Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 15:43
ON EST TOUS DES GOODYEAR : RETOUR SUR LES RASSEMBLEMENTS
ON EST TOUS DES GOODYEAR : RETOUR SUR LES RASSEMBLEMENTSON EST TOUS DES GOODYEAR : RETOUR SUR LES RASSEMBLEMENTS

Hier jeudi 4 Février 2016, partout en France des Rassemblements de soutien aux 8 Salariés de Goodyear ont été organisés dans toute la France :

retour sur ces Rassemblemen,ts en image :

ARTICLE OBJECTIF GARD

CLIQUEZ CI-DESSOUS

INTERVENTION MICKAEL WAMEN

CLIQUEZ CI-DESSOUS

INTERVENTION XAVIER MATHIEU

CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 07:19
ON EST TOUS DES GOODYEAR......
ON EST TOUS DES GOODYEAR......ON EST TOUS DES GOODYEAR......
ON EST TOUS DES GOODYEAR......ON EST TOUS DES GOODYEAR......
ON EST TOUS DES GOODYEAR......ON EST TOUS DES GOODYEAR......

Plus de 100 personnes ont bravé le froid pour se rassembler devant le TGI d'Alès ce Jeudi 4 Février et venir soutenir les 8 Salariés de GOODYEAR coupables d'avoir voulu défendre la casse programmée de leurs emplois.

 

Face à ces attaques iniques, il faut que le monde du travail, que les citoyens, protestent, se révoltent et exigent la remise en cause de ce jugement injuste et indigne. Il faut que le gouvernement réagisse. L’autorité de l’Etat c’est aussi la défense de ceux qui s’usent au labeur, face à un patronat indigne qui considèrent ceux qui l’enrichissent comme des esclaves et les ramènent au niveau des machines qui remplacent l’humain de plus en plus.
S’il y a une mobilisation puissante et ferme pour le procès en appel, MM Hollande et Valls oseront-ils envoyer les CRS pour réprimer la contestation insufflée par ce jugement inepte ?


NON A LA JUSTICE DE CLASSE !
NON A LA JUSTICE INJUSTE !

 

Ci-après déclaration de l'Union Locale CGT
 

 

Chers amis, camarades, citoyens,

 

Nous voici réunis devant le Tribunal d’Alès pour exprimer notre soutien inconditionnel aux 8 salariés de Goodyear condamnés à 9 mois de prison ferme. Merci à vous tous qui êtes ici pour exiger la relaxe de ces 8 travailleurs qui n’ont rien fait d’autre que se battre contre la fermeture d’une usine bénéficiaire par le groupe américain.

Mais la prochaine fois, car il y aura une prochaine fois, et nous serons encore plus nombreux, je propose que nous allions voir le représentant du Gouvernement à la Sous-Préfecture : car c’est bien le gouvernement Hollande-Valls qui porte l’entière responsabilité de cette décision judiciaire.

Rappelons que, lors de la fermeture de l’usine en janvier 2014, la direction et les syndicats avaient signé un accord de fin de conflit qui stipulait le retrait de la plainte de Goodyear contre les syndicalistes et les salariés. A la suite de cet accord, le directeur et le DRH avaient retiré à leur tour les plaintes individuelles qu’ils avaient déposées.

C’est le parquet qui a décidé seul de poursuivre les 8 salariés de Goodyear ! Le parquet, c'est-à-dire le gouvernement, a décidé de faire un exemple ! Le gouvernement, le Premier Ministre et la Ministre de la Justice de l’époque sont donc directement impliqués.

Ce gouvernement qui, après tout ce qu’il a déjà accompli contre le monde du travail, veut dynamiter le Code du Travail, veut imposer des référendums dans les entreprises pour se passer des organisations syndicales, ce gouvernement qui veut réduire les allocations des chômeurs et augmenter le temps de travail sans augmenter les salaires, ce gouvernement qui veut « uberiser « toute la société, a décidé de combattre les organisations syndicales qui résistent, en premier lieu la CGT, mais derrière elle toutes les autres. Faute de pouvoir les intégrer à ses contre-réformes et aux plans de licenciements, ce gouvernement réactionnaire sur toute la ligne a décidé de frapper les militants.

Le Gouvernement Hollande-Valls-Macron, parce qu’il se heurte à la résistance des travailleurs, entend les faire taire et voudrait leur interdire de revendiquer, avec l’état d’urgence et ses interdictions de manifester, qu’il entend inscrire demain dans la Constitution de la République.

Ce qui est programmé si les organisations syndicales n’organisent pas la riposte à la hauteur qu’il faut dans les prochaines semaines, avec des appels à la grève pour aller manifester à Matignon et devant les Préfectures, le même jour et dans l’unité, c’est la peur et la soumission face à des directeurs et des patrons encouragés à faire preuve de plus de morgue et plus de provocation.

Par leur présence,  les organisations syndicales Force Ouvrière, FSU et Solidaires, qui ont signé sur Alès un tract commun, démontrent qu’elles ont bien compris l’enjeu. Qu’elles en soient remerciées.

Que cette unité soit présente partout et à tous les niveaux, que des initiatives confédérales soient prises et, on peut en être sûrs, les salariés de Goodyear, comme ceux d’Air France et d’autres encore frappés par la répression,  seront relaxés !

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 07:51
SOUTIEN AUX GOODYEAR
SOUTIEN AUX GOODYEAR
SOUTIEN AUX GOODYEAR

8 anciens salariés de chez Goodyear ont été condamnés à 2 ans de prison dont 9 mois ferme…

Après la garde à vue des Salariés d’Air France, après la prolongation de l’Etat d’urgence limitant le droit de manifester et avant la déchéance de nationalité appliquée à tous les délits, un cran a été franchi

 

Nous ne devons pas laisser faire.

 

Il faut que le monde du travail, que les citoyens, protestent, se révoltent et exigent la remise en cause de ce jugement injuste et indigne. Il faut que le gouvernement réagisse. L’autorité de l’Etat c’est aussi la défense de ceux qui s’usent au labeur, face à un patronat indigne qui considèrent ceux qui l’enrichissent comme des esclaves et les ramènent au niveau des machines qui remplacent l’humain de plus en plus.

S’il y a une mobilisation puissante et ferme pour le procès en appel, MM Hollande et Valls oseront-ils envoyer les CRS pour réprimer la contestation insufflée par ce jugement inepte ?

 

Non à la Justice injuste !

 

Vive la liberté !

 

 

RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE D'ALES

 

JEUDI 4 FEVRIER 2016 à 17 H 30

 

cliquez sur l'image

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 15:29
N'ATTENDONS PAS LE DEGEL....TOUS DANS LA RUE LE 26 JANVIER..
N'ATTENDONS PAS LE DEGEL....TOUS DANS LA RUE LE 26 JANVIER..N'ATTENDONS PAS LE DEGEL....TOUS DANS LA RUE LE 26 JANVIER..
N'ATTENDONS PAS LE DEGEL....TOUS DANS LA RUE LE 26 JANVIER..

Sans tenir compte des aspirations du monde du travail et des luttes qui se multiplient, à l’Élysée on s’entête dans des politiques sociales austéritaires et autoritaires : Pacte de responsabilité, attaques contre la protection sociale, atteintes aux libertés syndicales renforcées par l’état d’urgence, offensive contre le Code du Travail et le Statut des fonctionnaires, remises en cause des 35 heures, développement du travail dominical…

Dans la Fonction publique, cela se traduit par la poursuite des réformes territoriales et de l’État, la diminution honteuse du capital décès pour les ayants droit des fonctionnaires, la baisse des dotations aux collectivités entraînant des suppressions massives d’emplois et des attaques contre les droits sociaux des agents, la baisse inacceptable de la cotisation du CNFPT portée de 1 % à 0,9 % (comme l’avait fait Sarkozy), le passage en force du protocole PPCR avec son lot de conséquences néfastes pour les fonctionnaires territoriaux dont la remise en cause de l’avancement d’échelon automatique et l’allongement des carrières…

 

Avec ces politiques régressives, la responsabilité du gouvernement est immense dans la faillite démocratique actuelle. Le message des urnes est clair : le chômage de masse, la précarité et la pauvreté ont engendré colère et désillusion, abstention et montée des idées d’extrême-droite. Et pourtant, la seule réponse que le gouvernement a apportée aux classes populaires dès le lendemain du 2e tour des régionales a été le mépris ! Avec dédain, il a revalorisé le SMIC de la seule évolution de l’inflation, soit 0,6 %, ce qui porte le salaire minimum à 1 466,62 € brut par mois.

 

 

Chaque année, ce sont 230 milliards d’euros d’argent public qui alimentent les caisses des entreprises sous la forme d’aides et exonérations diverses. Augmenter la valeur du point de 1% coûterait moins de 2 milliards pour les finances publiques!

 

 

Dans le cadre de la journée unitaire d’action dans l’ensemble de la Fonction publique appelée par la CGT, FO et Solidaires, la Fédération CGT des Services publics appelle à la mobilisation la plus large possible le 26 janvier 2016. Elle appelle les personnels à être massivement en grève et manifestation ce jour-là!

 

 

 

 

 

Manifestations À

10 H 30 SOUS-PRéfecture d’alès

15h00 au dÉpart de la Maison CarrÉe,

à NÎmes.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 16:03
LETTRE OUVERTE à FABRICE VERDIER DEPUTE DU GARD
LETTRE OUVERTE à FABRICE VERDIER DEPUTE DU GARD
LETTRE OUVERTE à FABRICE VERDIER DEPUTE DU GARD

L’union locale CGT d’Alès souhaite une bonne année, aux salariés, précaires, privés d’emploi, retraités et étudiants.

 

Les nantis et autres gouvernants et membres du MEDEF n’ont pas besoin de nos vœux.

 

Mais cette année commence mal pour nos camarades syndiqués, 2 agents d’EDF sanctionnés financièrement, nos camarades d’AIR France, déjà licenciés qui attendent le verdict de la justice et pire 8 salariés de GOODYEAR condamnés à 9 mois de prison ferme.

Qu’en pense notre député, soutien sans faille du gouvernement, car nos camarades ont été sanctionnés alors que toutes les plaintes avait été retirées.

 

C’est le procureur, bras armé du ministère de la justice donc du gouvernement, qui condamne les salariés qui n’ont fait que se révolter contre un plan de licenciement.

 

Mr Verdier, vous avez été élu sur des valeurs de gauche ; qu’attendez-vous pour vous exprimer ?

 

Qu’attendez-vous pour dénoncer ces mesures de plus en plus liberticides, anti syndicales qui auraient plu à Sarkozy voire au FN ?

Vous oubliez que vous avez été élu sur un bassin ruiné par la désindustrialisation due aux différentes politiques menées par les différents gouvernements de droite ou socialiste.

 

Il serait temps que vous et les autres  élus « socialistes » ouvrez les yeux.

 

Vous avez voté des réformes anti sociales (loi Macron, Rebsamen etc.), qui suppriment les acquis du CNR, qui précarisent de plus en plus les gens.

 

Pendant ce temps, le Medef est satisfait.

 

Vous êtes en train de renier les valeurs de la vraie gauche, celle du progrès social.

 

Il faudrait aussi vous interroger sur l’utilisation du CICE et du pacte de responsabilité qui ne sont qu’un énorme complément  financier pour le Medef et ses  actionnaires.

Comment ne pouvez-vous pas être offusqué par cette dérive droitière, cette course après le FN ?

 

Les électeurs de votre circonscription attendent vos réponses

 

 

Pour l’UL CGT Alés

 

Bernard Coste

Secrétaire Général .

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 07:48

 

CONDAMNES SANS PLAINTE !!!

Les 7 longues années de lutte des salariés de Goodyear, face à la multinationale, ont été marquées de conflits durs et âpres avec un patronat violent ayant recours à des vigiles, des hommes de main omniprésents dans les ateliers, l’entreprise, pour faire peur, faire taire les salariés et leur faire accepter la fermeture de leur usine.

Toutes les plaintes des militants CGT Goodyear pour que le droit du travail, la santé des salariés soient respectés, ont été déposées au commissariat, transmises au Procureur de la République ; mais mises au panier et classées sans suite.

Après 7 années de combat, un accord est signé entre la direction et la CGT, avec des dimensions sociales et l’abandon de toutes les procédures judiciaires à l’encontre des militants CGT.

Le Procureur de la République, sans doute soutenu par sa hiérarchie, voire le 1er Ministre, décide seul de poursuivre l’action devant les tribunaux contre 8 militants CGT. Il demande au juge de condamner ces 8 militants à 24 mois de prison dont la moitié ferme. Le juge vient de prendre la décision de suivre le pro- cureur en condamnant 8 représentants des salariés de Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois fermes avec 5 années de mise à l’épreuve.

Défendre les intérêts des salariés devient ainsi un délit aux yeux de ce pouvoir qui prétend rendre justice dans le pays ! Justice à soi-même, puisqu’il n’y a plus aucune plainte de la société Goodyear, ni de quelconque !

 

POURQUOI TANT DE HARGNE CONTRE LA CGT ?

 

C’est la première fois dans l’histoire de la République que, sous un gouvernement dit « de gauche », de telles peines sont infligées à des syndicalistes. Le gouvernement devra rendre des comptes aux salariés, à la population, aux électeurs le moment venu.

Le gouvernement est responsable de la justice de son pays ! Une justice qui place le militant syndical au rang de délinquant est une justice de classe.

Le contexte actuel qu’utilise le gouvernement de « l’état d’urgence » ne justifie pas la mise en cause de l’activité et de l’action syndicales. Cette décision est un choix politique répressif contre les droits et liber- tés des citoyens à se défendre dans leur travail avec les syndicats, ce que dénonce la CGT depuis l’instauration de « l’état d’urgence ».

LA CGT, TOUTE LA CGT, NE LAISSERA PAS EMPRISONNER SES MILITANTS !

 

 

Si le gouvernement veut déclarer la guerre au syndicalisme CGT, il devra en assumer les conséquences.

Toute la CGT, tous ses militants avec les salariés et tous ceux, pour qui la justice n’est pas un instrument politicien, sont appelés à organiser la riposte.

L’APPEL CONTRE CETTE DÉCISION EST ENGAGÉ ET DÈS MAINTENANT, PARTOUT, DES COMITÉS DE DÉFENSE POUR LES DROITS ET LIBERTÉS DOIVENT ORGANISER, RASSEMBLER, MOBILISER L'ENSEMBLE DES SALARIÉS, DE LMA POPULATION CIVILE POUR LE RESPECT DES DROITS ET LIBERTÉS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES.

 

Montreuil, le 12 janvier 2016

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN CGT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN CGT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN CGT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN CGT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN CGT
Repost 1
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:58

Ce gouvernement nous annonce à grands coups de Médias, un vaste Plan de Formation destiné à plus de 500 000 demandeurs d'emplois.

 

Or ce Gouvernement n'a qu'un seul objectif (pour espérer être reconduit en 2017) faire baisser, y compris artificiellement, les chiffres du chômage.

Voyant que ses politiques d'aides massives sous forme d'exonérations de cotisations comme le Pacte de Responsabilité (30 Milliards) ou d'aides directes comme le CICE (10 Milliards) ne fonctionnent pas mais sont utilisés pour augmenter massivement les dividendes (+30 % en un an), il se lance maintenant dans un programme qui va entrainer plus de 500 000 demandeurs d'emplois vers des stages de formation.

 

On sait d'une part le scandale de l'utilisation des + de 30 Milliards destinés à la formation et utilisés à d'autres fins ou à des stages bidons car non contrôlés (150 Inspecteurs du travail qui doivent contrôler plus de 50 000 Organismes de Formation) et d'autre part, y compris bien formées, ces personnes ne seront pas forcément embauchées car on sait aussi que ce qui crée les embauches c'est le carnet de commande.

 

Or celui-ci et notamment pour les PME-TPE, les + créatrices d'emplois, se vide immanquablement et pour le remplir il faut des commandes et donc de la relance.

Et cette relance ne peut venir que par l'augmentation du pouvoir d'achat et des minima sociaux qui permettrait de relancer la consommation...

Mais sans tenir compte des aspirations du monde du travail, et des luttes qui se multiplient, à l'Élysée avec la Loi MAcron2 et n'écoutant que les supplications du MEDEF, on s'entête dans les politiques sociales austéritaires et autoritaires : Pacte de Responsabilité, attaques contre la protection sociale, atteintes aux libertés syndicales renforcées par l'état d'urgence, offensives contre le code du travail et le statut des fonctionnaires, remise en cause des 35 heures, travail dominical, etc...

Alors que chaque année ce sont 230 Milliards d'euros d'argent public qui alimentent les caisses des entreprises sous la forme d'aide (CICE) et d'exonérations diverses, on voit bien que celles-ci n'ont aucune incidence sur l'emploi (plus de 6 Millions de demandeurs d’emplois) mais par contre pas sur celui des dividendes qui ont progressé de 30 % en 1 an...


Mais quand ce Gouvernement comprendra-t-il que c'est le carnet de commandes (et donc la demande) qui crée les embauches et non les aides payées chèrement par les contribuables....

 

Augmenter les salaires et les minimas sociaux entraînerait une relance de la consommation et serait une solution bien plus bénéfique pour créer des emplois

 

 

 

PLAN DE FORMATION OU ENFUMAGE ?? THAT IS THE QUESTION...
Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 14:50

Emission Radio Grille Ouverte du 8 Janvier 2016 Invité Bernard Coste Secrétaire Général Union Locale CGT Alès....

 

Cliquez sur l'Image pour écouter l'Emission...

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 11:14
2016 : ANNEE ELECTIONS DANS LES TPE
2016 : ANNEE ELECTIONS DANS LES TPE

 

 Plus de 4,6 millions de salariés travaillent dans les toutes petites entreprises de l'artisanat (bâtiment-alimentaire-services-production), des associations, des particuliers employeurs, du commerce de proximité, des professions libérales...

En 2012, avec un résultat de 29,54%, la Cgt arrivait très largement en tête du premier scrutin de représentativité dans les très petites entreprises. Scrutin où 465 756 électeurs et électrices se sont exprimé-e-s malgré les innombrables obstacles.

 

Fin 2016 ces salariés seront appelés à se prononcer une nouvelle fois

 

cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 07:41
NOUVEAU CADEAU DE NOËL POUR LE MEDEF....
NOUVEAU CADEAU DE NOËL POUR LE MEDEF....NOUVEAU CADEAU DE NOËL POUR LE MEDEF....

 

 

L'OPTIMISATIONS FISCALE OU FRAUDE FISCALE LEGALISEE A ENCORE DE BEAUX JOURS DEVANT ELLE, EN EFFET, 

LE 14 DÉCEMBRE, LE GOUVERNEMENT A FAIT RETIRER DANS LA PLUS GRANDE DISCRÉTION UNE MESURE ADOPTÉE PAR LES DÉPUTÉS POUR LUTTER CONTRE L’ÉVASION FISCALE DES GRANDES ENTREPRISES.

Il est déjà bien tard ce mardi soir, et dans l’Hémicycle l’étude du texte que les députés connaissent déjà bien pour l’avoir voté en première lecture le 8 décembre touche à sa fin.

 

La petite cinquantaine de députés présents sur les bancs en arrive à l’article 35 undecies, selon le pompeux jargon parlementaire (tout simplement le 11e article rangé sous le numéro 35 dans le texte).

 

IL S’AGISSAIT D’UN ARTICLE QUE LES DÉPUTÉS AVAIENT AJOUTÉ AU PROJET GOUVERNEMENTAL EN PREMIÈRE LECTURE, QUI PRÉVOYAIT L’OBLIGATION POUR LES GRANDES ENTREPRISES DE RENDRE PUBLICS LES IMPÔTS PAYÉS DANS CHACUN DES PAYS HORS DE FRANCE OÙ ELLES ONT UNE ACTIVITÉ.

 

 

Le but de cet article, explique Éric Alauzet (EELV), auteur de l’un des amendements examinés mardi : s’attaquer  un trou noir fiscal de 50 à 80 milliards d’euros, pas moins, lesquels s’évanouissent dans la nature – mais pas pour tout le monde – via la technique dite du transfert de bénéfices consistant, pour des entreprises, à faire du bénéfice dans un pays comme la France, par exemple, et à les transférer dans des pays où les impôts sont très faibles, voire nuls".

 

QUI POURRAIT CROIRE QU’UN GOUVERNEMENT DIT DE GAUCHE, MÊME SUR SON AILE LA PLUS À DROITE, PUISSE S’OPPOSER À UNE TELLE MESURE ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A fortiori, un secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, qui s’était retrouvé en première ligne lors de l’affaire SwissLeaks alors qu’il était rapporteur général de la commission des Finances.

 

ET POURTANT L’AVIS TOMBE : DÉFAVORABLE.

 

"J’ai un peu de mal à comprendre la frilosité du gouvernement français, regrette la députée socialiste Chantal Guittet. Alors qu’il fait de la lutte contre l’évasion fiscale son cheval de bataille et qu’il a obtenu 1,91 milliard d’euros de recettes supplémentaires en 2014 en allant les chercher chez les particuliers, je ne comprends pas pourquoi il ne mène pas la même action en direction des entreprises."

 

LE TEXTE EST ADOPTÉ, CONTRE L’AVIS DU GOUVERNEMENT... QUI FAIT REVOTER

 

 

Le patronat et son syndicat — le Medef — par la voix de Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du Medef, avait mené la charge dès le vote de l’amendement en première lecture : "Exiger unilatéralement la divulgation d’informations importantes – voire stratégiques – sur leurs activités sans que leurs concurrents étrangers aient ces mêmes obligations de transparence serait mettre nos entreprises en situation de véritable distorsion de concurrence et créerait pour elles de réelles difficultés."

 

DRÔLE D’ARGUMENT, OÙ UN MONTAGE FISCAL DEVIENT UNE INFORMATION PROTÉGÉE PAR LE SECRET ÉCONOMIQUE.

 

Argument pourtant abondé dans l’Hémicycle par le président de la commission des Finances, Gilles Carrez (LR), mais aussi par le secrétaire d’État lui-même : "Nous ne mesurons pas tous les effets que pourraient avoir ces échanges d’informations." "Il ne s’agit pas de publier des brevets, des process industriels, ni des stratégies d’organisation", s’étrangle le socialiste Pascal Cherki. "Si vous pensez que rendre ces informations publiques dans une démocratie au XXIe siècle, c’est nuire à la compétitivité des entreprises, alors c’est que nous n’avons pas la même conception de l’équilibre à respecter entre la compétitivité des entreprises et le minimum d’informations dont on doit disposer dans une démocratie."

 

Il ne le sait pas encore, mais la question de la démocratie va se poser d’une manière particulière dans les minutes qui vont suivre.

 

Mis aux voix, l’amendement est adopté, contre l’avis du gouvernement, par 28 voix contre 24.(sur ...577 Députés Elus soit 4 % des Députés et........91 % d'abstentions )

 

Immédiatement, le secrétaire d’État annonce qu’il y aura une seconde délibération, arguant que "c’est un droit du gouvernement" et qu’"a priori, c’est (lui) qui décide". Il demande une interruption de séance "de cinq à dix minutes, Madame la présidente". "Cinq minutes suffisent ?" demande dubitative la présidente de séance. "Il faudra quand même une dizaine de minutes, le temps d’imprimer", reconnaît Eckert. La séance est donc suspendue… pour une bonne quarantaine de minutes, le temps pour le gouvernement de réveiller quelques députés et les faire venir en renfort.

 

LE REPORTING PUBLIC ÉTAIT POURTANT UNE PROMESSE DU CANDIDAT FRANÇOIS HOLLANDE

 

 

L’amendement est une deuxième fois mis aux voix. "Le gouvernement ne souhaite pas appliquer immédiatement en avance par rapport aux autres pays de l’Union les dispositions que l’Assemblée a adoptées, rappelle Eckert. En conséquence, nous proposons par un amendement de supprimer l’article 35 undecies afin d’être cohérents avec les engagements que nous avons pris… euh… au niveau européen et dans la loi de finances."

 

En parlant d’engagement, le reporting public était une promesse du candidat François Hollande. "Je voudrais vous rappeler ce qu’a dit le président de la République, au moment du vote de la loi bancaire", déclare Éric Alauzet. Il a indiqué que les banques françaises devraient rendre publiques, chaque année, la liste de toutes leurs filiales partout dans le monde, pays par pays ; qu’elles devraient indiquer la nature de leur activité et que l’ensemble de ces informations seraient publiques et à la disposition de tous. "Je veux, a-t-il ajouté, que cette obligation soit également appliquée au niveau de l’Union européenne et demain étendue aux grandes entreprises."

 

Ironiquement, c’est sans doute une députée LR qui aura le mieux défini l’état d’esprit du gouvernement lors de cette séance : "Dans un pays aussi fracturé, entendre parler de contrôle citoyen me fait très peur."

 

CONSÉQUENCE: LE TROU NOIR FISCAL DE 50 À 80 MILLIARDS D’EUROS VA DEVOIR CONTINUER À ÊTRE COMBLÉ PAR VOS IMPÔTS !

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND