Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 16:39

 

sncf7.JPG

S'il y a bien un vrai scandale, c'est d'avoir séparé le réseau, les gares, et la gestion des trains. RFF est un "machin" inventé pour contenter Bruxelles et ses lubies d'ouverture tous azimuths à la concurrence, tout comme l'on a créé un machin avec ERDF, en charge du transport d’électricité, pour permettre à d'autres producteurs d'électricité d'utiliser son réseau.

 
Résultat, RFF et la SNCF qui devraient travailler de concert sont en fait en conflit permanent, car leurs intérêts sont divergents.

 

 

sncf9.JPG
La SNCFcherche à tout prix à payer le moins possible pour passer sur les voies de RFF, quand RFF cherche à augmenter les redevances pour pouvoir entretenir le réseau et construire de nouvelles lignes.

 


Rappelons au passage que RFF traîne une dette de 33,7 milliards d'euros, qui s'accroît toujours. Et devinez d'où vient cette dette ? …..De sa séparation artificielle d'avec la SNCF, pour désendetter la compagnie ferroviaire !

Cliquez sur l'Image

sncf11.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 15:13

Entre 22 000 et 25 000 Cheminots dans les rues de Paris pour refuser la Réforme Ferroviaire

 

sncf6.JPG

De Bastille à Montparnasse, venus de toute la France, entre 22 000 et 25 000 cheminots ont envahi les rues de Paris, le 22 mai, pour garantir l’avenir du service public de la SNCF et dénoncer fermement la réforme ferroviaire, actuellement en préparation par le gouvernement. Le cortège de la CGT formait les 9 dixièmes de la manifestation. Un nouvel « avertissement » a été lancé au gouvernement par les fédérations syndicales CGT, UNSA et SUD-Rail.

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE 

sncf3.JPG

« POUR UNE AUTRE REFORME. POUR UN SERVICE PUBLIC SNCF DE QUALITE », pouvait-on lire sur la banderole en tête du cortège de la CGT des cheminots. Contre le projet de loi préparé actuellement par le gouvernement pour la plus grande entreprise nationale publique, la SNCFet RFF, après avoir échoué à corriger la dette colossale du rail en séparant cette dernière du Réseau ferré de France, les cheminots « ne laisseront pas faire », a assuré Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT Cheminots.

 

sncf5.JPG

Présentant cette manifestation comme un « avertissement qui doit conduire le gouvernement à revoir sa copie », les organisations syndicales dénoncent la volonté du gouvernement de vouloir diviser la SNCF en trois établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) : la « maison mère » ; l’infrapôle et le RFF (Réseau ferré de France) actuel.

Une scission « directement liée au quatrième paquet ferroviaire européen et à la libéralisation complète du transport de voyageurs prévue pour 2019 » qui, d’après les syndicalistes, réorganiserait en profondeur la gouvernance du rail et ne répondrait pas aux exigences d’un service public ferroviaire de qualité et aux conditions sociales de haut niveau nécessaires pour les cheminots. Les syndicats demandent « une vraie réunification de RFF et de la SNCF » et, pour tout le secteur, « une convention collective alignée sur la réglementation SNCF, nivelée par le haut ». Ils exigent haut et fort une réforme « qui améliore les conditions de transport des voyageurs, développe le trafic ferroviaire de marchandises et préserve les droits de tous les salariés ».

 

Quant au scandale des trains trop larges, reflet d’une lourde crise au sein du rail français, « voilà ce que c'est quand l'infrastructure travaille d'un côté et la SNCF de l'autre. Même à la SNCF, le travail est trop cloisonné», dénonce la CGT Cheminots qui craint la fin d’un service public « jeté en pâture aux lois de la concurrence».

 sncf1.JPG

 

Arrivés à Montparnasse, il leur restait un point à soulever : la suppression des 2 500 postes, tous secteurs confondus, prévus dans le budget de l’État 2014. Face au gouvernement qui serait prêt à « utiliser la masse salariale comme variable d'ajustement » pour réduire ses dettes, oui, « les cheminots ne se laisseront pas faire », préviennent les syndicats.

 

sncf10.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 18:38

Le Bassin Industriel Alésien est très lourdement sinistré (17 % de chômage, 11° Ville la plus pauvre de France) et ce Bassin comme l'a confirmé le "patron" local de l'IUMM est sacrifié au profit du triangle d'or, et ce ne sont pas "vitrines" Roustaniennes que sont le Pôle Mécanique d'Alès et les "soi-disant" reclassement d'Entreprises dans les Anciens Etablissements Richard-Ducros (dont les 230 Salariés ont eux aussi été sacrifiés sur l'autel du Profit) qui pourront compenser ces décisions...L'Union Locale CGT d'Alès avait déjà saisit en Juillet 2012 par courrier le Sous-Préfet d'Alès ainsi que le Représentant au Redressement Productif afin d'étudier la viabilité des Entreprises Industrielles en Amont mais ceci sans aucune réponse de leur part 

 

Journal Régional Cliquez sur l'Image à partir de la 12° Minute

 

francis.JPG

 

indust_0002_NEW.jpg

industr1.JPG

indust2.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:44

Rembourser la dette augmente la dette !



C’est un paradoxe, mais « rembourser la dette en priorité aboutit à augmenter la dette ».

Mais ce que ne disent pas les Médias, c'est que cette Dette Abyssale a été "FABRIQUEE", et nous allons voir comment.

 

DETTE1

En 1945, en nationalisant la Banque de France, le Gouvernement décidait des restituer à la Nation le droit de "battre Monnaie", c'est à dire le droit de créer la monnaie qui irrigue notre Economie et paie le travail de tous.

 

Rendue exsangue par la Guerre, la France pouvait alors trouver l’énergie et l’argent nécessaires pour se reconstruire et mettre en œuvre le Programme du Conseil National de la Résistance. Ce qui valut à cette période qui s’étend de 1945 à 1973 d’être appelée les « Trente Glorieuses » en raison des progrès économiques et des conquêtes sociales importantes qui la caractérisent et que depuis Sarkozy les Gouvernements successifs détricotent allègrement.

 

Ces « Trente Glorieuses » avec la modernisation du Pays, les Progrès technologiques accomplis, les conquêtes sociales obtenues, accompagnées d’une inflation importante, ont modifié le cadre d’expression du Profit Capitaliste. Celui-ci n’est plus à l’avantage de la rente.

 

Il faut donc la restaurer, renforcer le Profit et la Propriété. Alors, en 1973, la Droite avec Giscard et Pompidou opère un changement d’orientation politique et économique et mette le cap sur le néolibéralisme. En effet, une loi de janvier 1973 relayée par l'article 104 traité de Maastricht et par l'article 123 du traité de Lisbonne, interdit à l'État français d'emprunter à sa banque centrale ou à la banque centrale européenne. L'État se trouve ainsi obligé d'emprunter sur les marchés financiers contrôlés par les banques privées à des taux élevés.

Alors, la Dette enfle, enfle de 229 Milliards en euros constants, elle est aujourd’hui à 1900 Milliards. Le montant des intérêts ne fait que croître et correspond justement en croissance à l'augmentation de la dette. L'augmentation de la dette n'est donc pas due à une augmentation des dépenses de l'État mais tout simplement à une augmentation cumulative des intérêts.

 

Sur une dette de 1900 Milliards d'Euros en 2012, 1 600 Milliards soit 84 %, représentaient les intérêts.

DETTE2

 Et à cause de cette Dette et pratiquement que chaque jour, les médias nous mentent : « il n’y a plus d’argent dans les caisses », « si on ne rembourse pas la dette, nos enfants devront la payer », « on dépense trop », « il faut faire des économies ». 

 
Comment comprendre que tout ça est de la propagande pour faire bosser plus en nous donnant moins ? Comment admettre que notre gouvernement dit de gauche reprennent ces leitmotivs ? Et qu’incroyablement, il vienne de décider d’un nouveau budget d’austérité 2014 qui s’avère un record dans les annales. Quelle est cette politique qui aboutit au contraire de ce qui est escompté et annoncé ?

DETTE3
A quoi ça sert de faire un "budget grec", un budget de guerre sociale pour 2014 ?  Car au fur et à mesure, la dette publique augmente de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Pourquoi ? Parce que cet argent qui va à rembourser la dette, ces économies qui sont faites sur les dépenses induisent stagnation de la croissance et récession. Le blocage du Smic et le gel des points d’indice des fonctionnaires, la baisse des salaires et retraites, aboutissent à la baisse des recettes fiscales et sociales. La stagnation des salaires et des prestations sociales exigées par le Medef et la Commission européenne écrase la demande solvable des salariés et creuse les déficits.

 

C’est comme un jardinier qui arrose le fleuve pendant que son jardin dépérit. Sans desserrer l’étau usurier des banques privées, sans remettre en cause les dettes publiques de l’état, et investir tout de suite, de façon urgente, dans la relance, il n’y a pas d’issue. 

 


En un mot, il faut dépenser « plus » (et non pas « moins ») pour nous en sortir. Au lieu de nous serrer la ceinture, de nous flexibiliser, il faut travailler mieux, moins, tous, et gagner plus… Tout de suite. 

 

det.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 21:17

 

pacte4 (2)

Près de 500 personnes ont défilé dans le calme ce matin à Alès à l’appel national de la CGT, FO, FSU et Solidaires, afin de revendiquer la fin du Pacte de responsabilité et de dénoncer l’étranglement des petits ménages.

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

15mai4.JPG

  LA SITUATION IMPOSEE AUX AGENTS PUBLICS EST CATASTROPHIQUE ET ABSOLUMENT SANS PRECEDENT. LE GEL DE LA VALEUR DU POINT ENTAME SOUS L’ERE SARKOZY EN 2010 A ETE MAINTENU DEPUIS L’ELECTION DE FRANÇOIS HOLLANDE. RESULTAT : LES PERTES DE POUVOIR D’ACHAT S’ACCUMULENT COMME JAMAIS, LES QUALIFICATIONS NE SONT PLUS RECONNUES, LES DEROULEMENTS DE CARRIERE SONT ETRIQUES ET MISERABLES. UN NOMBRE CONSIDERABLE DE SALARIES NE PEUVENT PLUS JOINDRE LES DEUX BOUTS, ET LE PREMIER MINISTRE VIENT D’ANNONCER QU’IL ENTEND MAINTENIR LE GEL DU POINT, SANS DOUTE MEME JUSQU’EN 2017….


CETTE POLITIQUE LIBERALE RENFORCEE NE PEUT BENEFICIER QU’AU GRAND PATRONAT ET AUX GROS ACTIONNAIRES.

FONCT

POUR L’IMMENSE MAJORITE, ELLE NE PEUT QUE CONDUIRE DROIT DANS LE MUR, ACCROITRE LES INEGALITES, CASSER LES SERVICES PUBLICS, AUGMENTER LE CHOMAGE…

AUCUN DEBUT DE REPONSE N’EST APPORTE AUX SOUS-EFFECTIF ALARMANT DES HOPITAUX PUBLICS, BIEN AU CONTRAIRE.

L’ETRANGLEMENT BUDGETAIRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE CONDUIT AU NON RENOUVELLEMENT DES CONTRACTUELS ET DES DEPARTS EN RETRAITE. CE SONT DES MILLIERS D’EMPLOIS QUI SONT CONCERNES.

SUR LE VERSANT DE L’ETAT, LES SECTEURS DECRETES NON PRIORITAIRES QUI SONT DE LOIN LES PLUS NOMBREUX, CONTINUENT DE SUBIR DES SUPPRESSIONS MASSIVES ET DANGEREUSES.

DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE, LES COUPES DANS LES DOTATIONS FINANCIERES CONDUISENT A UN NOMBRE CROISSANT DE REDUCTION DE L’EMPLOI ET A UNE BAISSE MASSIVE DES INVESTISSEMENTS CONSENTIS PAR CES COLLECTIVITES, SACHANT QUE LES COLLECTIVITES TERRITORIALES REPRESENTENT 80 % DES INVESTISSEMENTS PUBLICS.

POURTANT LES ALTERNATIVES EXISTENT BEL ET BIEN. REPONDANT AUX BESOINS DE JUSTICE SOCIALE, DE DEVELOPPEMENT HUMAIN DURABLES, ELLES SONT POSSIBLES ET CONTRAIREMENT A CE QU’AFFIRME LES MEDIAS…CREDIBLES

MAIS POUR CELA IL FAUT NOTAMMENT S’EN PRENDRE AUX PROFITS COLOSSAUX DES GRANDS GROUPES, AUX DIVIDENDES VERTIGINEUX VERSES AUX PLUS FORTUNES, REMETTRE EN CAUSE LES PLUS DE 200 MILLIARDS D’AIDES DIVERSES VERSEES AUX GRANDS GROUPES QUI SONT LA VRAIE CAUSE DES DEFICITS PUBLICS ET DONT L’UTILITE SUR L’EMPLOI EST NULLE VU LES DERNIERS CHIFFRES ANNONCES CONCERNANT LES DEMANDEURS D’EMPLOI.

REDONNER DU POUVOIR D’ACHAT AUX SALARIES PAR L’AUGMENTATION DE LEUR FEUILLE DE PAIE NON PAS PAR LA SUPPRESSION DE COTISATIONS SOCIALES QUI MANQUERONT DANS LES CAISSES, MAIS PAR L’AUGMENTATION DU SMIC ET DE LA VALEUR DUPOINT D’INDICE, EN PLUS D’ETRE D’UNE JUSTICE ELEMENTAIRE, C’EST SE DONNER LES MOYENS D’UNE VERITABLE RELANCE, EQUILIBREE ET PERENNE.

 

DEVELOPPER LES MISSIONS PUBLIQUES, RENFORCER LES SERVICES PUBLICS, C’EST PLUS D’EQUITE, DE PROGRES SOCIAL, DE DEVELOPPEMENT HUMAIN DURABLE.

 

REPORTAGE FR 3 PAYS GARDOIS

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

FR3

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 15:52

FONCT

 

Les annonces du Premier Ministre envers les Fonctionnaires constituent à la fois une provocation, une insulte et une agression.

Une provocation car M. Valls vient d'exposer sa conception du résultat de la négociation salariale à venir avant même que celle-ci ait débuté....

 

Une insulte ca M. Valls prétend avoir de la reconnaissance pour les Agents alors qu'il veut les condamner pour trois années supplémentaires à la "disette" salariale et qu'il n'a même pas l'honnêteté intellectuelle de reconnaître qu'il mène une politique d'austérité.

 

CI-APRES BULLETIN DE SALAIRE D'UN PRIVILEGIE AVEC 37 ANS D'ANCIENNETE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET DONT LA REMUNERATION EST BLOQUEE DEPUIS 2010.....

bulletin.JPG

 

Une agression enfin, car les coupes budgétaires annoncées vont continuer de dégrader la qualité du Service Public et les conditions de travail des agents.

 PONCT

La Politique menée par le Gouvernement est INJUSTE puisqu'elle pressure le Monde du travail au seul profit du patronat et des actionnaires, qui en demanderont toujours plus. La Politique Gouvernementale est de surcroît inefficace puisque l'Austérité handicape la consommation et de ce fait grève l'activité économique et donc l'emploi.


DANS L'UNITE, PAR LA GREVE ET LES  MANIFESTATIONS,

NOUS POUVONS GAGNER !


 

15MAI11--2-.JPG 

15MAI121--1-.JPG 

 

15MAI3.JPG 

preavis1.JPG

preavis2.JPG

 

SP3 

 

 

      SP1

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 14:01

Emission de Radio Grille Ouverte du 9 Mai 2014 consacrée à l'Accueil Juridique au sein de l'Union Locale CGT d'Alès

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR ECOUTER L'EMISSION

 

UL4-copie-1.JPG

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 13:03

 

SANOFI2-copie-1.JPG

Contrairement à ce qu'affirme M. Valls ce n'est pas le "coût" du travail qui plombe notre Economie et si nous en sommes là ce n'est parceque nous avons vécu "au-dessus de nos moyens" comme il le prétend.

 

Mais si la "soi-disant" Crise permet de justifier la casse de toutes les Conquêtes Sociales (Sécurité Sociale, Retraite, Congés Payés, etc...) mais aussi les attaques sur le SMIC elle n'empêche par contre nullement les dirigeants des plus grands groupes français d'engranger de sommes de plus en plus indécentes.

indus

Et si les entreprises se montrent "chiches" en ce qui concerne les augmentations de salaires, nombre de grands patrons ont vu, eux, leur fiche de paie grimper en flèche l'an dernier. Le record revient, pour le moment, à Jean-François Dubos, le patron de Vivendi, qui a vu bondir ses émoluments de 82%, à 4 millions d'euros. Ceux de Thierry Breton, à la tête d'Atos, se sont envolés de 74,5%, à 4,9 millions d'euros, comme le montre notre classement des salaires des grands patrons ci-dessous. 

 

M. Gattaz (Patron du MEDEF) et de l'Entreprise RADIAL pendant qu'il prônait fin avril une modération salariale pendant «deux ou trois ans» pour enclencher un «cercle vertueux», a vu sa rémunération progresser de 29% en 2013, part variable comprise pour atteindre 420 000 €. «Quand on crée de la richesse, on la distribue»: c'est par cette formule que le président du Medef, se justifie sur cette augmentation indécente. Mais la richesse M. Gattaz est le fruit du TRAVAIL DE VOS SALARIES...SANS EUX VOUS N'ETES RIEN......

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

gattaz4.JPG

Chris Viehbacher, le Patron de SANOFI, pendant qu’il supprimait 914 Emplois (4000 Emplois ont été supprimés par cette Entreprise en Europe) a perçu en 2012 une rémunération de 8,648 millions d’euros (soit l’équivalent de 700 SMIC annuels).

Cette Entreprise Premier Laboratoire Pharmaceutique Français est la première Capitalisation du CAC 40 et un des leaders en terme de rentabilité financière :

40 Milliards d’Euros de Bénéfices cumulés ces 5 dernières années

540 Millions d’Euros de Crédit Impôts Recherche (CICE) offerts par l’Etat

 

Depuis 2009, les Financiers qui ont pris le Pouvoir dans cette Société ont augmenté les Dividendes versés aux Actionnaires en passant la part des Bénéfices reversés de 35 % à 50 %....

CLIQUEZ SUR L'IMAGE


 SANOFI

 

Alors non M. Vals ce n’est pas au « Coût » du Travail qu’il faut s’attaquer mais bien au « Coût » du Capital lui seul est responsable de cette « CRISE » dont il profite abondamment et de façon indécente..


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 17:38
PRISE DE PAROLE DE BERNARD VIRE
SECRETAIRE DE L'UNION LOCALE CGT

Camarades,

Je ne vais pas vous commenter ici, les graves conséquences des nouvelles politiques d’austérité sur nos revenus, sur notre vie. En un mot, je ne vais pas décortiquer des chiffres. Tous, vous l’avez déjà fait chez vous, dans vos syndicats et vous en mesurez les conséquences.

Le 1er Ministre VALLS, fraîchement adoubé par HOLLANDE et soutenu par tous les ultras libéraux, nous impose une cure d’austérité sans précédent. Chien fidèle d’un système anti social, il s’exécute, et écrase, lamine, broie les droits et les libertés, les services publics, le pays et en parallèle distribue des cadeaux énormes au patronat, laissant la facture au peuple.

Ce 1er ministre qui se revendique plutôt de CLEMENCEAU, que de JAURÈS a bien appris la leçon de son mentor.

Rappelons, pour mémoire le Tigre, ainsi surnommé, socialiste transfuge, devenu Chef d’État était adepte de la matraque, de la répression dirigées envers les travailleurs, mais aussi un guerrier notoire.

Cette référence n’augure rien de bon pour notre avenir.

Nous comprenons mieux, en observant la politique du gouvernement, ses orientations et les soutiens qu’il apporte au pacte transatlantique, aux exigences de l’Europe et aux régimes fascistes qui s’installent en Europe Centrale.

Pauvre HOLLANDE qui préconise des sanctions contre POUTINE. Certes ce dernier est un dictateur, mais qui soyons en sûr, ne se laissera pas impressionner par les gros yeux de notre président.

Ensuite, parlons des ingérences militaires aux relents de néocolonialisme sur le sol d’Afrique. On tente de nous faire croire que ces déploiements de force servent à préserver les populations et instaurer la démocratie. La vérité est bien tout autre. Cette présence militaire n’a qu’un but protéger les grands groupes capitalistes comme ARÉVA, TOTAL et bien d’autres qui pillent les richesses de ces pays, tout en les polluants ignoblement.

Ce pétrole, ces minerais, ces appartiennent aux seuls peuples africains, pour mieux les exploiter, il suffit de provoquer l’instabilité politique, les guerres, les famines, ainsi on écarte les populations de leurs territoires et on les coupe de leurs ressources principales.

JAURÈS, ce contemporain de CLEMENCEAU connu et reconnu par la classe ouvrière que certains du PS au FN essaye de récupérer afin de se donner un vernis social dénonçait en son temps, ce capitalisme broyeur d’humanité.

Ce lutteur infatigable pour la justice sociale, pour la paix déclarait « le capitalisme est porteur de la guerre comme la nuée porte l’orage.

JAURÈS désignait l’ennemi du peuple. Mort, assassiné, dérangeait, l’histoire malheureusement, lui a donné raison. En 1914, un des conflits les plus meurtriers éclate, laissant derrière lui des milliers de morts, des villages dévastés, de la souffrance et des larmes dans toute l’Europe.

CLEMENCEAU, VALLS ne sont que des vassaux de ce système barbare qu’est le capitalisme. Leurs responsabilités politiques, leur ralliement aux marchands de canons, en font des ennemis de classe ouvrière.

En ces temps de compromis, nous voyons des syndicalistes s’unir contre leurs propres intérêts

BERGER, le Secrétaire la CFDT adepte de la collaboration de classe, refuse, alors que les coups portés contre les travailleurs sont d’une violence inouïe, l’unité syndicale. Il en rajoute en disant : « On n’a pas d’objectifs communs, avec la CGT, nous ne pratiquons pas du tout le même type de syndicalisme ».

Nous, salariés, chômeurs, nous l’avons bien compris, la Direction de la CFDT qui signe tous les accords, pactes, textes anti-sociaux, qui accepte la politique d’austérité, ne se renie pas et continue à assumer son rôle de syndicalisme d’accompagnement.

BERGER, le meilleur allié du gouvernement et du MEDEF prétend mettre la main dans le cambouis.

C’est la réalité, il graisse bien la machine capitaliste qui écrase nos droits et liberté. Aujourd’hui, comme lors des dernières manifestations, la CGT, FO, Solidaires et la FSU, nous avons su nous unir, afin de mieux dénoncer, contester les réformes anti sociales.

C’est bien, mais nous devons réussir à mobiliser toutes les composantes de la classe ouvrière, pour gagner le combat que nous devons engager contre cette caste dominante qui nous livre une guerre sans merci.

Ce combat, nous avons l’obligation de le remporter pour nous, pour les générations futures, mais il doit dépasser nos frontières. Il est commun à tous les peuples d’Europe, du Monde.

Les richesses existent. C’est nous qui produisons ! Exigeons un partage équitable de ces richesses. Rétablissons le droit, ainsi nous éradiquerons la misère et les guerres.

Les élections européennes du 25 mai seront l’occasion de rejeter les politiques d’austérité.

Syndicalistes, Citoyens emparons nous du débat, ne nous laissons pas dominer sans réagir.

Faisons du même coup barrage aux partis racistes, xénophobes qui profitent de la crise et du désarroi des populations pour développer leurs thèses fascisantes.

Un dernier mot concernant la majorité des médias qui participent, organisent la plupart du temps un travail d’intoxication et de désinformation, liée le plus souvent aux puissances d’argent ou aux influences politiques, nous pouvons comprendre que la liberté de parole est difficile à assumer.

Bien sûr les journalistes ont le droit d’avoir des opinions et nous vous rassurons, nous syndicalistes sommes très attachés à l’indépendance et la liberté de la presse. Mais quand même, quelques fois, surtout concernant les luttes des travailleurs et leurs conquêtes, un peu d’objectivité ne serait nuire ni aux salariés, ni aux journalistes.

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 08:59

 

Qui peut encore croire à l’efficacité

des privatisations ?

 SP4.JPG

En Espagne, un rapport de la Courdes Comptes révèle que la gestion publique des services d’utilité publique locaux est plus efficace et moins chère que la gestion sous-traitée au secteur privé. Un rapport évoqué à la fin de l’année dernière par l’agence de presse espagnole EFE analyse la prestation de services de nettoiement urbain et de  collecte des déchets, sous gestion municipale et à la charge d’entreprises concessionnaires, en 2011.

 

Le nettoiement urbain 71 % plus cher avec le privé !

 

Dans ses conclusions, il souligne que le coût moyen du nettoiement urbain s’élève à 18,01 € par habitant. Toutefois, cette valeur descend à 16,23 €, quand le service est assuré directement par les municipalités, et s’élève à 27,83 €, soit 71 % plus cher, quand il est livré par une entreprise bénéficiant d’une concession, d’un contrat par les collectivités locales.

 

Selon le document élaboré par la Courdes Comptes, plus de 80 % des services de nettoiement urbain étaient gérés directement par les communes en 2011, toutefois ce pourcentage diminue sensiblement dans le cas des grandes villes. Et ce sont aussi dans les plus grands centres urbains que le coût moyen du service atteint les valeurs les plus élevées, pouvant monter jusqu’à 32,19 € par habitant, quand il s’agit d’une concession privée, ou 19,07 € par une gestion publique.

 

Mais la gestion publique n’est pas seulement moins chère, elle est aussi de meilleure qualité, peut-on déduire du rapport, selon quoi le prix plus élevé du privé ne se traduit pas dans les indices de qualité du service. Au contraire, tandis que dans les petites localités le service municipal garantit en moyenne le maintien de 36 poubelles pour 100 habitants, cette proportion tombe à 6 pour 100 quand le service est privatisé. Pour ce qui est des grandes villes, l’étude évoque le fait que ce rapport se stabilise autour d’1 poubelle pour 100 habitants, que la gestion soit privée ou publique.

 

Collecte des déchets : même constat

SP1.JPG

 

Concernant la collecte des déchets urbains, le coût moyen par habitant s’élève à 48,76 €, et il se révèle que c’est de nouveau la gestion publique qui est la plus économe pour le contribuble, avec une valeur moyenne de 42,55 € par habitants contre 53,90 € pour le service privatisé. Les économies d’échelle se vérifient aussi dans ce cas, c’est-à-dire que plus grande est la ville et moins chère se révèle le service. Ainsi, tandis que le coût moyen du service public dans les grandes villes chute à 37,54 €, l’offre privée se chiffre à 52,33 €.

.

Ces différences significatives, désormais prouvées officiellement par la Cour des comptes d’Espagne, ont déjà conduit plusieurs municipalités importantes, c’est le cas de la ville de Leon, au Nord-ouest, à remunicipaliser la prestation du nettoiement urbain et de la récolte des déchets, ayant permis des économies chiffrées à 8 millions d’€…

 

CE QUI EST VALABLE POUR L'ESPAGNE L'EST FORCEMENT POUR LA FRANCE

 PONCT

 «  la principale fonction d’un service privé, ce n’est pas le bien public, 

c’est de faire du profit pour rémunérer les actionnaires »

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND