Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 11:02

Partout dans le monde, la prochaine Journée internationale du travail sera l’occasion de voir descendre dans les rues des milliers de salariés, de privés d’emploi et de retraités afin d’exiger la mise en oeuvre de véritables politiques de progrès social. En France, où la courbe du chômage ne cesse de grimper alors que celle du pouvoir d’achat continue de chuter, tous les salariés sont appelés à se rassembler pour faire de ce 1er Mai 2014 un véritable événement au coeur d’un printemps social.

 

Saisissons-nous de cette journée pour exiger, ensemble, ce que, chaque jour, chacun et chacune d’entre nous n’a pas toujours la force de revendiquer.

 

Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création d’emplois de qualité.

Seul ou en famille, entre amis ou avec des collègues de travail, syndiqués ou non syndiqués, manifestons pour faire entendre notre volonté de justice sociale et notre détermination à offrir un avenir à la jeunesse.

 

Face à une situation économique et sociale qui s’aggrave, dans une société où la qualité du « vivre ensemble » se dégrade, il est urgent d’intervenir et ne pas laisser faire : urgent de dire haut et fort que les solutions apportées sont à des années-lumière des besoins des salariés.

Les orientations du nouveau gouvernement ne répondent en effet en rien aux aspirations des salariés et ne règleront rien.

 

Le vote-sanction que les électeurs ont voulu infliger au gouvernement lors des dernières élections municipales n’a visiblement pas été entendu. Le gouvernement remanié a clairement choisi d’enfoncer un peu plus le clou des mesures d’austérité, en commençant par imposer l’austérité salariale dans le secteur public comme dans le privé. Dans une France où 1 jeune sur 4 est au chômage, où les plus anciens voient leurs pensions rabougries, où les salaires sont bloqués depuis de nombreuses années, et où plus de 80 % des embauches sont réalisées en CDD, la situation des salariés n’a jamais été aussi fragile.

 

Jamais, pourtant, les salariés ne se sont vus imposer autant de sacrifices pour le seul bénéfice du patronat.

 * « Zéro charges » pour les salaires payés au Smic, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires.

 

* 2 € de plus par jour pour un salarié payé au Smic, à travers la diminution imposée de ses cotisations sociales, ce sera aussi, concrètement, pour lui, dès 2015, le « choix » entre des frais de couverture sociale supplémentaire ou des droits en moins.

 * 19 milliards d’économies sur le budget de l’État : ce sera une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, une réduction des services publics et de leurs missions, moins d’infirmières, de professeurs, de policiers...

 * 10 milliards d’économies sur l’Assurance-maladie : ce ne sera certainement pas un meilleur remboursement des médicaments et des soins, ni une meilleure prise en charge des assurés.·

 

En revanche, 30 milliards d’euros de cadeaux supplémentaires au patronat : c’est un nouveau détournement de notre budget commun, alors que, chaque année, chaque habitant français donne déjà plus de 3 000 € en aides diverses aux entreprises soit disant pour préserver l’emploi, sans aucune garantie que cet argent serve à l’emploi et encore moins à l’investissement.

Cette situation n’est pourtant pas une fatalité : d’autres choix visant le progrès social sont possibles. Pour cela, il faut s’unir pour agir, se rassembler pour gagner.

Pour sortir de l’austérité et ouvrir une nouvelle période de progrès social, rassemblons-nous le 1er Mai prochain pour :

 la mise à plat et l’évaluation de toutes les aides publiques accordées aux entreprises ;

 l’augmentation des pensions et des salaires ;

 une vie meilleure, faite de justice sociale ;

 le respect des droits fondamentaux des êtres humains partout dans le monde, à commencer par le droit à un travail décent, reconnu et valorisé ;

 un débat national sur la répartition des richesses créées par notre travail.

 

Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

 

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social.

 

 

RASSEMBLEMENT DEVANT LA MAIRIE D’ALES à PARTIR DE 10 H 30

 

1ERMAI2.JPG

PATRONS

aust

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 22:05

 

CESER4.JPG

Un entretien avec Gérard Maurice Président du Conseil Economique et Social Environnemental Régional qui regrette que le CONSENSUS aille trop loin et il s'étonne surtout que le Medef et la C.G.T soient toujours en phase.. Il trouve cela anormal !



Etonnant NON ce positionnement de la C.G.T vis à vis du MEDEF ???

ceser2.JPG

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE


CESER3.JPG

 


 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 08:42

DIMANCHE8.JPG

 

Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, s’est déclaré favorable à une ouverture dominicale accrue des commerces le dimanche pour satisfaire les prétendues demandes des touristes en ce sens.


 

Cette déclaration surprend de la part d’un Ministre qui fait étalage de sa compétence économique : son propre ministère publie en ligne les chiffres du tourisme et ceux-ci sont sans équivoque : les dépenses des touristes étrangers dans le commerce de détail n’atteignent pas 10% de la dépense touristique totale, soit 0,2% du PIB (et non 7%, comme il l’a déclaré).

L’intérêt des touristes pour notre beau pays ne réside donc visiblement pas dans le seul fait que l’ensemble des commerces est ouvert le dimanche ! Rappelons, par ailleurs, que sept zones touristiques sont déjà ouvertes à Paris ce jour là. L’impact économique d’ouvertures supplémentaires ne pourrait donc être que minime.

 

Lier le sort de la balance commerciale de la France à ces ouvertures relève donc de la mystification. A moins qu’il ne faille y voir les résultats du lobbying intensif des Galeries Lafayette (dont le patron était reçu hier par le ministre) et du Printemps. Ces deux enseignes se sont en effet vu refuser le classement en zone touristique du Boulevard Haussmann à Paris, décision très motivée (notamment par le refus des riverains), prise en 2010 par l’équipe municipale de Bertrand Delanoë.

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR LIRE L'ARTICLE

DIM

Manifestation vers 1900 pour le repos hebdomadaire qui sera accordé le 13 juillet 1906. Une loi précédente avait été abolie en 1880 sous prétexte qu’elle avait été promue durant la Restauration. Jusqu'en 1906 donc, il revenait au patron de décider du jour de congé de ses employés.

LOI DE 1906 SUR TRAVAIL DU DIMANCHE

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

dima.JPG 

 

 

achetez

 

dim

 

DIMANCHE3.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:14

Ci-joint un article du Journal l'Humanité publié le 25 Janvier.........1974

 

Et oui 40 ans après, les mots de cet article sont toujours d'actualité et effectivement c'est bien le Progrès Social et non pas l'austérité et la régression sociale qui vont relancer la Croissance....

HUMA.jpg

 

croissance.jpg

 

aust.jpg

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 22:02

Quand vouloir résorber la dette à coup d'austérité

et de Baisse de Dépenses Publiques ne fait.....

........qu'augmenter la Dette.

 

DETTE1

 

dette4


Chaque matin, les radios mentent : « Il n’y a plus d’argent dans les caisses. » « Si on ne rembourse pas la dette, nos enfants devront la payer. » « Chaque enfant qui naît, naît avec 25 000 euros de dette sur la tête. » « Un État, c’est comme un ménage, il ne doit pas dépenser plus que ce qu’il gagne. » « On dépense trop. » « Il faut faire des économies. » Comment comprendre que tout ça est de la propagande pour vous faire bosser plus en vous donnant moins ?

Il faut savoir que sur le montant total de la Dette Française c'est à dire 1 900 Milliards d'Euros, 84 % soit 1 600 Milliards était constitué d'intérêts que nous payons aux Banques Privées depuis une Loi de Janvier 1973 (Loi Giscard) relayée par l'article 104 du Taité de Maastricht et par l'article 123 du Traité de Lisbonne qui interdit à l'Etat Français d'emprunter à sa Banque Centrale ou à la Banque Centrale  Européenne. La France se trouve donc obligé d'emprunter sur les Marchés financiers contrôlés par les Banques Privées et ce à des Taux très élevés.....

Ce sont ces Intérêts qui ont fait "Gonfler" notre Dette Publique et rien d'autre contrairement à ce qu'affirme notre 1er Ministre. Non la France n'a pas vécu au dessus de ses moyens !

Comment admettre que notre gouvernement de gauche reprenne ces leitmotivs ?

Et qu’incroyablement, il vienne de décider d’un budget d’austérité 2014 qui s’avère un record dans les annales.

Pourtant, la preuve est faite, année après année : la dette publique de la France s’élevait à 85,9 % du PIB, fin 2011, et à 90,2 %, fin 2012. Elle a atteint 91,7 % à la fin du premier trimestre 2013, selon l’INSEE.

Quelle est cette politique qui aboutit au contraire de ce qui est escompté et annoncé ?

À quoi ça sert que le déficit baisse de 5,3 % en 2011, à 4,8 % en 2012, qu’il atteigne 3,9 % du PIB en 2013 ? Il est fixé à 3 % en 2014 et à 0,5 % en 2017 pour obéir aux libéraux de Bruxelles et au TSCG (« traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance » sic).

 DETTE3

Mais au fur et à mesure, la dette publique augmente de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Pourquoi ? Parce que cet argent qui sert à rembourser la dette, ces économies qui sont faites sur les dépenses, induisent stagnation de la croissance et récession. Le blocage du SMIC et le gel des points d’indice des fonctionnaires, la baisse des salaires et des retraites aboutissent à celle des recettes fiscales et sociales. La stagnation des salaires et des prestations sociales exigée par le MEDEF et la Commission européenne écrase la demande solvable des salariés. C’est comme un commerçant dont la banque exige de payer des traites à marche forcée au détriment de l’approvisionnement de ses stocks. Son chiffre d’affaires baisse et sa dette augmente au fur et à mesure qu’il la rembourse. 

C'est le Jardinier qui arrose le fleuve pendant que son jardin dépérit....

 

 

 

DETTE2.JPG

 


 

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 21:22

BERT

Ce qui pose question dans ce dossier c'est que le Patron de cette Société a encaissé plus d'un Million d'Euros de Subventions Publiques (FIBA, Contrats de Professionnalisation) et qu'il n'a jamais respecté les engagements contenus dans les contrats concernant les aides versées, mais cela n'a offusqué personne.

Il a fallu que l'Union Locale CGT d'Alès intervienne pour que le Préfet du Gard (M. Bousiges) par courrier du 5 Aout 2013 (soit 1 Mois après la fermeture) fasse un courrier indiquant qu'il allait réclamé le reversement de ces Aides.

pref

M. Bousiges a laissé sa place et les Aides n'ont toujours pas été reversées.

 

De plus au moment de la fermeture le montant des Dettes Sociales (URSSAF, Impôts, Retraite et même loyer du à la Communauté Alès Agglo) s'élevait à la somme faramineuse de 2 187 000 €...et là non plus cela n'a inquiété personne (hormi l'Union Locale CGT d'Alès qui a demandé des comptes...)


Au moment ou notre Premier Ministre nous indique que nous devons faire des sacrifices car « nous avons vécu au dessus de nos moyens » ....On voit bien dans le cas précis que tout le "manque à gagner" : 1 000 000 € de Subvention + 2 187 000 € de Dettes Sociales = 3 187 000 € d'argent public en moins dans les Caisses...

img144 (1)

 

 

Alors oui M. Delamarre PDG de Call-Expert a bien vécu au dessus de ses moyens....

call6.JPG

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

TOTEM

 

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

TOTEM

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 07:39

Les Salarié(e)s de Call-Expert voient le PSE de leur Entreprise annulé par la Cour d'Appel de Marseille.

 CALL5


Cette décision va faire jurisprudence car cette Entreprise est la 1ère liquidée sous la loi ANI. (Accord national interprofessionnel), dont l’objectif est de faciliter les licenciements économiques.

Elle a été promulguée le 14 juin 2013, seulement trois semaines avant la liquidation de Call Expert, ce qui fait de la société de télé-marketing la première en France concernée par les nouvelles mesures.

Concrètement, avec ce texte, le délai de réponse de la DIRECCTE passe à 21 jours au lieu de 21, 28 ou 35 jours auparavant, en fonction du nombre de licenciements. La DIRECCTE a donc 21 jours pour homologuer le PSE proposé par le chef d’entreprise. Passé de délai, l’accord de la DIRECCTE est considéré comme tacitement valide et le plan peut s’appliquer au 22e jour.

Ce qui n'a pas été le cas à Call-Expert où l'Entreprise a été liquidée en 5 jours. “Si l’on avait été prévenu plus tôt de ce plan social, on aurait pu s’organiser, pourquoi pas se monter en SCOP (société coopérative)“, avance une salariée. “

De plus, les plans sociaux ne dépendent plus des tribunaux civils mais désormais des tribunaux administratifs, ce qui pose la question de l’indépendance, quand le public juge des affaires publiques“

Derrière ce dossier se pose aussi la question des Aides Publiques versées aux Entreprises et ce sans aucun contrôle de leur utilisation. Il est à noter que le Site de Saint Christol les Alès a bénéficié de plus de 1 Million d'Euros d'Aides Publiques et notamment de 511 000 € au titre de l'ex-FIBA (Fonds Industrialisation du Bassin Alésien) que suite à la demande de l'Union Locale CGT d'Alès le Préfet s'était engagé par courrier du 5 Aout 2013 à faire restituer car l'Entreprise Call-Expert n'avait respecté ses engagements de création d'emplois (100 CDI).

pref.JPG

 

Il est à noter également que dans le même temps qu'elle percevait ces Aides Publiques, on a laissé cette Entreprise accumuler plus de 2 187 000 € de Dettes Sociales (URSSAF, Impôts, Retraite, et même loyers dus à la Communauté d'Agglo d'Alès) et que M. Delamarre pendant qu'il mettait les 107 Salariés de SZaint Christol à la rue, ouvrait un Centre d'Appel Low-Coast....à l'Ile Maurice.

img144--1-.jpg

Et après, notre nouveau Premier "Sinistre" essaye de nous culpabiliser en nous disant que si on a une Dette Publique "colosalle" en France c'est que l'on a vécu.....au dessus de nos moyens.....

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 22:21

La Cour  d'Appel de Nîmes vient de rendre son Verdict, elle donne raison aux Ex-Salariés de RICHARD-DUCROS /FAYAT, dans le litige qui les oppose à leur Ex-Employeur...

 

C'est une Grande Victoire pour les Salariés car la Cour d'Appel confirme le Co-emploi, les lienciements sans motifs économiques en résumé elle condamne FAYAT à tous les niveaux...lui, le 1er métallier de France  qui s'était emparé du 6ème  rang national se voit condamner au Nom du Peuple Français....

 

img109

fayat+

 

 

fayat 0007 NEW

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 FR3

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 22:04

Monsieur le Premier Ministre nous ne vous laisserons pas détruire LA Sécurité sociale !

 

CROIZAT3.JPG

Les annonces faites par le premier ministre dans son discours de politique générale sont inquiétantes: pacte de responsabilité, diminution des cotisations sociales des salariés, crédit d’impôt aux entreprises.

 

En outre, le Premier Ministre confirme la suppression de la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S). Cette contribution, à la charge des entreprises réalisant un chiffre d’affaire supérieur à 760 000€, est affectée au financement du régime social des indépendants. Il s’agit d’un nouveau cadeau aux très grandes entreprises au détriment de la Sécurité sociale des travailleurs indépendants. En outre rien n’est dit sur le devenir des 160 salariés du RSI qui traitent cette contribution.

 

Ces réformes n’ont qu’un seul but, remettre en cause la Sécurité sociale dans son ensemble (régime général des salariés, MSA,Régime Social des Indépendants). Elles sont inacceptables.

En s’attaquant au financement par les cotisations salariales, le gouvernement décide de revenir au début du 20e siècle. A une époque où les salariés et leur famille, confrontés à la maladie, trop âgés pour travailler devaient s’en remettre à la charité.

 

Si en 1944, le Conseil National de la Résistance décide de créer la Sécurité Sociale, financée par les cotisations des salariés, c’est bien parce que le système des assurances sociales et la retraite ouvrière et paysanne étaient en échec.

 

Présenter aux salariés la réduction de leur cotisation sociale comme un moyen d’augmenter leur salaire net relève de la supercherie. En effet, ces cotisations représentent une partie du salaire « socialisé », c'est-à-dire mis dans le pot commun de la Sécurité Sociale, pour permettre dans le cadre de la solidarité intergénérationnelle, à chacun de prendre sa retraite, de se soigner lui et sa famille, d’élever ses enfants.

 

En réduisant cette partie « socialisée », le gouvernement lamine immédiatement le budget de lla Sécurité Sociale

 

Ces cotisations prélevées sur les salaires ne sont pas placées en bourse. Elles ne vont pas dans la poche des actionnaires.

 

La partie consacrée à la gestion du système est infime (moins de 4% des sommes collectées). Ces cotisations sont immédiatement utilisées, pour la maladie, les prestations familiales, les pensions des retraités.

 SECU.JPG

Le salarié qui aura vu, provisoirement, son salaire net augmenté de 40 euros le regrettera vite. Moins d’argent dans les caisses de la Sécurité Sociale provoquera une nouvelle baisse des prises en charge par l’assurance maladie ou une nouvelle baisse des pensions.

 

Dans tous les cas si ce salarié veut se soigner ou bénéficier d’une retraite convenable, il devra prendre une ou des assurances complémentaires. Les 40 euros qu’il aura gagnés n’y suffiront pas.

 

Ce que le gouvernement aura donné d’une main aux salariés, le Medef le reprendra au centuple par le biais des compagnies d’assurance.

Il s’agit d’un vol en bande organisée. Les chefs de bande s’appellent Hollande, Valls et Gattaz.

 

Ne laissons pas dépouiller la Sécurité sociale.

 

 

L’heure n’est pas à la résignation. Tous ensemble le 1er mai manifestons contre l’austérité, pour les salaires, l’emploi et la défense de notre protection sociale.

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 22:05

François Hollande est-il en manque d'idées sociales-libérales pour rassurer la Commission Européenne ? On pourrait le penser car il reçoit Mardi 15 Avril trois économistes Philippe Aghion, Gilbert Cette, et Elie Cohen, récents auteurs de l'ouvrage Changer de modèle, de nouvelles idées pour une nouvelle croissance.

 

PATRONS.JPG

Ces trois économistes apôtres du social-libéralisme version 2014 n'hésitent pas, à bousculer quelques croyances de gauche, en réclamant, par exemple, la fin du SMIC.

smic.JPG

Sur ce point, ils rejoignent les prises de positions successives des socialistes Pascal Lamy, ou Hubert Védrine.

Si François Hollande cherche des idées iconoclastes, voilà un déjeuner qui devrait assurément lui en fournir.

 

Et pourtant pendant ce temps là, on apprend que certains Patrons ont bénéficié d'une augmentation de salaire qui ferait s'évanouir le moindre salarié de base. Parmi les patrons, le record de l'augmentation de salaire sur un an, entre 2012 et 2013, revient à Thierry Breton, PDG d'Atos, dont la rémunération a augmenté de 74,5% (tous revenus compris), selon les calculs de Capital.fr

 

patr.JPG

 

cliquez sur l'Image ci-dessous

breton


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND