Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:44

do-copie-4

 

Conformément aux décisions prises lors de la Commission Exécutive du 4 Juin dernier entérinant le fait que le Congrès de l'Union Locale se tiendrait à la rentrée et sur deux journées (comme cela s'est toujours fait), et après discussion en Assemblée Générale les dates du Congrès de l'Union Locale sont arrêtées au 2 et 3 Octobre prochain.

 

Le lieu du Congrès sera communiqué dés que nous aurons confirmation de la réservation de la Salle

 

Les Documents préparatoires qui ont été distribués aux Syndiqués présents lors de l'Assemblée Générale du 4 Juillet dernier sont disponibles à l'Union Locale..

 

resol_0001-copie-1.jpg

resol_0002_NEW.jpg


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 21:19

pacte3

 

La prochaine Conférence dite « Sociale » est une nouvelle manoeuvre qui ne vise qu'à faire avaliser le pacte de "responsabilité", qui s’ajoute aux 230 milliards d’exonérations accordées aux patrons depuis 1996.

 

PACTE4

Il ne saurait être question, en participant à une réunion organisée dans ce cadre, d’accepter en particulier  la remise en cause de la Branche Famille de la Sécurité Sociale et plus généralement la mise en œuvre d’un véritable plan d’austérité pour les salarié-é-s.

 

La Commission Exécutive Confédérale a pris la décision de participer à la Conférence Sociale.

Compte tenu de l'attitude du Gouvernement à l'égard des salariés, de sa soumission aux exigences du Patronat et de l’Union Européenne, l’Assemblée Générale  de l'Union locale CGT d’Alès, réunie le 4 Juillet  demande que la CGT ne se rende à cette conférence que pour y prononcer une déclaration dénonçant la politique d'austérité du gouvernement et portant les revendications des salariés, et quitte la conférence.

 

 

 

Il ne peut être question de participer aux ateliers. 

 

CONFSOC.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:46

retr.JPG

 

Après le Gel des Traitements des Fonctionnaires, le Gel des Indemnisation Chômage, voilà maintenant que le Gouvernement veut geler les Pensions de Retraite. Ce n'est plus un Capitaine de Pédalo, c'est le Capitaine Igloo qui nous gouverne..

 

igloo2.JPG

Les députés ont voté mercredi 2 juillet 2014 le gel des pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois. Elles auraient dû être initialement revalorisées au 1er avril, puis au 1er octobre.

 

Tous les amendements d'annulation de gel

ont été rejetés !

 

Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d’avril à octobre lors de la réforme des retraites.

Pour la première fois, un gouvernement a donc décidé clairement de baisser le pouvoir d’achat des pensions !!!!

 

RETRAITE3.JPG

 

Soulignons que le mécanisme d’indexation actuel, fixé sur l’indice des prix et non plus sur l’évolution des salaires, produit déjà une perte de pouvoir d’achat des pensions par rapport au pouvoir d’achat des salaires d’environ -20 % sur 20 années de retraites.

Par conséquent, la décision du gouvernement rajoute de la perte sur un mécanisme déjà producteur de pertes !

 

Le gouvernement a assorti cette mesure d’une décision complémentaire : le gel ne s’appliquera pas aux « petites pensions », c’est-à-dire aux retraites ne dépassant pas 1200 euros. Autrement dit, ces dernières « bénéficieront » de la revalorisation au premier octobre.

 

Que représente cette mesure ? Cela vaut le coup d’évaluer exactement la "générosité" du gouvernement et de sa majorité.

 

Une première précision, très importante : le niveau de 1200 euros maximum de pension prend en compte la totalité des pensions perçues, tous régimes, y compris les complémentaires.

 

Une seconde précision : la partie complémentaire de la pension n’est pas concernée par la revalorisation. En effet, certains syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont signé un accord avec le patronat qui prévoit une sous-indexation des retraites complémentaires, donc leur baisse de pouvoir d’achat.

 

Autrement dit, pour un retraité qui perçoit jusqu’à 1200 € maximum de pension (tous régimes) la revalorisation ne s’appliquera que sur la partie retraite de base, soit, en moyenne et pour un salarié du privé, sur les deux tiers de ces 1200 euros, soit grosso modo, 800 euros.

A combien se chiffre cette revalorisation ?

 

Le taux de revalorisation est de 0,6 %

(1,1 % d’inflation prévue en 2014 -0,5 % de différentiel entre la hausse prévue pour 2013 et celle constatée).

 

Une hausse de 0,6 % appliquée à 800 €, cela donne + 4,8 € mensuels. Et c’est un maximum puisque le calcul s’applique

au plafond de 1200 euros tous régimes.

 

On peut évaluer la dimension de la revalorisation pour la moyenne des retraités concernés, à partir des chiffres du ministère des affaires sociales.

Le gouvernement évalue à 300 millions le coût total, pour 6,5 millions de retraités. Cela fait donc 46,15 € par personne.

 

Sachant que la mesure couvre 12 mois (octobre 2014 à octobre 2015) soit 46,15 / 12 = 3,85 € par mois en moyenne.

 

3,85 euros par mois, en moyenne, voilà ce que représente la mesure de préservation du pouvoir d’achat des « petites retraites »

 

En tout état de cause, cela ne couvre même pas les augmentations de cotisations mutuelles, no la hausse des médicaments !

 

Ajoutons à cela que, d’après nos informations, il n’est pas du tout sûr que cette maigre revalorisation puisse réellement intervenir au 1er octobre. En effet, la détermination du plafond de 1200 € doit évidemment être individuelle et prendre en compte tous les régimes, de base et complémentaires. Un casse-tête que la CNAVaura des difficultés à résoudre d’ici octobre.

 

Si, comme cela est possible, la revalorisation n’intervient qu’au 1er janvier 2015, les « petit-e-s retraité-e-s » recevront, avec trois mois de retard, un royal cadeau de Noël de 3,85 € x 3 = 14,40 € !

 

Prenez date: Les 9 organisations de retraités, qui avaient appelé à la mobilisation du 3 juin ont décidé de rappeler le 30 septembre l’exigence de la revalorisation immédiate des pensions du public comme du privé.

 

Des rassemblements, manifestations auront lieu devant les préfectures, les chambres patronales.

 

RETRAITE2-copie-1.JPG

 

N'attendez pas pour contribuer à la mobilisation des retraités : syndiquez-vous !

 

Retraités, le gouvernement et le patronat veulent "vous tondre la laine sur le dos" ! 

 

Après l'augmentation de la TVA, l'augmentation des cotisations mutuelles, la baisse des prestations santé, etc.

le gel des retraites n'est qu'un début !

 

Défendez-vous, il est temps !

 

Rejoignez les section syndicales de retaités de votre ancienne corporation !

Contactez l'union locale CGT la plus proche ! N'attentez pas  !

 

Ne restez pas spectateurs !

 

RETRAITE6JPG.JPG

  

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 21:04

 

pen

Après avoir hurlé pour la mise en place très rapide du Pacte de Responsabilité qui va lui permettre d'encaisser plus de 30 Milliards d'Euros et à la veille de la conférence sociale, les chefs d’entreprises du MEDEF manœuvrent pour reporter l’application du compte pénibilité.

pen2.JPG

Il faut croire que tout ce qui porte les germes d’un progrès social, fût-il timide, offusque le patronat français.

C’est le sentiment qui domine au regard des sorties médiatiques virulentes des organisations patronales depuis l’ouverture des négociations, supervisées par le médiateur Michel de Virville, touchant à la mise en œuvre épineuse du compte pénibilité.

 

Ce dispositif, issu de la réforme des retraites votée l’an passé, était peut-être la seule disposition qui offrait aux salariés des droits nouveaux.

Applicable au 1er janvier 2015, ce compte pénibilité propose aux salariés «exposés» à un environnement pénible (bruit, vibrations, charges lourdes, températures élevées, travail répétitif ou de nuit…) de cumuler des points.

 

Plafonnés à cent, à raison de quatre points maximum par an (huit en cas de poly-exposition), ils sont mobilisables pour bénéficier d’un départ anticipé à la retraite sous forme de rachat de trimestres, de congés de formation ou d’une réduction du temps de travail en fin de carrière.

 

 

chs

Cet outil très restrictif, néglige les causes de pénibilité non physiques, telles que le stress ou les risques psychosociaux, et fixe des seuils plutôt élevés tout en excluant les salariés de plus de 52 ans. En sus d’être restrictif – il ne concernait que les salariés présentant un taux d’incapacité de 10 à 20 % (validation médicale à l’appui) –, celui-ci a été inopérant puisque la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) estime que seules 5 366 personnes en ont bénéficié en 2011 quand Nicolas Sarkozy prédisait 30 000 bénéficiaires annuels…

« Usine à gaz », «impraticable », mécanique infernale, éructe le patronat…

Le patronat s’est livré dès le départ à une surenchère soigneusement orchestrée vilipendant ce mécanisme censé compenser les inégalités constatées entre les métiers en termes de conditions de travail, d’usure et, corrélativement, d’espérance de vie.

PATRONS

 

Les menaces récentes du président du Medef, Pierre Gattaz, de boycotter la conférence sociale des 7 et 8 juillet s’il n’obtenait pas un moratoire d’un an sur la mise en œuvre du compte pénibilité sont pour le moins surprenantes, étant donné les gages offerts au patronat sur son financement.

Outre l’annualisation du décompte des durées d’exposition et la simplification des démarches administratives, les cotisations patronales servant à financer ce compte de prévention seront quasi nulles dans les années à venir.

 

 

La cotisation générale ne sera exigible qu’à partir de 2017 à hauteur de 0,01 % tandis que la seconde, dite de surcotisation, stagnera à 0,1 % en 2015 et 2016 pour atteindre 0,2 % les années suivantes.

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 07:38

Ne croyez pas les médias !!!

La réforme del'assurance chômage ne concerne pas uniquement les intermittents du spectacle !

La réforme de l'assurance chômage  concerne tous les salariés du privé !

 

INTERM.JPG

 Signée par la CFDT, FO et la CFTC, côté salariés  et le Medef, la CGPME, et l’UPA, côté patronat, elle va bouleverser profondément la donne !

 

La nouvelle convention d'assurance chômage vient d'être agréée. Selon un arrêté publié au Journal officiel du 26 juin, elle est entrée en vigueur à compter du 1er juillet 2014.

 

Depuis quelques années, plutôt que de défendre leur outil de travail, certains salariés préféraient se battre pour obtenir des primes de licenciement supérieures à celles définies dans le code du travail. La CGT l'a déploré, car elle estimait qu'il aurait mieux valu se battre pour défendre l'outil de travail, plutôt que d'accepter la fermeture, même avec une prime de départ plus conséquente.

 

Les signataires de la nouvelle convention sur l'assurance chômage ont trouvé la parade: avec la révolution de la nouvelle carence « chômage » de 180 jours en cas de transaction ou de rupture conventionnelle, c'est la mort des primes supra légales !

 

Tous les salariés du privé sont concernés, qu'il soient employés, ouvriers, opérateurs, techniciens, ou cadres !

 INTER.JPG

Cela concerne tous les salariés, qui négocient une indemnité dite « supra légale », c'est-à-dire une prime allant au-delà de l’indemnité légale de licenciement ou de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle, dans le cadre d’une transaction ou d’une rupture conventionnelle.

 

La nouvelle convention sur l’assurance chômage, combattue par la CGT, vient de « taper » sur un autre curseur, qui est la majoration du délai de carence précédant l’ouverture du droit aux allocations chômage.

 

En effet, l’article 6 du projet d’accord national interprofessionnel sur l’indemnisation du chômage du 22 mars 2014, prévoit un allongement du délai de carence (ou différé d’indemnisation) à 180 jours précédant l’indemnisation du chômage, si un salarié perçoit des indemnités de licenciement supra légales, suite à un licenciement ou une rupture conventionnelle.

 

1) Nouvelle carence (ou différé d’indemnisation) de 180 jours (max.) pour les ruptures postérieures au 30 juin 2014

L’article 6 du projet d’accord relatif à l’indemnisation chômage prévoit que la nouvelle carence (ou différé d’indemnisation) passe de 75 à 180 jours.

La nouvelle carence est calculée en divisant le montant de l’indemnité supra légale par 90 (art. 6 convention). Le calcul de la carence ne dépend donc plus du Salaire Journalier de Référence, comme auparavant (Cf §2).

Cela signifie que, selon nos calculs, si un salarié obtient 16 200 euros à titre d’indemnités supra légales dans le cadre d’un licenciement ou d’une rupture conventionnelle, il atteindra cette carence de 180 jours.

A cette carence de 180 jours s’ajoutera le délai d’attente de 7 jours et un éventuel différé d’indemnisation « congés payés ».

2) Régime actuel applicable pour les ruptures antérieurs au 30 juin 2014 (carence de 75 jours max.)

Actuellement, lorsqu’un salarié perçoit une indemnité de rupture qui dépasse l’indemnité légale de licenciement (ou l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle), il est soumis à un délai de carence (ou différé d’indemnisation) d’un maximum de 75 jours.

Ce délai de carence (ou différé d’indemnisation) est obtenu en divisant le montant de l’indemnité supra légale par le Salaire Journalier de référence (SJR).

Le SJR est égal au salaire mensuel brut du salarié divisé par 30 (jours).

Il faut préciser que ce délai de carence est majoré lui-même d’un délai d’attente de 7 jours et du délai de carence des congés payés.

 INT.JPG

En conclusion, cette nouvelle carence de 180 jours est très pénalisante pour les salariés, cadres et cadres dirigeants puisque s’ils perçoivent des indemnités supra légales, ils n’auront accès que très tard (6 mois, voire plus) aux allocations chômage. Surtout, cette carence s’applique dès que vous percevez une indemnité supra légale de 16.200 euros, ce qui est assez fréquent.

 

Les intermittents luttent !

Ils ont raison !

 

Salariés du privé, leur lutte, c'est notre lutte !

 

Rejoignons là !

 

intermittents_0001_NEW.jpg

 

intermittents_0002_NEW.jpg


 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 20:58

gattaz4

Dans une Lettre ouverte 8 Organisations Patronales implorent le Gouvernement d’appliquer les Réformes promises

 Après les reformes régressives de l’ANI du 11 janvier 2013 (recul sans précèdent du droit du travail !) et la contre-réforme des retraites, le Gouvernement veut aller plus loin dans sa politique de cadeaux au patronat et de casse des conquêtes sociales. Le Pacte dit de Responsabilité dispensera les patrons des cotisations sociales destinées à la branche famille, cela représente 35 milliards d'euros !

Les Entreprises reçoivent déjà plus de 172 milliards d'aides publiques sous forme d'allégement ou d'exonérations sans aucune évaluation d'efficacité en matière d'emploi ! On vient de nous annoncer 25 000 chômeurs de plus en mai

 

exo

Ce projet constitue aussi une lourde menace pour la sécurité sociale, la protection sociale. En outre, le Président annonce 50 milliards « d'économies » sur les « dépenses publiques ». Cela impacterait directement les services publics, la protection sociale, la solidarité nationale, alors que les besoins sociaux augmentent et alors que les salaries de notre pays n'ont jamais produit autant de richesses !

 

C’est la sous rémunération du travail qui a provoque la crise économique et sociale.

En 1981, les dividendes verses aux actionnaires représentaient en moyenne 10 jours de travail par salarie dans les entreprises en 2012 ils en représentaient 45 jours.

 capital2.JPG

Est-il normal quand près de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de précarité avec moins de 980 euros par mois que d’autres s’engraissent sur les richesses du travail produites par les salaries ?

 

indus

 

43 milliards d’euros de dividendes ont été ainsi redistribues aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en ce début d’année sur les bénéfices de 2013, soit 4 % de plus par rapport à 2012.

ET MALGRE CELA GATTAZ EN REDEMANDE!!!

QUELLE INDECENCE !!!

 

medef_0005.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 07:55

sncf12

 

Après plus d’un an et demi de discussions avec le gouvernement, appuyées par deux grèves unitaires de 24 h en 2013 ainsi qu’une manifestation nationale le 22 mai dernier pour exiger une autre réforme du système ferroviaire, le gouvernement et la direction de la SNCF ont fait le choix de ne pas répondre aux légitimes revendications des cheminots.

 

C’est dans ce cadre, que les Fédérations CGT et SUD-Rail ont appelé l’ensemble des cheminots à cesser le travail dans le cadre d’une grève reconductible à compter du mardi 10 juin 2014.

 

 

Au cours des débats en séance publique de l’Assemblée Nationale, 155 amendements ont été adoptés. Si certains apportent quelques bougés, d’autres durcissent clairement le texte vers un tournant extrêmement nocif.

sncf5

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS

BILAN.JPG

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 22:43

26JUIN-copie-1

APRES L'ECHEC DE LA JOURNEE D'ACTION DU 26 JUIN CERTAINS SE QUESTIONNENT SUR L'ESSOUFFLEMENT DU MOUVEMENT SOCIAL.

MAIS Le Mouvement Social a moins besoin de Vacances que de CONVERGENCE des luttes, il aurait été certainement opportun "d'accrocher le wagon" de la lutte des cheminots et des Intermittents plutôt que de lancer une Journée d'Action contre LA REFORME TERRITORIALE une semaine après la reprise du travail des Cheminots qui eux se battaient (seuls) contre LA REFORME FERROVIAIRE.....

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

MARS-copie-1.JPG 

EXTRAIT DE L'INTERVENTION FAITE DEVANT

LA SOUS-PREFECTURE D'ALES

C’EST LA SOUS-REMUNERATION DU TRAVAIL QUI A PROVOQUE LA CRISE ECONOMIQUE ET SOCIALE. EN 1981, LES DIVIDENDES VERSES AUX ACTIONNAIRES REPRESENTAIENT EN MOYENNE 10 JOURS DE TRAVAIL PAR SALARIE DANS LES ENTREPRISES EN 2012 ILS EN REPRESENTAIENT 45 JOURS.

 

EST-IL NORMAL QUAND PRES DE 9 MILLIONS DE PERSONNES VIVENT SOUS LE SEUIL DE PRECARITE AVEC MOINS DE 980 EUROS PAR MOIS QUE D’AUTRES S’ENGRAISSENT SUR LES RIKCHESSES DU TRAVAIL PRODUITES PAR LES SALARIES ? 43 MILLIARDS D’EUROS DE DIVIDENDES ONT ETE AINSI REDISTRIBUES AUX ACTIONNAIRES DES ENTREPRISES DU CAC 40 EN CE DEBUT D’ANNEE SUR LES BENEFICES DE 2013, SOIT 4 % DE PLUS PAR RAPPORT à 2012. ET MALGRE CELA LE PATRONAT EN REDEMANDE.

 

NOUS POUVONS TRANSFORMER NOS SITUATIONS DE TRAVAIL ET CONSTRUIRE UN AVENIR DE PROGRES SOCIAL, MAIS RIEN NE SE FERA SANS L'INTERVENTION DES SALARIE-E-S.

 

CES DERNIERES SEMAINES ONT ETE MARQUEES PAR DES LUTTES ET DES MOBILISATIONS GRANDISSANTES DANS LE PUBLIC COMME DANS LE PRIVE, DANS LA SANTE, A LA SNCF, AVEC LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE, LES RETRAITES, QUI SE CONCRETISENT PAR DES SUCCES SUR LES SALAIRES, SUR L'EMPLOI, LES CONDITIONS DE TRAVAIL... A L'EXEMPLE DES FRALIB, SAM TECHNOLOGIES, URBASER, SENERVAL, MONOPRIX...

 

ENSEMBLE, IL NOUS FAUT AGIR POUR UN CHANGEMENT DE POLITIQUE ECONOMIQUE ET SOCIALE, EN EXIGEANT :

 

*    DE PORTER LE SMIC A 1700 EUROS BRUT PAR MOIS COMME BASE DES GRILLES DE SALAIRES.

* D'OUVRIR DES NEGOCIATIONS SALARIALES DANS LES ENTREPRISES.

*  D'AUGMENTER LES SALAIRES, LE POINT D'INDICE DANS LA FONCTION PUBLIQUE, LES PENSIONS ET LES MINIMA SOCIAUX.

* DE STOPPER LES SUPPRESSIONS D'EMPLOI ET CREER DES DROITS NOUVEAUX POUR LES REPRESENTANTS DES SALARIES DES ENTREPRISES.

* DE DEVELOPPER LES POLITIQUES PUBLIQUES ET LES MOYENS DES SERVICES PUBLICS.

* DE  REFORMER LA FISCALITE EN PROFONDEUR, CREER DE NOUVELLES TRANCHES D'IMPOTS POUR LES HAUTS REVENUS.

*  DE   RAMENER L'AGE DE DEPART A LA RETRAITE A 60 ANS POUR TOUS ET DES DEPARTS ANTICIPES POUR TRAVAUX PENIBLES.

* DE CREER UN POLE FINANCIER PUBLIC ET ETABLIR UN MECANISME DE CREDITS A TAUX REDUITS POUR L'INVESTISSEMENT PRODUCTIF.

* DE TAXER LES MOUVEMENTS SPECULATIFS DE CAPITAUX ET ERADIQUER LES PARADIS FISCAUX.

 

PARTOUT, INTERPELLONS LES DIRECTIONS D'ENTREPRISES, LES EMPLOYEURS, AFIN QUE NOS EXIGENCES SOCIALES RESONNENT DANS TOUT LE PAYS, ET NOTAMMENT LES 7 & 8 JUILLET PROCHAINS, LORS DE LA CONFERENCE SOCIALE.

 

ENSEMBLE, IL S'AGIT DE LUTTER ET DE S'ORGANISER SUR LES LIEUX DE TRAVAIL : LE SYNDICAT ÇA SERT A ÇA ! LA CGT ESTOUVERTE ET DISPONIBLE A TOUTES ET TOUS.

 

QUE L'ON SOIT SALARIE-E-S D'UNE PETITE OU D'UNE GROSSE ENTREPRISE, AGENTS TITULAIRES OU NON DE LA FONCTION PUBLIQUES, RETRAITE-E-S OU PRIVE-E-S D'EMPLOIS 

 

POUR STOPPER CETTE REGRESSION SOCIALE QUI VISE A NOUS RAMENER AU 19éme SIECLE,  DETRUISANT NOS CONQUETES SOCIALES ET LE PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE, MIS EN PLACE PAR LES LUTTES DE NOS ANCIENS, NOUS DEVONS REAGIR…

 

LES RICHESSES DU TRAVAIL, C’EST NOUS, LES SALARIES QUI LES CREONS !!

N’OUBLIONS JAMAIS CELA

 

ENSEMBLE, EXIGEONS UN CHANGEMENT DE CAP ET FAISONS AVANCER NOS REVENDICATIONS 

 

POUR L’UNION LOCALE CGT D’ALES, L’HEURE N’EST PLUS A UN SEMBLANT DE DIALOGUE SOCIAL DANS LES SALONS, L’HEURE EST A LA CONFRONTATION SOCIALE, COMME L’ONT EXPRIME LES CHEMINOTS ET COMME CONTINUENT A L’EXPRIMER LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE DEPUIS PLUSIEURS JOURS


 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:58

26JUIN-copie-1.JPG

PHOTO ELODIE BOSCHET

POUR L’UNION LOCALE CGT D’ALES, L’HEURE N’EST PLUS A UN SEMBLANT DE DIALOGUE SOCIAL DANS LES SALONS, L’HEURE EST A LA CONFRONTATION SOCIALE, COMME L’ONT EXPRIME LES CHEMINOTS ET COMME CONTINUENT A L’EXPRIMER LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE DEPUIS PLUSIEURS JOURS. IL EST TEMPS DE FAIRE CONVERGER LES LUTTES !!!

 

LES RICHESSES DU TRAVAIL, C’EST NOUS, LES SALARIES QUI LES CREONS. N’OUBLIONS JAMAIS CELA

ENSEMBLE, EXIGEONS UN CHANGEMENT DE CAP ET FAISONS AVANCER NOS REVENDICATIONS

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

TRAVAIL-copie-1.JPG

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 00:20

call4

 

Malgré les relances multiples de l'Union Locale CGT d'Alès, les Représentants de l'État (Sous-Préfet et Préfet) tardent à récupérer les 511 000 € indûment versés à M. DELAMARRE PAtron de Call-Expert.

 

Et les salariées licenciées elles sont toujours en attente de leur jugement

 

sous-pref_NEW.jpg

pref

 

 

PREFET1.JPG

PREFET2.JPG

prefet_NEW.jpg

img144--2-.jpg

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND