Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 19:18

DECIDEMENT, CONTRAIREMENT à SA PUB, C'EST VRAIMENT PAS BEAU LA VIE CHEZ .....HARIBO

C"est ce Lundi 24 Février à 14 Heures que le Jugement concernant la demande de transformation en CDI des 250 contrats CDD accumulés par les trois Intérimaires d'Haribo sera rendu

En effet ce Patron "joue avec les nerfs" de ces salariés et avait obligeait la défense à demander un report vu que la Direction n'avait envoyé ces Conclusions que la veille du Jugement en Novembre dernier...

Rappelons que nos camarades d’haribo ont de plus en plus de difficultés à faire face a une situation désespérée.

En effet, ces salaries sans emploi, sans revenu, sans mission d’intérim, sans la possibilité de faire une formation, sans suivi de pole emploi, prives de tous leurs droits, victimes de l'acharnement et du jusqu'au boutisme de l'entreprise haribo et de l'autisme des sociétés d'intérim ont besoin d’un soutien financier et moral 

TOUS LES CAMARADES DISPONIBLES SONT INVITES à ETRE PRESENTS DEVANT LE CONSEIL DES PRUD'HOMMES DE NIMES

LUNDI 24 FEVRIER à 14 HEURES

 

Article "Objectif Gard" en cliquant sur l'image....

haribo.JPG

 

Reportage FR3 Pays Gardois

FR3

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 20:06

 

Tous dans la rue le 18 Mars sur la revendication d'abrogation des mesures contenues dans le pacte de responsabilité car derrière lui, c'est toute la sécurité sociale fondée sur le salaire socialisé, avec ses quatre branches (maladie, famille,vieillesse, accidents du travail) qui est menacée.

 PACTE2.JPG

C'est tout le système de protection sociale, comme en témoigne la volonté du patronat de remettre en cause, dans le cadre des négociations actuelles sur l'assurance chômage, le montant des allocations chômage

 

Si les exonérations de cotisations patronales ont été nombreuses depuis 1991, toujours sous prétexte de baisser le (soi-disant) "coût" du travail, c'est la première fois qu'un tel cadeau est fait au patronat: ne plus rien payer pour une branche entière de la Sécurité Sociale : LA BRANCHE FAMILLE !

 

Derrière, c'est toute la sécurité sociale fondée sur le salaire socialisé, avec ses quatre branches (maladie, famille, vieillesse, accidents du travail) qui est menacée.

 

C'est tout le système de protection sociale, comme en témoigne la volonté du patronat de remettre en cause, dans le cadre des négociations actuelles sur l'assurance chômage, le montant des allocations chômage

 

Les Entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements, et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.

 PACTE3.JPG

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

 

18-Mars.JPG

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 07:25

 

SP1.JPG

S’inscrivant dans les mêmes logiques que celles qui visent à accréditer l’idée qu’il existerait un coût excessif du travail, les autorités gouvernementales multiplient aujourd’hui des déclarations sur la nécessité de réduire drastiquement le coût des services publics.

 

La dernière en date étant la réponse apportée par le Premier Ministre aux organisations syndicales de la Fonction  publique qui l’avait sommé le 13 février de prendre l’engagement qu’il n’y aurait par de gels des rémunérations et d’avancements pour les agents publics.

 

C’est ce qu’il a fait le 14 février mais en ajoutant vouloir ouvrir des discussions sur l’avenir et les réorganisations nécessaires de la Fonction publique pour contribuer à l’effort du redressement du pays.

 

La CGTréaffirme aujourd’hui la nécessité de faire des services publics de véritables outils au service :

- De la satisfaction des droits et des besoins des citoyens, des salariés, des privés d’emploi, des retraités. 

- De la redistribution des richesses produites à un moment où les inégalités ne cessent de s’accroître.

- D’une nouvelle logique de développement, de reconquête des activités et de l’emploi industriel, tout en assurant une véritable transition écologique.

 

Force est de constater que la modernisation de l’action publique et l’acte III de la décentralisation ne répondent pas à ces objectifs.

 

La C.G.T réitère que les services publics sont créateurs de richesses et participent au développement économique et industriel du pays et à la construction du lien et de la cohésion sociale. Ils permettent une autre répartition des richesses.

 SP2.JPG

La défense et la promotion des services publics s’inscrivent totalement dans la campagne CGT sur le coût du capital.

 

En proposant notamment une véritable réforme fiscale, un pôle financier public, une autre politique monétaire et du crédit, la CGT affirme que le financement de l’action publique, dans ses dimensions territoriales, nationales et européennes, est tout à fait possible.

 

Ces propositions se situent clairement à l’opposé des politiques d’austérité à l’œuvre au sein de l’Union européenne et du pacte de responsabilité qui pourrait se traduire par une diminution de 50 milliards d’euros de la dépense publique.

 

La CGT rappelle sa disponibilité et sa demande d’ouverture d’un véritable processus de négociations devant à la fois porter sur :

- Les missions et les conditions de mise en œuvre des politiques publiques et des services publics. 

- Leurs modalités et moyens pérennes de financement.

- Le renforcement du statut général des fonctionnaires, des droits et des garanties collectives des agents publics, l’amélioration de leurs conditions de travail, la revalorisation significative de leurs rémunérations.

 

Au cœur d’enjeux démocratiques majeurs et constitutifs d’un véritable choix de société, l’avenir des politiques publiques et des services publics impose des responsabilités particulières à l’ensemble des organisations syndicales.

SP3.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 07:25

La directive auquotidien : fraude d’entreprises

et salaires à 3 euros l’heure

 DETAC2.JPG

Le détachement des travailleurs concerne près de 1,5 millions de salariés en Europe. Sans compter les centaines de milliers de travailleurs non déclarés, la France est le 2ème pays d’accueil.

 

Premier coup contre ces travailleurs : pas de révision globale de la directive

Avec la complicité enthousiaste de la social-démocratie européenne, le dumping social demeure, puisque les cotisations sociales (patronales comme salariales) continuent d’être déterminées et prélevées dans le pays d’origine des entreprises. Un gouffre sépare les législations des Etats les plus progressistes à l’Ouest des États dernièrement entrés dans l’Union à l’Est.

Deuxième coup : le Conseil limite la responsabilité des entreprises

Le point le plus discuté de cette directive révisée concerne un « mécanisme de responsabilité solidaire » des entreprises et de leurs sous-traitants pour améliorer la protection des salariés et lutter contre le dumping social. Mais, le Conseil a limité la portée du texte au seul secteur de la construction. Ni Sapin, ni Hollande ne s’y sont opposés.

Quant aux moyens de lutter contre la fraude, encore faudrait-il assurer à l’inspection du travail les moyens en conséquence. Or, le « Plan de lutte contre travail illégal et détachement abusif », présenté par le ministre du Travail, est une bien pauvre rustine sur le système. L’inspection du travail a effectué moins de 2000 contrôles en 2011.

 

Troisième et dernier coup : la députée Berès abandonne le terrain

 

Le Conseil s’est également opposé à une clause demandant aux États de prévoir des budgets suffisants pour effectuer les contrôles et inspections au motif de « l’autonomie budgétaire des États ». Cela ne leur a pourtant pas posé problème d’abandonner cette souveraineté lorsqu’il s’agissait du TSCG, et des directives two-pack et six-pack qui abandonnent le contrôle des budgets nationaux à la Commission Madame Berès a avalisé la position du Conseil ; elle capitule donc avant même d’avoir livré bataille.

 

DETAC-copie-1.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 21:07

Le Pacte de responsabilité voulu par le MEDEF est fondé sur la "politique de l'offre". Pourtant, les patrons eux-mêmes affirment que la demande est le principal frein aux affaires. 

 

«Il nous faut produire plus, il nous faut produire mieux. C’est donc sur l’offre qu’il faut agir.» François Hollande, le 14janvier à l’Élysée.

 

«Faux ! répondent les patrons. Pour 44% d’entre eux, c’est le carnet de commandes peu fourni qui les met dans la difficulté, expliquent-ils dans la dernière enquête de conjoncture dans l’industrie publiée le 14 janvier par l’Insee. Seuls 19 % des chefs d’entreprise pointent l’offre, ou plus exactement les coûts de production, comme un problème. 11 % pensant que le problème est à la fois lié à la demande et à l’offre. Et 80% d’entre eux disent prévoir leurs projets en fonction de la demande à venir

 

«Les PME n’emploient que quand les carnets de commandes augmentent, a d’ailleurs reconnu Jean-François Roubaud, le président de la Confédérationgénérale des petites et moyennes entreprises, mi-janvier sur BFM. Il n’y a pas de rapport direct entre baisse des charges et emploi.» 

 

 

Nota : L’unité du PS se fissure sur le pacte Hollande-Medef …
« …Depuis les années 1990, «des centaines de milliards d’euros d’aides, d’exonérations, de subventions ont été distribués aux entreprises sans effet sur l’emploi», déclare l’aile gauche du PS

 

marge.JPG

offre2.JPG

af2-copie-1.JPG

CHARGES

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 07:16

Les ATSEM sont chargées de l’assistance au personnel enseignant pour la réception, l’animation et l’hygiène des très jeunes enfants ainsi que de la préparation et la mise ne état de propreté des locaux et du matériel servant directement à ces Enfants. Les ATSEM participent à la communauté éducative.

Elles peuvent être chargées, en journée, de la surveillance des très jeunes enfants dans les cantines ou dans le temps péri scolaire.

 

TOUTES VOS MISSIONS SE FONT DANS LA PRECIPITATION ET DANS L’URGENCE

VOS CONDITIONS DE TRAVAIL SE DEGRADENT

VOS DROITS STATUTAIRES NE SONT PAS RESPECTES

LES MISSIONS DES ATSEM………….ET  LA REALITE

 

On vous en demande  de plus en plus, vos droits sont de plus en plus bafoués, vous avez sollicité notre organisation syndicale  sur :

-        Vos droits sur l’application de votre temps de travail (annualisation)

-        Vos congés annuels

-        En cas d’arrêt maladie

-        Vos taches

-        Vos relations avec les enseignants

-        L’application des rythmes scolaires etc….Comment elle va se mettre en place !!!

Pour répondre à vos questions,Pour créer un réseau solidaire, Pour créer UN COLLECTIF GARDOIS D’ATSEM

Nous vous invitons à PARTICIPER à l’une des 2 assemblées générales prévues :

 

1.  Sur ALES à la bourse du travail le MERCREDI 19 FEVRIER A 15H

 

2.  Sur Nimes à la bourse du travail le MERCREDI 19 MARS A 15H

 

 

*  Etre syndiqué c'est sortir de l'isolement, mieux connaître ses droits, être en contact avec les autres collègues, avec ses camarades pour agir ensemble...

*  Souvent, le seul fait de faire savoir que l'on connaît mieux ses droits c'est déjà protecteur !

*  Être syndiqué à la CGT c'est se donner la garantie d'une information régulière.

*  Connaître ses droits, et les faire respecter c'est efficace pour en gagner de nouveaux.

 

 

IL N’APPARTIENT QU’A VOUS DE VOUS ORGANISER

LA CGT SERA TOUJOURS A VOS COTES

A VOUS DE CONVAINCRE VOS COLLEGUES DE TRAVAIL

ATSEM1.JPG

 

 

ATSEM2.JPG 

ATSEM_0001_NEW.jpg

ATSEM_0002_NEW.jpg

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 15:45

 

 

avec son conseil strategique sur l'attractivite, Le Président de la République se veut de plus en plus "Aimant" pour attirer le MEDEF

 

François Hollande, le Bricoleur en Chef de notre Pays se trompe d'outil pour relancer la consommation et les investissements.

 

En effet, il utilise avec son Conseil stratégique sur l'attractivité en France qui réunit à l'Élysée 34 Grands Patrons dirigeant des Entreprises Étrangères ...un outil datant de 2003 et utilisé déjà par Jean-Pierre Raffarin.

 

Ce Conseil avait débouché à l’époque sur l'allègement de l'impôt sur la fortune (ISF) et la "modernisation " du droit du travail.

 

 

Hollande n'écoute pas les Syndicats, mais préfère flatter les Patrons et continuer dans sa politique de l'offre qui est vouée à l'échec.

Après avoir offert 20 Milliards au titre du CICE puis 35 Milliards de suppression de Cotisations Familiales, qui s’ajoutent aux 65 Milliards d’exonération fiscales et Sociales annuelles déjà accordées, on est toujours dans la partition de baisse du "coût" du travail prônée en son temps par la Droite avec les résultats désastreux sur l’emploi que l’on connaît.

VIRA

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

attract

 

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 07:08

LE PARADIS DES RICHES EST BIEN FAIT DE L'ENFER DES PAUVRES


A l'heure où certains Patrons comme M. Varin de PSA partent avec un pactole de 21 Millions d'Euros soit 1600 Années de SMIC, 
Vl’a t’y pas que la dernière trouvaille du Medef pour réduire le déficit de l’assurance-chômage est de déplafonner le délai de carence correspondant aux indemnités de licenciement supra-légales.

parac.JPG

Lorqu’un chômeur s’inscrit à Pôle emploi, il doit attendre un certain nombre de jours pour percevoir ses allocations dès lors qu’il a perçu des indemnités de rupture qui excède le montant de l’indemnité légale. Ce nombre de jours est aujourd’hui limité à 75 jours.

Avec la proposition du Medef, cette limite n’existerait plus. Autrement dit, tant qu’il pourrait vivre de ses indemnités de licenciement, le chômeur ne percevrait pas ses allocations, ce qui serait tout bénéfice pour le régime, surtout s’il retrouve un emploi avant d’être indemnisé !

PARACH.JPG

Doit-on rappeler au patronat qu’il y a ici confusion des genres entre un droit à une allocation qui est le fruit du versement d’une cotisation et un droit à une indemnisation qui répare le préjudice résultant de la rupture du contrat de travail. Ce que les patrons sont tenus de verser à ce dernier titre, ils tentent de le récupérer pour éviter d’indemniser tout de suite les chômeurs.

Le préjudice lié au licenciement ne serait donc plus indemnisé en tant que tel pour se transformer en une sorte de « salaire » d’inactivité non cumulable avec les allocations. Il est vrai qu’au Medef seul le principe de la liberté d’entreprendre mérite que l’on ne s’assoit pas dessus. Pour les autres, il peut y avoir carence !

 


 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 14:54

APRES LE GEL DES SALAIRES, LE GOUVERNEMENT ANNONCE LE GEL DES AVANCEMENTS POUR LES FONCTIONNAIRES...

CE N'EST PLUS UN CAPITAINE DE PEDALO QUI DIRIGE LE PAYS, C'EST LE CAPITAINE.....IGLOO

 

FONCT.jpg

Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale a indiqué le 12 février dernier que l'idée debloquer l'avancement des agents publics était à l'étude, alors qu'il était reçu à l'émission « Questions d'info » par LCP, Le Monde et l'AFP.

Ses déclarations survenaient une semaine après les fuites prêtées par Les Echos à Vincent Peillon le 5 février: ce journal avait annoncé que le ministre de l'éducation nationale comptait proposer le « gel des promotions et avancements automatiques non seulement des enseignants, mais de l'ensemble des fonctionnaires ». Cela avait été démenti l'entourage de M. Peillon, mais Les Echos avaient maintenu leurs informations et un journaliste de France Info avait abondé dans le même sens, en précisant avoir entendu M. Peillon tenir ces propos lors d'un déjeuner avec les représentants d'autres médias.

La controverse est repartie de plus belle, mercredi, après que le président du groupe socialiste. soit revenu surses déclarations, sous le prétexte qu'elles risquaient de déclencher un incendie dans la fonction publique. « Je ne sais pas si cette question est à l'étude, avait-il, donc, rectifié. On me dit qu'elle ne l'est pas et elle n'a pas à l'être. Nous n'y serions de toute façon pas favorables, quels que soient les fonctionnaires. »

 

Ce scénario aurait bien été étudié déclare le Monde, notamment dans un rapport remis en 2012 par l'inspection générale des finances dont l'un des auteurs, Alexandre Siné, qui est aujourd'hui directeur du cabinet de Vincent Peillon.

De son côté, la Cour des comptes avait estimé, dans son rapport de juin 2013, que le gel des promotions et des avancements dans la fonction publique d'Etat pouvait permettre une économie d'environ 1,2 milliard d'euros. Il suffirait de prendre un décret pour que cette mesure entre en vigueur chez les agents employés par l'État.

Or une telle décision n'a jamais été prise depuis le début de la Ve République. Car ce serait une une attaque terrible contre les fondements du statut qui, rappelons le fut imposé à la Libération par les ministres communistes. Depuis, aucun gouvernement de droite n'a osé les remettre eu cause, même pas Sarkozy !

Les fonctionnaires sont prévenus !

Ces annonces sont faites alors que les fonctionnaires se serrent la ceinture depuis 5 ans, à cause du gel du point d'indice, et voient, parallèlement, leurs conditions de travail se dégrader à coup de suppressions d'emplois et les restructurations permanentes

Car la valeur du point d'indice est la base de calcul:

=> Du salaire et

=> De la retraite !

Il n'a plus été réévalué depuis la juillet 2010 !

Non contents de leur geler leur salaire depuis 5 ans, le gouvernement voudrait donc leur supprimer la reconnaissance de leurs montées en compétences, que représente les augmentation d'échelons qui n'ont lieu que tous les 3 ou 4 ans, pendant la moitié de leu carrière ! Ensuite, seul un changement de métier peut faire évoluer le salaire ! Il n'y a pas de petit mépris !

PONCT.jpg

Du coup, le pouvoir d'achat du salaire net moyen des agents s'est érodé entre 2010 et 2011, selon l'Insee (depuis c'est pire !):

=> – 0,8 % dans les collectivités locales.

=> – 0,6 % dans le secteur hospitalier public (mais l'Insee compte là dedant le paiement de certains matelas d'heures sup du fait de la non application des 35 heures)

=> – 0,1 % dans la fonction publique d'État (mais l'Insee compte dans ce calcul l'évolution de salaires des hautes fonctionnaires, dont les salries ne sont pas bloqués, et les heures supplémentaires imposées aux enseignants, ce qui gomme l'effet statistique du blocage du point d'indice)

Et en 2014, par rapport à 2010, la baisse du pouvoir d'achat est énorme !

Moins 6% au moins ! Et tout le monde peut le vérifier dans toutes les réunions de départs en retraite qui sont organisées, lorsqu'on pose la question:  "combien tu vas toucher ?", et que l'on se met à comparer les rémunérations (faites le test !).

=> de -80 € à -150 € mensuels de perte nette de pension pour les nouveaux retraités (même grade et même échelon, retraite complète), par rapport à ceux qui sont partis en retraite en 2010 !

 

Les syndicats de la fonction publique ont d'ores et déjà mis en garde le gouvernement : si les promotions sont bloquées, « on sera dans l'affrontement immédiat », a menacé Jean-Marc Canon le secrétaire général de la fédération CGT des services publics.

FONCTI.png

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:08

Si vous observez bien le "nouveau conjoint" de F Hollande qui convole actuellement en juste noce aux Etats Unis avec lui, vous pourrez remarquer qu'il arbore un insigne à sa boutonnière, outre les insignes d'officier de l'ordre national du Mérite et de chevalier de la Légion d'honneur (C'est normal, notre Constitution dit que la France est une République "démocratique et sociale" en son article 1er. Et comme vous le savez, les patrons font dans la démocratie et le social: CQFD....T),

Mais ce n'est, pas le ruban bleu ni rouge qui est porté à la boutonnière du costard du patron des patrons français. Mais un pin's, tout simplement. Pas du genre "je place mes pas dans celui de mon père", en référence à son papa qui fut aussi le patron des patrons du temps où le MEDEF s'appelait CNPF. Non, sur son bout de plastoc, il y a marqué "1 million d’emplois". C'est très à la mode parmi le patronat, après le pacte de responsabilités-pour-faire-baisser-toujours-plus-les-charges-des-entreprises, édicté par François Hollande.

GAT4

Mais si le Patron des Patrons veut bien accepter la suppression des Cotisations FAmiliales (35 Millliards après les 20 Milliards du CICE), il n'est  pas question pour le patronat de s'engager sur un objectif chiffré."Le compte n'y est pas", estime Pierre Gattaz. Le président du Medef se refuse à une contrepartie en terme d'emplois : "C'est un objectif, un million d'emplois, ce n'est pas un engagement ferme."...


Jusqu'où va-t-on le laisser aller et quand allons nous réagir  face à ses provocations ? 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS

gattaz2

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND