Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 07:08

LE PARADIS DES RICHES EST BIEN FAIT DE L'ENFER DES PAUVRES


A l'heure où certains Patrons comme M. Varin de PSA partent avec un pactole de 21 Millions d'Euros soit 1600 Années de SMIC, 
Vl’a t’y pas que la dernière trouvaille du Medef pour réduire le déficit de l’assurance-chômage est de déplafonner le délai de carence correspondant aux indemnités de licenciement supra-légales.

parac.JPG

Lorqu’un chômeur s’inscrit à Pôle emploi, il doit attendre un certain nombre de jours pour percevoir ses allocations dès lors qu’il a perçu des indemnités de rupture qui excède le montant de l’indemnité légale. Ce nombre de jours est aujourd’hui limité à 75 jours.

Avec la proposition du Medef, cette limite n’existerait plus. Autrement dit, tant qu’il pourrait vivre de ses indemnités de licenciement, le chômeur ne percevrait pas ses allocations, ce qui serait tout bénéfice pour le régime, surtout s’il retrouve un emploi avant d’être indemnisé !

PARACH.JPG

Doit-on rappeler au patronat qu’il y a ici confusion des genres entre un droit à une allocation qui est le fruit du versement d’une cotisation et un droit à une indemnisation qui répare le préjudice résultant de la rupture du contrat de travail. Ce que les patrons sont tenus de verser à ce dernier titre, ils tentent de le récupérer pour éviter d’indemniser tout de suite les chômeurs.

Le préjudice lié au licenciement ne serait donc plus indemnisé en tant que tel pour se transformer en une sorte de « salaire » d’inactivité non cumulable avec les allocations. Il est vrai qu’au Medef seul le principe de la liberté d’entreprendre mérite que l’on ne s’assoit pas dessus. Pour les autres, il peut y avoir carence !

 


 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 14:54

APRES LE GEL DES SALAIRES, LE GOUVERNEMENT ANNONCE LE GEL DES AVANCEMENTS POUR LES FONCTIONNAIRES...

CE N'EST PLUS UN CAPITAINE DE PEDALO QUI DIRIGE LE PAYS, C'EST LE CAPITAINE.....IGLOO

 

FONCT.jpg

Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale a indiqué le 12 février dernier que l'idée debloquer l'avancement des agents publics était à l'étude, alors qu'il était reçu à l'émission « Questions d'info » par LCP, Le Monde et l'AFP.

Ses déclarations survenaient une semaine après les fuites prêtées par Les Echos à Vincent Peillon le 5 février: ce journal avait annoncé que le ministre de l'éducation nationale comptait proposer le « gel des promotions et avancements automatiques non seulement des enseignants, mais de l'ensemble des fonctionnaires ». Cela avait été démenti l'entourage de M. Peillon, mais Les Echos avaient maintenu leurs informations et un journaliste de France Info avait abondé dans le même sens, en précisant avoir entendu M. Peillon tenir ces propos lors d'un déjeuner avec les représentants d'autres médias.

La controverse est repartie de plus belle, mercredi, après que le président du groupe socialiste. soit revenu surses déclarations, sous le prétexte qu'elles risquaient de déclencher un incendie dans la fonction publique. « Je ne sais pas si cette question est à l'étude, avait-il, donc, rectifié. On me dit qu'elle ne l'est pas et elle n'a pas à l'être. Nous n'y serions de toute façon pas favorables, quels que soient les fonctionnaires. »

 

Ce scénario aurait bien été étudié déclare le Monde, notamment dans un rapport remis en 2012 par l'inspection générale des finances dont l'un des auteurs, Alexandre Siné, qui est aujourd'hui directeur du cabinet de Vincent Peillon.

De son côté, la Cour des comptes avait estimé, dans son rapport de juin 2013, que le gel des promotions et des avancements dans la fonction publique d'Etat pouvait permettre une économie d'environ 1,2 milliard d'euros. Il suffirait de prendre un décret pour que cette mesure entre en vigueur chez les agents employés par l'État.

Or une telle décision n'a jamais été prise depuis le début de la Ve République. Car ce serait une une attaque terrible contre les fondements du statut qui, rappelons le fut imposé à la Libération par les ministres communistes. Depuis, aucun gouvernement de droite n'a osé les remettre eu cause, même pas Sarkozy !

Les fonctionnaires sont prévenus !

Ces annonces sont faites alors que les fonctionnaires se serrent la ceinture depuis 5 ans, à cause du gel du point d'indice, et voient, parallèlement, leurs conditions de travail se dégrader à coup de suppressions d'emplois et les restructurations permanentes

Car la valeur du point d'indice est la base de calcul:

=> Du salaire et

=> De la retraite !

Il n'a plus été réévalué depuis la juillet 2010 !

Non contents de leur geler leur salaire depuis 5 ans, le gouvernement voudrait donc leur supprimer la reconnaissance de leurs montées en compétences, que représente les augmentation d'échelons qui n'ont lieu que tous les 3 ou 4 ans, pendant la moitié de leu carrière ! Ensuite, seul un changement de métier peut faire évoluer le salaire ! Il n'y a pas de petit mépris !

PONCT.jpg

Du coup, le pouvoir d'achat du salaire net moyen des agents s'est érodé entre 2010 et 2011, selon l'Insee (depuis c'est pire !):

=> – 0,8 % dans les collectivités locales.

=> – 0,6 % dans le secteur hospitalier public (mais l'Insee compte là dedant le paiement de certains matelas d'heures sup du fait de la non application des 35 heures)

=> – 0,1 % dans la fonction publique d'État (mais l'Insee compte dans ce calcul l'évolution de salaires des hautes fonctionnaires, dont les salries ne sont pas bloqués, et les heures supplémentaires imposées aux enseignants, ce qui gomme l'effet statistique du blocage du point d'indice)

Et en 2014, par rapport à 2010, la baisse du pouvoir d'achat est énorme !

Moins 6% au moins ! Et tout le monde peut le vérifier dans toutes les réunions de départs en retraite qui sont organisées, lorsqu'on pose la question:  "combien tu vas toucher ?", et que l'on se met à comparer les rémunérations (faites le test !).

=> de -80 € à -150 € mensuels de perte nette de pension pour les nouveaux retraités (même grade et même échelon, retraite complète), par rapport à ceux qui sont partis en retraite en 2010 !

 

Les syndicats de la fonction publique ont d'ores et déjà mis en garde le gouvernement : si les promotions sont bloquées, « on sera dans l'affrontement immédiat », a menacé Jean-Marc Canon le secrétaire général de la fédération CGT des services publics.

FONCTI.png

 


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:08

Si vous observez bien le "nouveau conjoint" de F Hollande qui convole actuellement en juste noce aux Etats Unis avec lui, vous pourrez remarquer qu'il arbore un insigne à sa boutonnière, outre les insignes d'officier de l'ordre national du Mérite et de chevalier de la Légion d'honneur (C'est normal, notre Constitution dit que la France est une République "démocratique et sociale" en son article 1er. Et comme vous le savez, les patrons font dans la démocratie et le social: CQFD....T),

Mais ce n'est, pas le ruban bleu ni rouge qui est porté à la boutonnière du costard du patron des patrons français. Mais un pin's, tout simplement. Pas du genre "je place mes pas dans celui de mon père", en référence à son papa qui fut aussi le patron des patrons du temps où le MEDEF s'appelait CNPF. Non, sur son bout de plastoc, il y a marqué "1 million d’emplois". C'est très à la mode parmi le patronat, après le pacte de responsabilités-pour-faire-baisser-toujours-plus-les-charges-des-entreprises, édicté par François Hollande.

GAT4

Mais si le Patron des Patrons veut bien accepter la suppression des Cotisations FAmiliales (35 Millliards après les 20 Milliards du CICE), il n'est  pas question pour le patronat de s'engager sur un objectif chiffré."Le compte n'y est pas", estime Pierre Gattaz. Le président du Medef se refuse à une contrepartie en terme d'emplois : "C'est un objectif, un million d'emplois, ce n'est pas un engagement ferme."...


Jusqu'où va-t-on le laisser aller et quand allons nous réagir  face à ses provocations ? 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS

gattaz2

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:02

GATTAZ qui est en "voyage de Noces" avec François HOLLANDE aux Etats-Unis n'est pas satisfait de la dot offerte par le Gouvernement pour consacrer cette union, et en réclame encore plus......

Et pourtant, le MEDEF voulait avoir à sa disposition des esclaves, sans aucune contrainte, sans code du travail c'est fait grâce à l'ANI (merci la CFDT), sans Inspecteur du Travail (merci Sapin), sans cotisation patronale c'est en cours (merci le PS), mais il exige désormais de l'argent public ........pour remplir les poches des actionnaires

gat2.JPG

gattaz2-copie-1.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 18:39

M. Gautier-Sauvagnac Ex-Patron de l’UIMM (filiale du MEDEF) a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis et 375 000 € d'amende ce lundi par le Tribunal correctionnel de Paris.

 

Entre les années 2000 et 2007, plus de 17 millions d’euros sont sortis en liquide, et sans aucune trace comptable, des caisses du patronat de la métallurgie (UIMM), caisse dont le montant est évalué, excusez du peu, à plus de 600 millions d’euros.

 Ces sommes colossales ont vraisemblablement été utilisées pour combattre les revendications légitimes des salariés, pour casser le droit du travail et la construction du rapport de force, notamment par la constitution de caisses anti-grèves au service des patrons d’entreprises.

 

La CGT exige que la lumière soit faite sur ces montagnes de billets volés aux salariés de la métallurgie

Il aura fallu attendre 6 ans pour que s’ouvre enfin ce procès. Cela va beaucoup plus vite lorsqu’il s’agit de licencier un salarié ou condamner un  Syndicaliste. Tout porte à croire que cet argent a servi avant tout à combattre toutes celles et ceux, qui refusent l’arbitraire patronal et luttent pour la justice sociale. Tous ceux qui ont souffert et qui souffrent encore de ces pratiques patronales indignes ont droit à la vérité.

 

Il serait bon que la justice exige de l’UIMM des réponses précises sur les montants réels des sommes qui ont été détournées au fil des ans, les patrons et les entreprises qui ont financé cette caisse noire de 17 millions d’euros sortis en espèces des comptes de l’UIMM

 

 

A L’heure où les Syndicalistes sont traînés devant les Tribunaux et dont le seul « crime » est d’avoir défendu leur droit et celui des salariés, démonstration est faite que les truands ne sont pas du côté des Syndicats de Salariés !!!

PATRON

UI.JPG

IU.JPG


UIMM.JPG



LIRE ARTICLE EN CLIQUANT CI-DESSOUS

GAUTIER.JPG

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 10:59

Contrairement à ce que nous "bassine" à longueur de journée les Médias, l'ensemble de la richesse produite est bien le FRUIT DU TRAVAIL.

LE CAPITAL LUI NE PRODUIT RIEN (ou alors il faut le prouver). Ce qui est à mettre en débat c'est bien la REPARTITION DE CETTE RICHESSE.

Et, en effet, 10% du PIB sont passés du salaire au capital depuis les années 80. Mais ces pourcentages ne disent pas non plus que le PIB a doublé dans ce même intervalle (mais pas la population bien sûr, ça serait trop facile). Ce sont les faits.


Alors 30% de 1000 milliards en 80 et 40% de 2000 milliards aujourd'hui

 

ça fait 500 milliards qui sont passés des poches des travailleurs à celles des actionnaires !!!!


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 20:14

Par courrier, le Président du Conseil d'Administration de la Bourse du Travail s'est adressé aux Candidats aux Elections Municipales afin de les interroger sur leurs intentions concernant le devenir de la Bourse du Travail qui est actuellement dans un état de vétusté déplorable.

 

La candidate FN qui n'avait pas été solllicitée, voulant semer un peu plus le trouble dans la tête des Salariés en leur faisant penser qu'elle serait de leur côté, à donc demandé à venir visiter les locaux. C'est une fin de non recevoir qui a été réservée à sa demande, en effet les thèses prônées par ce Parti Extrêmiste sont incompatibles avec celles défendues par notre Syndicat.

 

En effet ce Parti Extrémiste culive le rejet de l’autre et la division des salariés, pour mieux cacher son incapacité à tracer des perspectives d’avenir et de justice sociale.

Cette réponse négative à la sollicitation de ce Parti Extrêmiste est bien conforme au Préambule de nos Statuts qui stipule que "la CGT agit contre les discriminations de toutes sortes, le racisme,la xénophobie et toutes les exclusions"....

fn_0004_NEW.jpg

FN

fn6.JPG

fn8.JPG


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 13:25

Plus de 200 Personnes se sont retrouvées à l'appel de l'Union Locale CGT devant la sous-Préfecture d'Alès, le 6 Février pour dire NON à cette Politique de "reculs sociaux".

 

Après la prise de parole de Bernard VIRE (consultable ci-dessous), les manifestants se sont dirigés devant la Permanence du Député Fabrice VERDIER pour lui faire part de leur colère concernant l'accumulation des mesures regressives qui permettent d'accorder des "cadeaux" énormes au Grand Patronat sans pour autant que celui-ci les convertisse en création d'emplois ou en augmentation de salaires, seuls suceptibles de nous faire parvenir à cette croissance tant attendue par le Gouvernement....En résumé le Gouvernement par ces mesures se comporte comme le Jardinier qui arrose le Fleuve pendant que son Jardin dépérit.....

 

Article Objectif Gard en cliquant sur l'Image ci-dessous

 

MANIF6.JPG 

 INTERVENTION SUR RADIO TOTEM

07 Février 2014 6 H 30

TOTEM.JPG 

 INTERVENTION SUR RADIO TOTEM

07 Février 2014 7 H 30

TOTEM

 

PRISE DE PAROLE BERNARD VIRE

SECRETAIRE UNION LOCALE 

 

Camarades,

 

Je vais commencer par une petite dédicace en direction de Monsieur le Sous-préfet Marx qui regagne les froides contrées du Nord Est. La presse locale ne tarie pas d’éloges le concernant : homme de dialogue, sens de l’humour, chaleureux, etc.… Enfin, l’homme providence qui aurait, malgré la conjoncture difficile géré la situation économique catastrophique de l’arrondissement. Oui, il peut remercier les élus, les institutions, les patrons, certains syndicalistes qui ont œuvré à ses côtés pour étouffer la colère des salariés licenciés.

Mais cela ne vous a pas échappé, il n’a pas invité l’Union Locale CGT d’Alès à partager les petits fours. Bien sur il ne nous compte pas parmi  ses amis et c’est bien ainsi !

Depuis sa nomination, nous dénonçons ce système de collaboration de classes où tout le monde s’assoit à la même table à la recherche du consensus. Rappelez-vous Camarades du temps où nous crions dans la rue : « les consensus, ça fait des cons sans sou ». Ce slogan, malheureusement est toujours d’actualité. Nous devons cesser de débattre avec ceux qui tous les jours massacrent nos droits et nos libertés. La discussion ne doit se faire que sur des bases solides, c’est-à-dire avec le rapport de force, sans cette condition aucune négociation n’est possible.

Donc vous l’avez compris Marx s’en va, avant lui la Commissaire d’Alès et le Préfet Bouziges qui souvenez-vous à porter de sévères attaques contre notre UL, dénonçant ses méthodes trop radicales, d’un autre temps. Seulement, il a oublié ce cher homme, que grâce à notre action, le patron voyou Delamarre est passé par la case prison, et il a lui-même reconnu dans un courrier que nous avions raison lorsque nous dénoncions l’utilisation légère de l’argent public. Allez bon vent à tous les trois !

Le Cévenol, comme le reconnaissait le Sous-préfet a un caractère bien trempé, combatif, riche de son histoire et souvent politiquement rouge. Le gouvernement précédent en nommant le Sous-préfet Marx cherchait il à brouiller les cartes. D’autant plus que le Directeur de la DIRECCTE s’appelle Pottier, tout comme Eugène Pottier, l’auteur de l’Internationale. Mais pas de chance ici, on préfère les originaux aux copies.

Depuis son élection le Président Hollande dans la droite ligne des politiques ultralibérales de ses prédécesseurs, massacre avec l’aide de son gouvernement les acquis sociaux et réprime sans vergogne les syndicalistes, les salariés qui osent lever la voix devant la fermeture de leurs entreprises.

Sous quelle République vit-on ? Hollande qui clamait lors de la campagne électorale, mon ennemi c’est la finance, se renie tous les jours !

Après le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) qui a permis d’offrir 20 Milliards au MEDEF financés à hauteur de 10 Milliards de hausse de TVA et 7 Milliards de baisse de dépenses publiques, le Président de la République, lors de sa cérémonie de Vœux a annoncé la Signature d’un Pacte de « Responsabilité » avec le MEDEF qui va permettre de les exonérer du versement des Cotisations Familiales (Coût 30 Milliards). Le montant des Exonérations Fiscales et sociales déjà accordées au Patronat s’élève déjà à 230 Milliards d’Euros, mais Gattaz, le Patron du Medef, jubile et en redemande ! Que pouvait-il espérer de mieux ! Le Chef de l’Etat, prétendu socialiste se couche dès que le maitre capitaliste élève la voix ! D’énormes cadeaux sont distribués aux patrons, aux actionnaires, alors qu’à l’opposé, nous salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes serrons la ceinture. Cette situation, n’aurait pas été possible sans la complicité de syndicats vassaux qui signent sans sourciller des accords destructeurs pour le Code du Travail, la réforme des retraites, l’ANI, la formation professionnelle, l’Unedic, malheureusement la liste n’est pas exhaustive. Ces syndicalistes vont à la gamelle et trahissent la classe ouvrière. Ils seront un jour appelé à rendre des comptes. Nous, le peuple, nous avons de multitudes de raisons à être révoltés, le capitalisme pille les richesses produites par notre travail. 

Le produit de notre travail doit essentiellement servir à la création d’emploi et à la hausse des salaires, au développement des services publics, au financement de la Sécurité Sociale (droit acquis par Ambroise Croizat). Il est grand temps d’exiger le partage des richesses et de revendiquer haut et fort des droits nouveaux pour une véritable démocratie sociale.

Syndicalistes, nous sommes aussi des citoyens vigilants. La dureté de la vie, les compromis politiques, l’agressivité de la classe dominante, les matraquages de grands médias engendrent des déviations de l’esprit.

Le repli sur soi, la méfiance, l’individualisme sont source d’idées nauséabondes et réactionnaires. Le but est de diviser la classe ouvrière.

A la CGT, nous ne pouvons tolérer ces idées, nous devons les combattre, mais surtout être très vigilants à l’entrisme des organisations d’extrême droite qui tente d’infiltrer notre syndicat..

Rappelons nous souvent nos fondamentaux, partageons les avec les nouveaux adhérents.

Nos piliers sont : Solidarité, antiracisme, antifascisme, anticapitalisme et demeurons un syndicat de classe et de masse. Gardons cela en mémoire.

En ces temps troublés à cause du laxisme du gouvernement qui a choisi le camp des riches. La rue est occupée par les forces les plus réactionnaires qui mènent des combats antirépublicains. Cette période, même si les temps ont changé rappelle février 1934 où les milices fascistes attaquaient quotidiennement les institutions républicaines. Seule la mobilisation de la classe ouvrière a empêché l’extrême droite de prendre le pouvoir.

L’unité réalisée, la détermination, la radicalisation des luttes ont permis la victoire du Front Populaire et de grandes conquêtes sociales.

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:09

RICHESSES1.JPG

Mettez une liasse de billets, et posez là sur une table. Fermez la porte, et revenez un mois plus tard: la liasse de billets n'aura pas bougé. La richesse n'aura pas augmenté.

Prenez une entreprise, et enlevez lui ses salariés. Revenez un mois plus tard: il n'y aura pas eu un centime de richesse de créé.

 

On le voit bien: dans ces deux exemples l'absence de salariés, et l'absence de travail humain fait qu'il n'y a pas eu de richesse de créée.

 

Ce qui crée la richesse, c'est le travail humain !

La question centralec'est de bien rémunérer le travail !

 

L'avarice des spéculateurs boursiers a provoqué la crise de 2008, dont nous continuons à payer les pots cassés. Tout le monde sait q'à l'origine, il y a la surexploitation des travailleurs américains, que les capitalistes français et européens veulent imiter. 

La pauvreté des salariés américains que leur salaire horaire minimum n'est que de7,5$, soit 5€, pour des emplois souvent à temps partiels ! Et que le président Obama, dans sa grande bonté, veut porter à 10$, soit 6,5€ ! Avec de telles aumônes, la crise n'est pas finie !

 

Pendant ces derniers trente ans, les avaricieux ont fermé les usines et spéculé en Bourse. Ils ont plongé de pans entiers du monde du travail dans la précarité et la misère.

Aujourd'hui ils veulent faire plus encore en nous volant 36 milliards sur les cotisations familiales, sur proposition du président Hollande !

Ce qui pèse sur le travail, ce n'est ni la famille ni la maladie, mais le capital !

=> C'est le capital qui coûte, pas le travail

=> C'est le travail qui crée les richesses pas le capital !

Tous dans l'action le 6 février !

Posons nos revendications auprès des Directions

 et rassemblons nous avec la CGT

10 H 30 DEVANT LA SOUS-PREFECTURE D’ALES

tract6.JPG

capital2-copie-1.JPG


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:16


Lors de ses vœux le 14 janvier, le Président de la République, François Hollande, a annoncé une nouvelle offensive contre la Sécurité sociale, les services publics et les collectivités locales – confirmant et amplifiant la politique d’austérité initiée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

La politique libérale de ce Gouvernement (dit de Gauche) qui conduit à toujours plus de pauvreté, de précarité et d’austérité ne répond pas à l’urgence de la situation à laquelle les Retraités et Salariés sont confrontés tous les jours ! 

 Pour la CGT, les exigences des Salariés, des Privés d’Emplois, des Retraités doivent être prioritaires face à celles de la Rente Financière défendue par le MEDEF et les Marchés Financiers

C'est pourquoi l'Union Locale CGT appelle à un rassemblement

le 6 Février prochain à partir de 10 H 30

devant la Sous-Préfecture d'Alès

img147


Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND