Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de La CGT d'Alès
  • Le blog de La CGT d'Alès
  • : Blog Union Locale CGT Ales
  • Contact

TRACTS


  Rassemblement 4 Mai

Saint Martin de Valgalgues

 Cliquez ici--


tract4mai NEW


 


 



 

  Pétition Non au Travail du Dimanche

 

 


Rechercher

AGENDA

PERMANENCE JURIDIQUE,

SANS Rendez-Vous :
LES MERCREDIS

DE 9 H A 12H00

ET DE 14 H à 17 H


 


Texte Libre
















17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 07:54
MISE AU POINT

 

Circule en ce moment dans les médias, y compris nationaux, un article concernant la condamnation de l'Union Locale CGT d'Alès par le Conseil des Prud'hommes.

 

La personne concernée n'a pas été (comme la plupart des articles le disent) licenciée par l'Union Locale, elle n'a reçu qu'un avertissement et c'est le Conseil des Prud'hommes qui a lui-même prononcé le licenciement sans cause réelle et sérieuse et ce après deux ans de maladie rémunéré à plein traitement.


Aucune des conclusions de l'Avocat de l'Union Locale démontant une à une les accusations portées n'ont été examinées.

 

C'est un jugement inique et entièrement à charge.

 

Bien entendu l'Union Locale va faire appel d'un tel jugement qui n'a été prononcé que pour salir un peu plus la CGT..


Voilà les commentaires de l'Avocat de l'Union Locale qui ont été transmis à la presse mais non publiés


Cette décision, à mon sens, n’est absolument pas « courageuse » contrairement à ce qui est apparu sur votre précédent article mais à mon sens dépourvu de tout fondement sérieux et rendue au mépris de toutes les règles d’équité et en violation du droit pour chaque partie de bénéficier d’un procès équitable.


Je m’explique :
Le jour de l’audience, 19 Mai 2017, une composition spéciale a été mise en place pour juger de ce seul dossier, alors que tous les autres dossiers de l’audience prévus ce jour-là bénéficiaient d’une composition différente, ce qui ne peut qu’interpeller.


En effet, un conseiller prud’homal, a été spécialement dépêché pour venir juger ce dossier, alors que ce dernier démontre et est connu pour une hostilité manifeste et des prises à partie virulentes contre l’Union Locale CGT d’ALES.


Il m’a d’ailleurs été communiqué récemment plusieurs emails outranciers et virulents adressés par ce dernier quelques semaines et jours avant l’audience, qui laissent stupéfaits quant à la virulence des propos qu’il tient à l’encontre de l’UL D’ALES.


Dès lors, le fait que ce dernier ait spécialement été mis en place dans des circonstances que je ne m’explique pas pour juger spécialement ce dossier, laisser apparaître un règlement de compte voulu.
J’envisage donc une action en nullité de ce Jugement, puisque les droits de la défense ont été à l’évidence violés.


Par ailleurs, non seulement cette décision n’est pas « courageuse » mais elle est à mon sens inique compte-tenu donc de la motivation outrancière et de l’absence de toute analyse des arguments et des pièces que l’Union Locale d’Alès a avancé et communiqué régulièrement.


Il est consternant de relever le fait qu’alors que les arguments étaient débattus contradictoirement, le Juge, dont c’est l’office premier, n’a pas examiné, à l’évidence, la moindre des pièces produites par l’Union Locale.
J’attire votre attention sur le fait que le Jugement est basé sur des témoignages sur lesquels nous avons apporté des contre-témoignages multiples qui n’ont fait l’objet d’aucune analyse.


Cette décision est en conséquence à mon sens un règlement de compte vis-à-vis d’une organisation syndicale connue pour ses implications et sa résistance et nous envisageons de mener toutes les actions nécessaires pour faire suspendre cette décision et en obtenir l’annulation compte-tenu des irrégularités flagrantes et des violations manifestes des droits qu’elle contient.


Je rajouterai son caractère approximatif puisque certains chefs de demandes n’ont même pas été analysés….
 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 17:37

Code du Travail, Statut des Fonctionnaires, mêmes attaques, mêmes combats !!

Les puissantes mobilisations unitaires du 10 Octobre dans la Fonction Publique sont un message clair : La politique de Macron et Philippe,

ON N'EN VEUT PAS !!

Le mouvement social s'élargit et il doit prendre plus d'ampleur dans les mois à venir.

C'est pourquoi l'Union Locale CGT d'Alès appelle à une manifestation le

JEUDI 10 OCTOBRE 2017

RASSEMBLEMENT à partir de 10 H 30

DEVANT LA SOUS-PREFECTURE D'ALES

 

TOUS ENSEMBLE POUR L'ABROGATION DES ORDONNANCES

FAINEANT (e)S D'ALES VENEZ METTRE LE ...BORDEL !!!

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 07:34
RETRAITES toujours MAL TRAITES
RETRAITES toujours MAL TRAITES
RETRAITES toujours MAL TRAITES

Macron a décidé de prendre dans la poche des retraités 1,7% supplémentaire pour financer les suppressions de cotisations sociales réclamées par le MEDEF.

Cette augmentation s'ajoute à une liste déjà bien longue d'attaques avec la CASA de 0,3 %, la suppression de la 1/2 part fiscal pour les veuves, veufs, divorcés et le blocage des pensions depuis plus de 4 ans. Et maintenant l’annonce de la réduction de 5 € par mois de l’APL (Aide Personnalisée au Logement) qui visera notamment les retraités locataires.

Le gouvernement prévoit de prendre beaucoup dans la poche des personnes retraitées et un peu dans toutes les autres, ou presque : l’APL pour les locataires, la suppression de services publics en privant les collectivités locales des recettes de la taxe d’habitation et en supprimant 120 000 emplois de fonctionnaires…

Mais il donne beaucoup aux plus riches : baisse de l’ISF, l’impôt sur la fortune, en ne prenant plus en compte les actions et obligations qui représentent 90 % du patrimoine des plus riches ; baisse de l’impôt sur les sociétés à 28 % ; cadeau aux rentiers en plafonnant l’imposition des revenus du capital à 30 %.

Les personnes retraitées n’ont pas besoin d’explications ou de pédagogie : ils ont besoin de justice sociale.

Alors oui les retraité-e-s ont de bonnes raisons de se mobiliser pour éviter de nouvelles dégradations importantes de leur pouvoir d’achat, obtenir une évolution des pensions liée à l’évolution des salaires et une amélioration importante de la prise en charge de la perte d’autonomie. ils se mobiliseront à leur tour le 28 Septembre

 

Rassemblement devant la Sous-Préfecture d'Alès à partir de 10 H

 

 

 



 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 21:52
Non au retour vers le 19° Siècle
Non au retour vers le 19° SiècleNon au retour vers le 19° Siècle
Non au retour vers le 19° Siècle

A l’appel des Organisations Syndicales CGT, FSU, Sud Solidaires, 2 000 manifestants ont défilé à Alès dans le cadre de la journée nationale de grève du 12 septembre contre :

* Les ordonnances Macron qui détruisent le droit du travail ;

* Les attaques sur les Services Publics (baisse des budgets, gel de la valeur du point d’indice, suppression de 120 000 postes, instauration du jour de carence …) ;

* Les attaques sur la Sécurité Sociale (baisse des cotisations, augmentation de la CSG …) : remise en cause de l’Assurance Maladie, chômage, retraites (régimes général et spécifiques) ;

* La suppression des Contrats Uniques d’Insertion ;

Cette première journée de mobilisation est une réussite dans le privé comme dans le public avec de nombreux arrêts de travail dans les entreprises et les administrations du département.

Le gouvernement doit prendre la mesure de la colère et de la détermination du monde du travail à défendre ses intérêts face aux appétits du Medef.

Il n’y a jamais eu autant d’argent disponible dans notre pays pour répondre aux besoins sociaux, pour l’augmentation des salaires, des pensions et des revenus de remplacement.

Il faut avoir la volonté politique d’aller le chercher dans les bonnes poches pour organiser une redistribution socialement utile, notamment par l’allègement de la TVA sur les produits de première nécessité et le renforcement de l’Impôt sur la Fortune (ISF) !

EXIGEONS !

* Le retrait des ordonnances Macron, l’abrogation des Loi El Khomry, Macron, Rebsamen, Santé, NOTRe …

* L’augmentation des salaires, des pensions, des minimas sociaux ;

* Le SMIC à 1 800 € ;

* Le passage aux 32 heures avec maintien du salaire ;

* L’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes ;

* La retraite à 60 ans à taux plein et la prise en compte de la pénibilité ;

* Une politique industrielle créatrice d’emplois et répondant aux besoins de la population ;

* Une protection sociale solidaire de haut niveau ;

* Le maintien et le développement des Services Publics au plus près des usagers ;

* La fin des exonérations de cotisations sociales, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale.

 

NOUS APPELONS LES SALARIES DU PRIVE, DU PUBLIC, LES RETRAITES, LES PRIVES D’EMPLOIS, LES ETUDIANTS A PARTICIPER MASSIVEMENT : A LA PROCHAINE JOURNEE DE GREVE ET DE MANIFESTATION

JEUDI 21 SEPTEMBRE

RASSEMBLEMENT DEVANT LA SOUS-PREFECTURE D'ALES

A 10 H 30

 

 

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 16:11
L’ARNAQUE DE L’ÉNARQUE
L’ARNAQUE DE L’ÉNARQUE
L’ARNAQUE DE L’ÉNARQUE

En plus des ordonnances pour la casse d'un siècle de droit du travail, Macron prépare la plus terrible attaque contre nos salaires de toute l'histoire de notre pays.

Il veut supprimer les cotisations sociales et nous faire croire que seul compte le salaire net en bas de la feuille de paie.

Mais non, c'est le salaire brut qui compte ! 


Le salaire net c'est pour payer la force de travail.

Le salaire brut c'est pour payer la reproduction de la force de travail.

Le salaire net on vit avec au mois le mois

 

Le salaire brut on vit avec tout au long de la vie.

 

Le salaire net permet de consommer et de vivre quotidiennement.

Le salaire brut permet de faire face à tous les aléas de la vie, quand on a besoin de logement, quand on est en charge de famille ou malades, quand on a un accident du travail ou une maladie professionnelle, quand on est au chômage, et quand on est en retraite.

Les cotisations ne sont pas des impôts, elles sont obligatoirement pré affectées à ce pourquoi elles sont collectées.


Macron a déjà supprimé les cotisations familiales, il a baissé les cotisations parfois jusqu'à 1,6 ou 1,9 fois le SMIC. 


L’arnaque de l’énarque c’est qu’il supprime et remplace tout par l'impôt.

C'est nous, par nos impôts, qui paieront dorénavant à la place de notre patron.

Un hold-up de 470 milliards contre nous et un cadeau géant de 470 milliards pour le Medef. 

SUPPRIMER LES COTISATIONS SOCIALES C'EST BAISSER NOTRE SALAIRE

 

 

ALES

RASSEMBLEMENT à 10 H 30

devant la Sous-Préfecture 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 10:31
LA CASSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE EST SUR DE …BONS RAILS
LA CASSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE EST SUR DE …BONS RAILSLA CASSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE EST SUR DE …BONS RAILS
LA CASSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE EST SUR DE …BONS RAILS

Les Médias nous ont vanté la mise en circulation des nouvelles lignes TGV et les nouvelles prouesses technologiques qui vont avec.

Mais, comme les autoroutes les nouvelles lignes sont concédées à des grands groupes privés : Eiffage pour la ligne Paris-Le Mans (2,8 milliards d'euros) et Lisea (filiale du groupe Vinci) pour la liaison Tours-Bordeaux (7,8 milliards d'euros) se partagent le gâteau. 


Ces partenariats public-privé concernent les coûts de construction mais également, et c'est une première, l'exploitation. Ainsi, les TGV qui circulent entre Tours et Bordeaux s'acquitteront des péages ferroviaires (environ 250 millions d'euros par an selon les estimations) non plus à SNCF Réseau (ex-RFF) comme d'ordinaire, mais directement à ces groupes privés, et ce pour une durée de concession de 50 ans. 


Conséquence : des pertes sèches pour l'opérateur public estimées à 90 millions d’€ sur les 6 premiers mois d'exploitation, et une augmentation du prix des billets pour les usagers, en moyenne 6 € pour rallier Bordeaux et 10 € pour la ligne bretonne. 


Loin des missions de service public de transports, ces contrats de concession reviennent à privatiser les profits en collectivisant les pertes. 


Pour la construction de la ligne Tours-Bordeaux, la filiale de Vinci n'a sorti que 778 millions de fonds propres.

Le reste ?

Des emprunts garantis... par l'État qui viendront gonfler notre Dette Publique qui elle sert de prétexte à la Casse de nos conquêtes sociales


De tout cela peu très peu de commentaires médiatiques ce

Week-end !

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 07:21
Droit de Réponse de l'Union Locale CGT d'Alès suite à article de Midi-Libre
Droit de Réponse de l'Union Locale CGT d'Alès suite à article de Midi-Libre

DROIT DE REPONSE

 

Nous voulons rassurer les lecteurs de Midi-Libre, il n'y a pas le feu à la CGT Alésienne et ce n'est pas la démission pour raisons de santé de l'ancien secrétaire de l'UL Bernard COSTE qui fera éclater l'unité de la CGT.

 

L'Union Locale Alésienne compte pus de 1800 syndiqués. La CGT est un syndicat démocratique. Le débat se fait à tous les niveaux : syndicats, UL, UD , CONF.

 

Bien sûr, il arrive que les points de vue divergent, et heureusement.... encore....C'est la démocratie !

 

Imaginez les propos de journalistes, si nous étions des petits soldats aux ordres du grand chef !

Nous serions des staliniens, des militants soumis aux volontés d'une hiérarchie !

 

C'est ainsi, quoi que l'on fasse, quoi que l'on dise la CGT est attaquée.

 

Et, c'est bien là la preuve que nous sommes aux yeux du patronat et de la presse bourgeoise un syndicat efficace, toujours debout contre les attaques du capitalisme et du pouvoir. Un des rares syndicats à défendre les salariés, dans leur ensemble.

 

Nous sommes à l'aune d'un mouvement social. Les capitalistes forts de l'élection de Macron rassemblent leurs forces afin de mieux détruire nos droits et les libertés chèrement acquis par de longues luttes.

 

Les travailleurs, dans leur ensemble savent qu'ils peuvent faire confiance à la CGT. Et pour preuve, il faut venir à nos permanences juridiques pour mieux comprendre la détresse des salariés licenciés, exploités et la confiance qu'ils portent à l'Union Locale d'Alès.

 

Pour en revenir au rôle du secrétaire général d'une UL. C'est évident, ce n'est pas simple. Il faut être en capacité de gérer de nombreuses situations parfois très complexes. Lorsque l'on prend l'engagement d'assurer ce poste, il faut pouvoir s'appuyer sur la CE (Commission Exécutive) et le bureau qui sont formés des responsables des syndicats du bassin. Il faut privilégier le collectif et éviter les décisions unilatérales.

 

Ne pas assumer ses responsabilités, démissionner pour éviter les problèmes : Ce n'est pas faire preuve de courage et de maturité.

 

Bernard VIRE

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 15:32
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017
2000 personnes dans les Rues d'Alès en ce 1er Mai 2017

Plus de 2 000 personnes en ce 1er Mai 2017 dans les rues d'Alès ce matin.


Ci-après copie de l'intervention de Martine SAGIT, Membre du Bureau de l'UL CGT d'Alès

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 17:54
La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !
La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !
La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !
La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !

Avant qu'on nous propose de supprimer ces jours de congés (trop nombreux pour le MEDEF) n'oublions pas pourquoi ils ont été obtenus...

 

La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !

 

 La ville de Fourmies a atteint son apogée industrielle et démographique en 1891.

Elle compte alors près de 16 000 habitants, en majorité des ouvriers qui vivent des conditions d’insalubrité importante. Parallèlement à une baisse de salaire de 10 à 15 % entre 1882 et 1891, le prix du pain a augmenté de 20 % et celui du charbon de 44 %. Durant l’hiver 1890/1891, plus de 2 000 personnes sont ainsi secourues par le bureau de bienfaisance de Fourmies. Le contraste avec la richesse du patronat est de plus en plus insupportable et révoltante pour l’ouvrier. A l'approche du 1er mai, on craint des mouvements de grèves plus fort qu’en 1890.

 

 Début avril, la journée du 1er Mai 1891 à Fourmies est préparée par des responsables du Parti Ouvrier Français, tels Hippolyte Culine et Paul Lafargue (gendre de Karl Marx, futur député du Parti Ouvrier en novembre 1891 à Lille). On y dénonce les « conditions de travail déplorables » et on revendique la journée de 8 heures de travail.

 

 Selon le programme, les ouvriers étaient invités à porter à 10h leurs revendications à la mairie.

Des festivités l'après-midi et un bal en soirée étaient également inscrits au programme.

Le 1er Mai 1891 n’aurait jamais du se terminer dans un bain de sang...

 

 

La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !

La journée du 1er mai 1891 à Fourmies

 

 Nous sommes le 1er mai 1891. A 9 heures, la plupart des ouvriers de la ville sont en grève. Une seule filature reste en activité. Après une échauffourée avec les gendarmes à cheval, quatre manifestants sont arrêtés.

Le premier slogan de la journée « c'est huit heures qu'il nous faut " est alors devenu "c'est nos hommes qu'il nous faut ». Le reste de la journée se déroulent sans aucun incident majeur. 

En début d'après-midi, le maire de Fourmies promet de relâcher à 17h00 les ouvriers qui avaient été arrêtés le matin. 

Il est 18h15, place de l’église, face à la mairie de Fourmies, les 4 grévistes emprisonnés le matin à la mairie n’ont toujours pas été libérés.

 

 Près de 200 manifestants arrivent alors sur la place et font face aux 300 soldats équipés du nouveau fusil Lebel.

Il est 18h20, les cailloux volent, la foule pousse.

Pour se libérer, le commandant Chapus fait tirer en l'air.

Il est presque 18h25, le commandant Chapus s'écrie :

« Feu ! Feu ! Feu rapide ! Visez le porte-drapeau ! »

La troupe tire et teste leur nouveau fusil Lebel.

 La fusillade va faire une trentaine de blessés et neuf morts, dont 4 jeunes femmes et un enfant, parmi lesquels Maria Blondeau, jeune ouvrière de 18 ans tenant dans les mains un bouquet d’aubépine, Kléber Giloteaux, un jeune de 21 ans ou bien encore Emile Cornaille, âgé de 11 ans avec dans sa poche une toupie...

 

La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !

Les « martyrs de Fourmies »

ont donné le 1er mai à la France !

Ces morts, promus « martyrs » aux yeux des ouvriers, vont très vite devenir des symboles de la République répressive et de classe. Un dixième décès sera à déplorer le lendemain. Camille Latour, un ouvrier de 46 ans, commotionné après avoir assisté à la fusillade. Les 10 morts de Fourmies seront inhumés le 4 mai devant une foule estimée à près de 50 000 personnes. Quelques jours plus tard, à l’Assemblée Nationale, le député Georges Clemenceau déclarera « Il y a quelque part, sur le pavé de Fourmies, une tache innocente qu’il faut laver à tout prix….Prenez garde ! Les morts sont des grands convertisseurs, il faut s’occuper des morts ! ».

 

Avec le drame de Fourmies, le 1er mai va s'enraciner dans la tradition de lutte des ouvriers. Il représente un tournant considérable dans l’histoire du mouvement ouvrier français et mondial. A la fin de l’année 1891, l'Internationale Socialiste va renouveler le « caractère revendicatif et international du 1er mai » comme un jour à part pour le monde du travail, en hommage aux « martyrs de Fourmies » ! Il faudra attendre le 23 avril 1919 pour que le Sénat Français ratifie la journée de 8 heures. La signature des accords de Matignon par Léon Blum le 7 juin 1936, permettra une augmentation des salaires de 7 à 15 %, la reconnaissance du droit syndical dans l’entreprise, l’élection des délégués ouvriers, la création de conventions collectives, la semaine de 40 heures et les 15 jours de congés payés.

 

Le 1er mai deviendra un jour férié en France

en 1941…

 C’est Lénine qui décide en 1920 de faire du 1er mai une journée chômée en Russie. L'Allemagne nazie va encore plus loin. Hitler, pour se rallier le monde ouvrier, fait, dès 1933, du 1er mai une journée chômée et payée. La France l'imitera sous l'Occupation, en 1941.

 

En avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération pour faire définitivement du 1er mai un jour férié et payé...

 

CLIQUEZ SUR CE LIEN CI-DESSOUS

http://www.escapades-sudavesnoises.w1w.fr/page/50967

 

 

La fusillade du 1er mai 1891 à Fourmies est entrée à jamais dans l’histoire de France et des luttes sociales ouvrières !
Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 18:03
POUR UN PREMIER MAI 2017 SUR LE TERRAIN DES REVENDICATIONS SYNDICALES
POUR UN PREMIER MAI 2017 SUR LE TERRAIN DES REVENDICATIONS SYNDICALESPOUR UN PREMIER MAI 2017 SUR LE TERRAIN DES REVENDICATIONS SYNDICALES
POUR UN PREMIER MAI 2017 SUR LE TERRAIN DES REVENDICATIONS SYNDICALES

 

Après le 1er Tour de l'Election Présidentielle, les deux candidats encore en course ne proposent rien de bon pour les salariés.

En effet, tous deux entendent poursuivre et amplifier les politiques austéritaires.

L'extrême droite  tout d'abord, qui, non contente de contribuer par ses thèses racistes à la division des travailleurs, manie la démagogie pour se parer d’un voile « social » qui ne masque nullement son attachement au capitalisme. Par exemple : dans son programme, le FN prône la retraite à 60 ans et l’augmentation des salaires mais oublie souvent de préciser qu’il compte le faire en supprimant les cotisations sociales, ce qui reviendrait à nous appauvrir, à faire éclater notre Protection Sociale et, au final, à enrichir encore le patronat.

L’opposition systématique entre les pauvres et les moins pauvres, entre salariés et travailleurs indépendants, entre les immigrés et la population française est un leurre qui détourne du vrai débat, qui est celui de la financiarisation de l’économie et de l’entreprise, des politiques d'austérité et d’un autre partage des richesses.

M. MACRON, ancien Ministre de l'Economie ne porte pas de solutions innovantes, les recettes qu’il propose sont les mêmes depuis plus de 30 ans : moins de fonctionnaires, moins d’impôts et plus de cadeaux pour les plus riches.

Tout cela, nous le connaissons déjà, nous vivons les effets dévastateurs de ces politiques au quotidien.

L’AUSTÉRITÉ N’EST PAS UNE FATALITÉ, C’EST UN CHOIX DES GOUVERNEMENTS

 Pour sortir de la logique de mise en concurrence des territoires et des populations il faut obtenir l'abrogation de la « loi travail » et de la loi « NOTRe » et soutenir les salariés qui refusent leur application dans les entreprises et les services publics.

Pour la CGT  des solutions résident dans les valeurs de progrès social, de solidarité et de paix entre les peuples. L'Union Locale CGT d'Alès appelle tous les salariés, actifs, retraités, privés d’emploi à participer aux manifestations du 1er mai pour :  

L’augmentation des salaires dans le privé et la hausse du point d’indice dans le public,

la· défense du pouvoir d’achat des retraités  

La défense et le développement des services publics et une véritable politique industrielle·  

L’abrogation de la loi Travail, des lois Macron et Rebsamen,

la défense des conventions· collectives et des statuts  

L’amnistie des militant-e-s syndicaux condamné-e-s et l’arrêt des poursuites·  

La diminution du temps de travail·  

La paix et la fraternité entre les peuples, le refus du racisme et du sexisme·

La défense des retraites par répartition et des régimes particuliers,

L’abrogation des· mesures s’attaquant à nos retraites depuis 1993

La défense des emplois et l’interdiction des licenciements·  

La défense de la Sécurité Sociale, du salaire socialisé et la conquête de droits nouveaux·  

L’arrêt des cadeaux aux patrons, le contrôle des aides publiques,

De véritables mesures· contre l'évasion fiscale.

LUNDI 1ER MAI 2017 TOUTES ET TOUS DANS LA RUE

 

MANIFESTATION 1er MAI 2017 à ALES :

 

Départ du Cortège 10 h 30 place de la Mairie

 

Repost 0
Published by Union Locale CGT Alès
commenter cet article

Musique de Fond

 

VALIDEZ POUR ARRETER LA MUSIQUE DE FOND