante entre la faiblesse de la répression contre les casseurs patronaux, comparée à celle qui frappe systématiquement les syndicalistes ouvriers.

 

Rappelons nous les Conti de Compiègne, ceux de Goodyear;

 

ROANNE11

 

Mais aussi les 5 de Roanne poursuivis pour avoir inscrit des tags sur un mur en marge d’une manifestation contre la réforme des retraites en 2010, et avoir refusé de se voir prélever leur ADN, comme s'ils étaient des délinquants;

ROANNE1

 

Xavier Mathieu, syndicaliste de Continental qui avait, lui, participé au saccage du bureau d'un sous-préfet, écopa d’une amende de 4000€, avant d’être condamné à nouveau à 1200€ euros d'amende cette fois pour avoir refusé le prélèvement ADN.

 

XAVIER2

Les 4 du Havre poursuivis d’une part pour avoir collé des affiches sur les vitres d’une permanence parlementaire et déboulonné la plaque de la députée lors d’une manifestation contre la réforme des retraites, et d’autre part pour avoir prétendument bousculé un huissier de justice lors d’un conflit social dans une société de courtage en assurance.

 

Dans notre Bassin Alésien lors du Conflit des Retraites de 2010, les Syndicalistes qui dénonçaient cette Réforme Régressive  ont eu à de nombreuses reprises « maille à partir » avec la Justice : Convocation Commissariat, Condamnation pour refus de prélèvement ADN et le summum était atteint avec la condamnation après une Relaxe en Première Instance d’un Syndicaliste Alésien pour un soi-disant jet d’œuf sur les forces de l’ordre (jamais démontré)  à 5 Ans d’inéligibilité, 2 Mois de Prison avec sursis et 1000 € d’amende à verser à chacun des Gardes Mobiles gravement touchés par les éclats….de Coquille d’œuf…..

 

 

oeuf 0003 NEW

Rappelons nous aussi les efforts démesurés de solidarité, et les mois de mobilisation de la CGT, pour obtenir, dans certains cas — rares — la relaxe, pourtant justifié !


Cette semaine, une centaine petits patrons et leurs mercenaires ont pris d’assaut les locaux de la préfecture de Bastia, pour protester contre la grève des marins de la SNCM, pendant que d'autres cassaient les bureaux de la direction de la SNCM.


Prétendument excédés par la paralysie des transports maritimes, qu’ils estimaient faire peser un risque sur la saison estivale, ils se sont acharnés sur les locaux de la direction de la SNCM. Ils ne seront pas poursuivis !


Que de poursuites, suivies de lourdes condamnations, auraient sûrement subi les marins de la SNCM s’il s’était écarté, ne serait-ce d'un cheveu, de leur ligne directrice qui consistait en la défense absolue de l'outil de travail et du respect des lois de la République ! Car le droit de grève est, rappelons le, inscrit dans le Préambule de la Constitution de la République !


Mais on semble revenu à une époque ancienne, qui faisait écrire Jean de la Fontaine dans sa fable Les Animaux malades de la peste : "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir"!

 

 

MORALE.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 18:15

cmu.JPG

Le nombre de bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-C) a progressé de 9% en un an, et a atteint 4,96 millions de personnes fin mars, selon les chiffres publiés hier par le fonds CMU et présentés dans Les Échos du 7 juillet 2014.  

 

La CMU ouvre le droit à une prise en charge à 100 % des frais de santé, dans certaines limites : hôpital, consultation de médecins, médicaments, une paire de lunettes par an,...

 

Rappelons que les recettes du Fonds CMU sont consituées, d'une part, par le produit de la taxe CMU (taxe de solidarité additionnelle) à laquelle sont assujetties les mutuelles; cette taxe est donc financée par les cotisations de leurs adhérents; cette contribution est égale à 6,27 % des primes ou cotisations des complémentaires santé. Le fond CMU est alimenté, d'autre part, par une fraction du produit du droit de consommation sur les tabac (3,15 %).

 cmu2.JPG

Donc, à la différence de ce qu'écrit les Échos, cette prestation n'a rien a coûté aux finances publiques,... mais a coûté 1,6 milliard d’euros aux mutualistes et aux fumeurs.

 

Ajoutons que ces 1,6 milliards ne proviennent en aucune façon des caisses patronales, ce qui n'aurait pas été le cas si on avait appliqué à la CMU les règles de financement de la  Sécurité sociale.

 cmu3.JPG

En conséquence, dans cette affaire comme dans beaucoup d'autres, tout le monde n'est pas solidaires; mais ce sont principalement

les salariés et les retraités qui sont

"solidaires pour deux" !

 

 La Couverture Maladie Universelle est ouverte à tout célibataire dont les revenus mensuels sont inférieurs à 720 euros; pour un couple avec un enfant, le plafond de ressources mensuel est de 1.297 euros.

L'énorme augmentation du nombre des bénéficiaires de la CMU montre la dégradation de la situation économique et sociale de notre pays

 

PAUVRE.JPG

 

la croissance exponentielle de la pauvreté  (9 Millions de Personnes vivent en dessous du Seuil de Pauvreté avec moins de 900 euros par mois) est d’autant plus inadmissible que dans le même temps, le gouvernement multiplie les cadeaux au patronat sans aucun effet sur l’emploi.

partage

Les Entreprises reçoivent plus de 172 milliards d'aides publiques sous forme d'allégement ou d'exonérations et 43 milliards d’euros de dividendes ont été  redistribues aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en ce début d’année sur les bénéfices de 2013,

soit 4 % de plus par rapport à 2012. 

PATRONS

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:43

Haro sur les salaires devenus     « coût du travail ».


Haro sur le Smic et sur les smicards prétendument trop payés !

 

Visionnez cette vidéo, et prenez conscience que ces nantis parlent de vous !

 

Amenés par le MEDEF et son fidèle Lamy, la meute de journalistes et de pseudos "experts" de tous poils foncent ventre à terre pour la curée.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:24

PATRONS 

 

A l'heure où le MEDEF "mégote" sur les contreparties du Pacte d'Irresponsabilité, les Riches n'ont jamais été aussi RICHES !!

 

Le magazine Challenges le révèle: "Ils sont à présent 67 parmi les 500 grandes fortunes de l'Hexagone. Après une augmentation de 25% en 2012, leur patrimoine a encore progressé de 15%. Grâce à la bonne santé de leur entreprise, mais pas seulement..."

 

Nous reprenons, sans en changer une virgule, ce que le journaliste écrit dans Challenges; si c'était Thierry Lepaon qui écrivait ce qui est ci-dessous on le traiterait "d'affreux gauchiste"; mais c'est dans un grand magazine chic, édité à l'intention des gens fortunés, que ce texte est écrit (à comparer à la vidéo, du texte précédent, où les intervenant parlent au "tout venant", à la "valetaille", aux "gueux" de notre-votre espèce!). Ne pas se tromper de public ! Ici on se dit la vérité car on est "entre-soi",  entre "gens-biens", c'est à dire "entre riches" :

 

Est-il normal quand près de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de précarité avec moins de 980 euros par mois que d’autres s’engraissent sur les richesses du travail produites par les salaries ?

 

aust

Selon Thomas Piketty, économiste français, le 1% de la population ayant le plus de patrimoine détient aujourd’hui 25% de la richesse nationale, contre 23% en 1970.

Une concentration que confirme notre dix-neuvième classement, établi après une enquête contradictoire: le montant total des 500 premiers patrimoines professionnels français a augmenté de plus de 15% en un an, pour atteindre 390 milliards d’euros.

Cet enrichissement global se traduit également par une progression du nombre de milliardaires. Ils sont désormais 67, soit 12 de plus que l'an passé.

 

La France n'est pas une exception : les 300 plus riches résidents suisses – dont 15 Français –, ony vu leur fortune augmenter de 12% en un an.

Le constat est sans appel: les entreprises familiales vont bien, et parfois même, très bien. A la manière d’Altrad, leader européen de l’échafaudage et de la location de bétonnières, qui boucle son centième rachat. "Nous avons une croissance à deux chiffres depuis trente ans", confirme son PDG et fondateur, Mohed Altrad (61e fortune, avec 1 milliard d’euros).

 

Le rôle indirect des banques centrales

gattaz4

 

Ces confortables valorisations ne sont pas seulement dues à la bonne santé des entreprises.

Pour relancer une machine économique qui tourne au ralenti, les banques centrales ont, depuis quelques années, fait tourner leur planche à billets et prêté à taux nul, ou même négatif. Conséquence : nos économies sont submergées de milliards qui vont s’investir de préférence sur les beaux actifs réels, comme les participations dans les sociétés, cotées ou pas, l’immobilier et… les biens de luxe.

 

Cela explique en partie la belle progression des ventes du groupe LVMH dont l’actionnaire, Bernard Arnault, conforte cette année sa place de première fortune française, à 27 milliards, soit 2,7 milliards de plus que l’an dernier. Cela explique aussi celle du patrimoine des actionnaires de Chanel, Alain et Gérard Wertheimer (5e, avec 14,5 milliards).

 Fortune faite, ils achètent des palaces

 Les taux d’emprunt très attractifs ont aussi permis aux opérations de fusions-acquisitions et d’investissement de reprendre de plus belle, menées aussi bien par des dirigeants tels que Xavier Niel (9e, avec 8,5 milliards) avec Kima, ou Marc Simoncini (431e, avec 100 millions) avec Jaïna, que par des fonds financiers.

Leurs cibles ? Des start-up prometteuses ou des groupes à l’actionnariat familial fragmenté, désuni ou désireux de passer la main. C’est ainsi qu’Arkopharma a été cédé au fonds Montagu pour 300 millions, ou que Jean-Claude Marian a accepté de céder une partie de ses titres Orpea.

Mais une fois l’entreprise vendue, que faire de son argent ? Car céder sa société, c’est aussi passer du statut fiscalement confortable de dirigeant actif, et donc exonéré d’ISF, à celui d’actionnaire oisif, lourdement taxé sur la fortune.


 

La solution ? Vite retrouver une activité. Et si possible agréable… comme l’hôtellerie. Les riches en sont fous, qu’ils soient promoteurs (Christian Terrassoux, Patrice Pichet), restaurateurs, (Robert Zolade), ex-producteurs de télévision (Stéphane Courbit, Arthur), transporteurs (Norbert Dentressangle, Deret), ex-assureurs (Hubert Guillard, famille Bessé), bijoutier (Robert Mouawad), ou encore ex-vendeur de ceintures herniaires (Jean-Claude Lavorel). Il y a encore quelques années, c’est le terroir des grands vignobles qui fascinait les riches. Aujourd’hui, ce sont les étoiles des hôtels. 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:58

BOURSE2.JPG

 

LETTRE ADRESSEE CE JOUR AU MAIRE D'ALES, APRES DE NOMBREUSES AUTRES RESTEES SANS REPONSE, CONCERNANT L'ETAT DE VETUSTE ET DE DELABREMENT DE LA BOURSE DU TRAVAIL.

 

 

BOURSE.JPG

L'HUMOUR FAISANT PASSER PAS MAL DE CHOSES, ON ESPERE QUE LE MAIRE D'ALES Y SERA SENSIBLE MAIS ON EN DOUTE MAIS FAUDRA-T-IL QU'UNE CATASTROPHE SE PRODUISE POUR QUE LES TRAVAUX DE MISE EN SECURITE SOIENT ENFIN REALISES ??

img148.jpg

 

BOURSE_NEW.jpg

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:44

do-copie-4

 

Conformément aux décisions prises lors de la Commission Exécutive du 4 Juin dernier entérinant le fait que le Congrès de l'Union Locale se tiendrait à la rentrée et sur deux journées (comme cela s'est toujours fait), et après discussion en Assemblée Générale les dates du Congrès de l'Union Locale sont arrêtées au 2 et 3 Octobre prochain.

 

Le lieu du Congrès sera communiqué dés que nous aurons confirmation de la réservation de la Salle

 

Les Documents préparatoires qui ont été distribués aux Syndiqués présents lors de l'Assemblée Générale du 4 Juillet dernier sont disponibles à l'Union Locale..

 

resol_0001-copie-1.jpg

resol_0002_NEW.jpg


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 21:19

pacte3

 

La prochaine Conférence dite « Sociale » est une nouvelle manoeuvre qui ne vise qu'à faire avaliser le pacte de "responsabilité", qui s’ajoute aux 230 milliards d’exonérations accordées aux patrons depuis 1996.

 

PACTE4

Il ne saurait être question, en participant à une réunion organisée dans ce cadre, d’accepter en particulier  la remise en cause de la Branche Famille de la Sécurité Sociale et plus généralement la mise en œuvre d’un véritable plan d’austérité pour les salarié-é-s.

 

La Commission Exécutive Confédérale a pris la décision de participer à la Conférence Sociale.

Compte tenu de l'attitude du Gouvernement à l'égard des salariés, de sa soumission aux exigences du Patronat et de l’Union Européenne, l’Assemblée Générale  de l'Union locale CGT d’Alès, réunie le 4 Juillet  demande que la CGT ne se rende à cette conférence que pour y prononcer une déclaration dénonçant la politique d'austérité du gouvernement et portant les revendications des salariés, et quitte la conférence.

 

 

 

Il ne peut être question de participer aux ateliers. 

 

CONFSOC.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:46

retr.JPG

 

Après le Gel des Traitements des Fonctionnaires, le Gel des Indemnisation Chômage, voilà maintenant que le Gouvernement veut geler les Pensions de Retraite. Ce n'est plus un Capitaine de Pédalo, c'est le Capitaine Igloo qui nous gouverne..

 

igloo2.JPG

Les députés ont voté mercredi 2 juillet 2014 le gel des pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois. Elles auraient dû être initialement revalorisées au 1er avril, puis au 1er octobre.

 

Tous les amendements d'annulation de gel

ont été rejetés !

 

Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d’avril à octobre lors de la réforme des retraites.

Pour la première fois, un gouvernement a donc décidé clairement de baisser le pouvoir d’achat des pensions !!!!

 

RETRAITE3.JPG

 

Soulignons que le mécanisme d’indexation actuel, fixé sur l’indice des prix et non plus sur l’évolution des salaires, produit déjà une perte de pouvoir d’achat des pensions par rapport au pouvoir d’achat des salaires d’environ -20 % sur 20 années de retraites.

Par conséquent, la décision du gouvernement rajoute de la perte sur un mécanisme déjà producteur de pertes !

 

Le gouvernement a assorti cette mesure d’une décision complémentaire : le gel ne s’appliquera pas aux « petites pensions », c’est-à-dire aux retraites ne dépassant pas 1200 euros. Autrement dit, ces dernières « bénéficieront » de la revalorisation au premier octobre.

 

Que représente cette mesure ? Cela vaut le coup d’évaluer exactement la "générosité" du gouvernement et de sa majorité.

 

Une première précision, très importante : le niveau de 1200 euros maximum de pension prend en compte la totalité des pensions perçues, tous régimes, y compris les complémentaires.

 

Une seconde précision : la partie complémentaire de la pension n’est pas concernée par la revalorisation. En effet, certains syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont signé un accord avec le patronat qui prévoit une sous-indexation des retraites complémentaires, donc leur baisse de pouvoir d’achat.

 

Autrement dit, pour un retraité qui perçoit jusqu’à 1200 € maximum de pension (tous régimes) la revalorisation ne s’appliquera que sur la partie retraite de base, soit, en moyenne et pour un salarié du privé, sur les deux tiers de ces 1200 euros, soit grosso modo, 800 euros.

A combien se chiffre cette revalorisation ?

 

Le taux de revalorisation est de 0,6 %

(1,1 % d’inflation prévue en 2014 -0,5 % de différentiel entre la hausse prévue pour 2013 et celle constatée).

 

Une hausse de 0,6 % appliquée à 800 €, cela donne + 4,8 € mensuels. Et c’est un maximum puisque le calcul s’applique

au plafond de 1200 euros tous régimes.

 

On peut évaluer la dimension de la revalorisation pour la moyenne des retraités concernés, à partir des chiffres du ministère des affaires sociales.

Le gouvernement évalue à 300 millions le coût total, pour 6,5 millions de retraités. Cela fait donc 46,15 € par personne.

 

Sachant que la mesure couvre 12 mois (octobre 2014 à octobre 2015) soit 46,15 / 12 = 3,85 € par mois en moyenne.

 

3,85 euros par mois, en moyenne, voilà ce que représente la mesure de préservation du pouvoir d’achat des « petites retraites »

 

En tout état de cause, cela ne couvre même pas les augmentations de cotisations mutuelles, no la hausse des médicaments !

 

Ajoutons à cela que, d’après nos informations, il n’est pas du tout sûr que cette maigre revalorisation puisse réellement intervenir au 1er octobre. En effet, la détermination du plafond de 1200 € doit évidemment être individuelle et prendre en compte tous les régimes, de base et complémentaires. Un casse-tête que la CNAVaura des difficultés à résoudre d’ici octobre.

 

Si, comme cela est possible, la revalorisation n’intervient qu’au 1er janvier 2015, les « petit-e-s retraité-e-s » recevront, avec trois mois de retard, un royal cadeau de Noël de 3,85 € x 3 = 14,40 € !

 

Prenez date: Les 9 organisations de retraités, qui avaient appelé à la mobilisation du 3 juin ont décidé de rappeler le 30 septembre l’exigence de la revalorisation immédiate des pensions du public comme du privé.

 

Des rassemblements, manifestations auront lieu devant les préfectures, les chambres patronales.

 

RETRAITE2-copie-1.JPG

 

N'attendez pas pour contribuer à la mobilisation des retraités : syndiquez-vous !

 

Retraités, le gouvernement et le patronat veulent "vous tondre la laine sur le dos" ! 

 

Après l'augmentation de la TVA, l'augmentation des cotisations mutuelles, la baisse des prestations santé, etc.

le gel des retraites n'est qu'un début !

 

Défendez-vous, il est temps !

 

Rejoignez les section syndicales de retaités de votre ancienne corporation !

Contactez l'union locale CGT la plus proche ! N'attentez pas  !

 

Ne restez pas spectateurs !

 

RETRAITE6JPG.JPG

  

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND